• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3112407

Musique

Mis en ligne le 22/05/2006

A l’O.P.L., ces 31 mai et 1er juin, le concerto de Grieg, la 1ère Symphonie de Chostakovitch et « Le Lac enchanté » de Liadov

Ce mercredi 31 mai à 18 heures 30’, en la Salle Philharmonique du Boulevard Piercot, la séance « Ecouter la Musique » placée sous la houlette du Directeur Général de l’Orchestre Philharmonique de Liège, Jean-Pierre Rousseau, comparera des enregistrements du Concerto pour piano de Grieg commentés par le chef d’orchestre Thomas Rösner, par l’enseignant et chef de chœur Michel Jaspar et par Jean-Marc Onkelinx, responsable de la musique classique et lyrique à la F.N.A.C.-Liège. Le lendemain, jeudi 1er Juin à 20 heures, dans la même salle, l’Orchestre Philharmonique de Liège dirigé par le chef précité interprétera ce concerto, avec en soliste le pianiste russe Boris Berezovski, ainsi que la première Symphonie de Chostakovitch et une composition d’Anatole Liadov : « Le lac enchanté ».
Le Concerto de Grieg, est, après celui de Liszt et avant celui de Rachmaninov, l´exemple le plus accompli de concerto romantique. Le pianiste russe Boris Berezovski le proposera avec la fougue et la virtuosité qui le caractérisent, sous la direction du jeune chef Thomas Rösner. « Le lac enchanté » de Liadov plonge dans des ambiances féériques, inquiétantes, inspirées à la fois par l´impressionnisme et le symbolisme... Quant à la première Symphonie de Chostakovitch, elle montre d´emblée tout le génie et l´originalité de son compositeur, alors âgé de 19 ans.
Au sujet du Concerto de Grieg, Boris Berezovski confiait il y a trois mois au journaliste du « Soir » Serge Martin: « Bien sûr, il y a tout Liszt dans cette oeuvre, mais aussi quelque chose d´autre, qui vient des ambiances du Nord. Un peu de froideur, mais pleine d´oxygène, comme chez Rachmaninov. Lorsque vous êtes dans le Nord, vous ressentez une sensation différente dans l´air ; c´est elle qu´il faut faire passer chez Grieg. »

Les artistes

« Ce piano-là conjugue les abandons les plus ineffables aux tempêtes les plus impétueuses. Et parfois même en un instant, quand à un éclat fracassant succède une petite note rêveuse. [...] Les apparitions de ce lauréat du fameux Concours Tchaïkovski de Moscou feront désormais figure d´événements. » écrivait Serge Martin, dans son quotidien du 15 février dernier.
Né à Moscou en 1969, médaille d´or du Concours International Tchaïkovski en 1990, Boris Berezovski est un pianiste d´une énergie et d´une virtuosité exceptionnelles. Invité dans le monde entier, il a réalisé de nombreux C.D. et, notamment, ceux d’oeuvres de Ravel, de Beethoven (intégrale des concertos), de Liszt (études d´exécution transcendante), et de Rachmaninov dont il est en train d´enregistrer l´oeuvre intégrale (Concertos 2 & 3 et intégrale des « Préludes » chez Mirare).
Boris Berezovski confiait à Xavier Flament, dans un entretien pour « Bozar Magazine » de ce mois de mai : « J´adore jouer des musiques virtuoses qui demandent 100% de ce que vous pouvez faire. C´est très instinctif, un peu animal, a fortiori dans des pièces où l´on peut être un peu fou et se déchaîner vraiment. [...] Le meilleur état d´esprit au piano, c´est d´être possédé, comme un chaman ; possédé par l´esprit de la musique et rien d´autre. Le meilleur concert, c´est quand vous vous oubliez complètement. »
Né à Vienne en 1973, Thomas Rösner est actuellement directeur musical de l'Orchestre Symphonique de Bienne (en Suisse). Il dirige un vaste répertoire d´opéra et de musique symphonique et se produira pour la première fois à l´OPL. Thomas Rösner vient de diriger « La clémence de Titus » au Théâtre de Bienne ; en juin et juillet, il sera au Festival de Glyndebourne dans « La chauve-souris » de Johann Strauss. Il est aussi l´invité de l´Orchestre National Bordeaux-Aquitaine (dont il fut l´assistant de 2000 à 2004), de l'Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, du Bayerische Staatsoper de Munich...

Les oeuvres

Anatole Liadov (1855-1914) a composé très peu de musique symphonique : « Le lac enchanté », « Baba Yaga » et « Kikimora » par exemple. « Le Lac enchanté » révélé en 1909 dégage un climat impressionniste et symboliste qu´avaient annoncé les dernières oeuvres de Rimski-Korsakov (dont Liadov fut l´élève, puis le collègue). L´oeuvre évoque des êtres fantastiques vivant au fond des eaux ; ils ensorcèlent les imprudents en des amours dévorantes qui les damnent pour toujours dans les profondeurs aquatiques.
Edvard Grieg (1843-1907) entreprit en 1868, huit ans avant son célèbre « Peer Gynt», la composition d´un concerto pour piano (en la mineur, opus 15). Souvent rapproché du Concerto pour piano de Schumann, celui de Grieg est devenu tout aussi célèbre. Il s´écarte de la pure démonstration virtuose, et développe un discours poétique et lyrique qui faisait l´admiration de Liszt et de Tchaïkovski.
Composée pour son concours de sortie du Conservatoire de Leningrad en 1925, la première Symphonie de Chostakovitch (1906-1975) lui ouvrit d´emblée les voies de la célébrité. Il avait 19 ans. On retrouve déjà dans cette composition en fa mineur (opus 10) son génie de l´orchestration et son goût pour les contrastes déconcertants (humour, danse, fatalisme, ironie...).





J-M Roberti