• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3185031

Université

Mis en ligne le 23/05/2006

L’Université de Liège remporte la 11ème place au Shell Eco-marathon européen


L’Université de Liège remporte la 11ème place au Shell Eco-marathon européen
3 équipes belges parmi les 40 premières au classement général
L’équipe du Lycée de la Joliverie de Nantes a remporté hier ce dimanche 21 mai, l’édition 2006 du Shell Eco-marathon européen qui se déroulait ce weekend à Nogaro, en France. Ils ont parcouru 2.885 km avec l’équivalent d’un litre d’essence. Le record absolu est détenu par l’ETH de Zurich qui a parcouru en 2005, 3.836 km sur un véhicule à l’hydrogène. Beau score pour les Belges également puisque 3 équipes figurent parmi les 40 premières au classement général.

11 équipes belges sur la ligne de départ du Shell Eco-marathon 2006

Les 11 équipes belges inscrites au Shell Eco-marathon 2006, ont enregistré un beau résultat puisque trois d’entre-elles figuraient se classent parmi les 40 premières au classement général.
La compétition fut rude : 256 équipes issues de 20 pays (Brésil, France, Suède, Espagne, Italie …) se retrouvaient sur la ligne de départ du circuit de Nogaro.
L’Université de Liège, qui roulait à l’hydrogène, a décroché la première place belge et la 11ème au classement général avec 1827 km parcourus. Elle est suivie par le Lycée Technique du Hainaut de Saint-Ghislain à la 17ème place, avec 1073 km parcourus dans un véhicule au diesel (3ème place au classement des véhicules diesel). L’équipe du Lycée Technique Richard Stiévenart d’Hornu décroche pour sa part la 37ème position avec 917km, également dans un véhicule au diesel (6ème place au classement des véhicules diesel).

Une éco-compétition

Le principe de la compétition est simple : parcourir le plus de kilomètres en consommant le moins d’énergie possible. Pour accéder au circuit, les équipes devaient tout d’abord réussir le contrôle technique. Ensuite, il s’agissait de réaliser 7 tours du circuit de Nogaro (3.5 km). La quantité de carburant utilisée est mesurée très précisément car les véhicules n’utilisent que d’infimes quantités d’énergie. Tout le monde parcourt la même distance, à une vitesse comprise entre 30 et 50 km/h. Cette quantité de carburant est ensuite ramenée à un litre d’essence par une règle de trois et les résultats sont comparés entre eux.
Les énergies choisies par les équipes belges étaient très variées : essence, diesel, LPG ou encore hydrogène, voire huile de soja comme l’équipe de la Hogeschool Gent ! Des calculs précis ont permis d’établir des équivalences entre les différentes énergies afin de pouvoir comparer les résultats avec une seule et même référence : le litre d’essence. Chaque équipe pouvait enregistrer 5 participations, le meilleur résultat obtenu étant donc retenu pour chaque équipe.
Le temps influence également les résultats : chaleur du sol, humidité ambiante, vent contraire ou dans le dos… Le vent qui soufflait fort samedi n’a pas offert les conditions météorologiques optimales aux équipes. Dimanche par contre, le soleil était de la partie et a permis aux différentes équipes de donner le meilleur d’eux-mêmes.
Bravo aux équipes belges qui ont su porter haut les couleurs nationales ! Les équipes sont unanimes : « Participer au Shell Eco-marathon est une aventure en soi. Une aventure pédagogique, personnelle et intellectuelle mais avant tout, une extraordinaire aventure humaine ». Le sourire aux lèvres et les mains noires de cambouis, les équipes belges ont fait preuve d’un incroyable esprit sportif. A l’année prochaine !