• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3200124

Théâtre

Mis en ligne le 03/05/2006

Dreyfus de Jean-Claude Grumberg par le Théâtre du Grandgousier


Dans la banlieue nord d’une petite ville de Pologne vers 1930…
Dans une salle de réunion, qui sert à l’occasion de théâtre, des comédiens répètent une pièce sur l’affaire Dreyfus,écrite par l’un d’eux. Les répétitions sont régulièrement interrompues par les évènements qui rythment la vie de cette petite communauté : une histoire d’amour naissante et des projets de vie, le départ d’un comédien saisi par l’action militante, sans parler des personnalités hautes en couleurs de ces êtres tellement humains. Bref le train-train quotidien qui donne un sens à la vie…
Pourtant, au dehors, les chants des nationalistes commencent à résonner.
En portant un regard plein de tendresse et de malice sur ces personnages, Jean-Claude Grumberg peint une fable féroce et drôle sur la naïveté de l’Homme et ses dangers.

Jouer dans une ancienne piscine ?


Quand on demande au metteur en scène pourquoi il a choisi ce lieu : « Grumberg indique que sa pièce se situe "quelque part dans la banlieue nord d’une ville de Pologne", comme s’il voulait dire " cela pourrait arriver n’importe où ". Ma première idée de scénographie était un plateau " largué " au milieu de nulle part, une sorte d’îlot arraché au passé et parachuté au beau milieu d’un no man’s land.
Lorsque j’ai découvert la piscine de la Sauvenière, j’ai trouvé le lieu formidablement adapté. L’endroit est immense, " froid ", et en contraste total avec le plateau en bois. De plus il est lui-même porteur d’une partie de l’histoire et sera prochainement restauré et investi par le MNEMA (Les Territoires de la Mémoire). C’était parfait.

Qui est l’auteur de « Dreyfus » ?

Ecrivain pour enfants, écrivain dramatique et scénariste français Jean-Claude Grumberg est né à Paris en 1939. Son père, émigré roumain, tailleur de formation, connaîtra un destin tragique : déporté en 42 avec son propre père et d’autres juifs, il ne revint jamais des camps d’extermination nazis.
Enfant, Grumberg, lisait beaucoup de livres qu’il empruntait à la bibliothèque municipale. C’est cet amour de la lecture qui lui permit, plus tard, d’écrire. Vers l’âge de 14 ans, il devient apprenti tailleur le jour et, le soir, apprenti comédien dans la compagnie théâtrale de Jacques Fabbri. C’est en 1968 qu’il devient écrivain en signant « Demain une fenêtre sur rue », puis « Michu », « Rixe » et « Amorphe d’Ottenburg ».
On lui doit une vingtaine de pièces comme « Sortie de théâtre », « L’atelier », « Les vacances », « Dreyfus », « Zone libre » …..
Au cinéma, il est scénariste pour « les Années sandwichs », « Le dernier métro », « La petite Apocalypse » ou encore le « Couperet ».
Grumberg écrit beaucoup sur ce qui le hante depuis tout petit : la disparition de son père dans les camps nazis. Avec Dreyfus en 1974, l’Atelier en 1979 et Zone libre en 1990, il compose une trilogie sur les thèmes de l’occupation et du génocide. Ainsi, il met en scène notre histoire et sa violence. Malgré les sujets tragiques abordés, il est considéré par beaucoup comme l’auteur dramatique le plus drôle de sa génération. En 1991, il reçoit le grand prix de l’Académie française et en 1999, le grand prix de la SACD pour l’ensemble de son œuvre.
Avec Dreyfus, il obtient le prix Plaisir du théâtre, le grand prix théâtre de la SACD et le prix du Syndicat de la critique. SACD ( Société des auteurs et compositeurs dramatiques)

La Compagnie le Grandgousier

La Compagnie théâtrale "Le Grandgousier" fêtera ses 25 ans d’existence en mai ce cette année. De troupe de théâtre d'élèves de l’Ecole d'Hôtellerie de la Ville de Liège elle est rapidement devenue une compagnie de théâtre amateur.
Au fil des années et des rencontres, la compagnie s’est étoffée et compte aujourd’hui plus d’une trentaine de membres.
Comme le disent leurs membres : « Etre une compagnie de théâtre amateur, sans lieu, sans beaucoup de matériel et tenir 25 ans, et on l’espère beaucoup plus, est déjà en soi un exploit. Comment expliquer cette longévité ? D’une part par l’enthousiasme et la passion du théâtre de ses membres, d’autre part par une recherche de qualité dans le travail et le choix des spectacles. L’une et l’autre choses ont fini par attirer de nouveaux comédiens tout aussi passionnés par le théâtre et tout aussi intéressés par la recherche de la qualité mais aussi par fidéliser un public de plus en plus nombreux.
Cette qualité, on la doit évidemment à des années de travail mais surtout au métier, à l’enthousiasme et à la passion du théâtre des metteurs en scène professionnels qui, depuis maintenant quinze ans, travaillent avec nous. »
Le Grandgousier, outre le fait de s’entourer de professionnels et de rechercher le travail de qualité, a fait un autre choix qui devient un peu sa marque de fabrique : il essaie de jouer ses spectacles dans des lieux qui présentent un intérêt architectural ou patrimonial singulier. C’est ainsi que le public a pu assister à des spectacles dans une ancienne glacière, dans plusieurs cours d’écoles, sur les remparts d’un château, dans une cave, dans un tunnel du TEC, et aujourd’hui dans une piscine désaffectée. Cette option offre plusieurs avantages : elle permet de faire découvrir ou redécouvrir un certain patrimoine de notre cité ; de jouer dans des décors qui ont une vie, une histoire, qui parlent ; de faire de chaque spectacle un challenge, un événement.

Quelques pièces montées la troupe de théâtre de l’Ecole d'Hôtellerie puis par le Grandgousier depuis 1981:
Meurtre à Bougival de Georges Neveu. ; La leçon de piano de Feydeau. ; Treize à table de M-Gilbert Sauvajon. ; La noce chez les petits Bourgeois de Bertolt Brecht. ; Les Impromptus d'Obaldia. ; La folie des mots de Tardieu. ; Le père Noël est une ordure du Splendid ; Le médecin malgré lui de Molière. ; La mienne s'appelait Régine de Pierre Rey. ; Grand’peur et misère du troisième Reich de Bertolt Brecht. ; Le songe d'une nuit d'été de Shakespeare, en coproduction avec le Moderne ; Les fusils de la mère Carrar de Bertolt Brecht ; Le court-circuit de André de Lordes ; Le système du docteur Goudron et du professeur Plume de Benjamin Rabier ; Chaos création collective des comédiennes du Grandgousier ; Juste avant l'orage de Patrick Lavallée ; Scènes de la vie marseillaise pendant la peste de 1720 création collective marseillaise sur base historique ; Les Gens de Karl Valentin ; et plus récemment : "L’Opéra de quat’sous" de Bertolt Brecht dans le tunnel TEC

Fiche technique
- Distribution :
Marc Ancia, Jean-Pierre Crenier, Georges Gason, Paul Hardy, Robert Koelman, Samuel Kopetti, Edith Paturiaux, Laurent Plumhans , André Remy, Céline Robin, Karim Selhab
- Mise en scène : Frédéric Ghesquière ;
- Scénographie, conception des costumes et accessoires : Marie-Hélène Tromme avec l’aide de Barbara Rossi ;
- Secrétaire de production : Bénédicte Brasseur et Sandra Damus ;
- Conception des maquillages : Dominique Brevers ;
- Conception des éclairages : Manu Deck ;
- Conception de la bande sonore : Vincent Cahay ;
- Conception de l’affiche : Karim Selhab et Dimitri Crenier .

En pratique :

- Représentations : Du mercredi 10 mai au samedi 13 mai 2006
Tous les mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis du 16 mai au 3 juin 2006 . Toutes les représentations sont à 20H15

Lieu :

Piscine de la Sauvenière (MNEMA) , Boulevard de la Sauvenière 4000 Liège
Réservations obligatoires : 04/377 61 18

Avec l’aide d’Odyssée théâtre, de la Communauté Française, des Affaires culturelles de la Province de Liège et de l’Echevinat de la Culture de la Ville de Liège







Ga . L.