• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3138604

En Ville

Mis en ligne le 28/04/2006

Le « Théâtre de la Place » à l’Emulation : l’avant projet a été présenté au Collège échevinal


A l’issue de la séance hebdomadaire du collège des bourgmestre et échevins de ce jeudi 27 avril, Jean-Géry Godeaux l’échevin des Travaux, a fait le point sur l’état d’avancement de la rénovation de la Société Libre d’Emulation qui verra en finalité l’installation, place du XX août, des nouvelles installations du Théâtre de la Place qui devra quitter la place de l’Yser en Outremeuse.

Quelques heures avant, sur sa proposition, le Collège avait approuvé l’avant-projet de rénovation des bâtiments dont la maquette a été présentée également.
Comme le dira l’échevin : « Au travers de cette décision, la Ville de Liège souligne l’importance qu’elle accorde à la fois au rôle culturel de la Cité ardente, son intérêt pour la préservation du patrimoine ainsi que son encouragement à l’innovation architecturale. »

En chiffres : le budget de la rénovation et de la construction a été estimé à près de 20 millions d’euros qui seront répartis de la manière suivante : 11,3 millions d’euros à charge de la Communauté française, 1,7 à charge de la Province, 3,2 à charge de la Région wallonne et 1,7 millions à charge de la Ville. Le montant des expropriations de quelques immeubles (place du XX Août 18-20, rue des Carmes 6 et 8) est compris dans cette estimation, même si les chiffres n’ont pas encore été déterminés avec exactitude par le comité d’acquisition.
Et Jean-Géry Godeaux d’ajouter : « Le Collège se réjouit que l’implantation du Théâtre de la Place dans le vénérable bâtiment de l’Emulation se concrétise au travers du projet proposé par l’Atelier d’Architecture Pierre Hebbelinck qui a aussi bénéficié d’une concertation étroite avec le directeur du Théâtre de la Place, Serge Rangoni et de son équipe. »

La nouvelle salle

Dans sa nouvelle mouture le Théâtre de la Place pourra disposer de deux salles. La capacité de la grande salle sera de 571 places (contre 450 actuellement). Pour la petite salle, 148 places sont prévues. Cette salle est destinée à des spectacles nécessitant une certaine intimité dans le rapport entre les comédiens et spectateurs. Ces deux salles s’avèrent nécessaires puisque, actuellement, le Théâtre de la Place propose 220 jours d’activité par an et permettra ainsi de pouvoir bénéficier d’un local pour les répétitions permanentes.

Dans la grande salle, les spectateurs prendront place sur des gradins.
Comme l’explique l’échevin : « Ici, les auteurs de projets ont voulu s’adapter à une démarche souhaitée par la plupart des metteurs en scène. C’est ainsi que la visibilité a été calculée pour un niveau de scène sans surélévation par rapport à la salle. Avec l’évolution des pratiques théâtrales, les techniciens désirent s’intégrer le plus possible au spectacle, la régie se trouvera « ouverte » en fond de gradin, placé sur l’ancien balcon pour garantir l’écoute et la visibilité directe dans d’excellentes conditions. Cette position fournira également un axe de projection parfait (vidéo et film). Pour la direction du Théâtre de la Place, cette salle sera capable d’accueillir des spectacles de chant, de musique mais également des projections cinématographiques. »
La petite salle, bénéficiant d’une large baie vitrée vers la place du XX Août, sera plus spécialement destinée à des formes de spectacles contemporains ou expérimentaux. Son dispositif technique est simple : gradins télescopiques avec deux rangs supérieurs fixes dont la régie ouverte en fond de salle.
Par ailleurs, l’entrée du public se fera toujours par le grand porche de l’Emulation (place du XX août) ou l’on trouvera une billetterie, un vestiaire, une librairie ainsi qu’une cafétéria.

Une cage d’escaliers toute neuve conduira les spectateurs vers le 1er étage. Un restaurant sera accessible pendant et en dehors des heures de spectacles. Un espace « lounge » y est aussi prévu afin d’y organiser des réceptions dans le cadre des salons magnifiques.
Les loges seront réparties entre le 1er et le 2ème étage. Le second étage sera dévolu à l’administration (directeur général, finances, promotion, centre de documentation, secrétariat, etc.). Ces bureaux donneront directement sur la Place du XX Août. Au 3ème étage, on trouvera le système de ventilation et la chaufferie.
Par ailleurs, un nouveau bâtiment sera construit dans « l’îlot » donnant vers la rue des Carmes où se trouveront, les « services techniques » : couture, décoration, maquillage/perruque, rangement accessoire. Pour le moment, les ateliers du Théâtre de la Place se trouvent rue Georges Simenon, dans une dépendance longeant l’Auberge de Jeunesse et où sont entreposés quelques 5000 costumes.
Par ailleurs, dans une politique de programmation axée sur la complémentarité, le Théâtre de Place continuera à utiliser le Manège de l’ancienne Caserne Fonck pour les spectacles nécessitant un espace particulier.
Jean-Géry Godeaux conclura : « Le projet architectural consiste à réaliser l’équilibre entre la passé et le contemporain. Ainsi, l’Emulation restera fidèle au projet élaboré en 1934 par l’architecte Julien Koenig (suite à l’incendie du bâtiment en 1914) avec, notamment, sa façade de style Louis XVI et la préservation du célèbre salon « Régence » au 1er étage. Mais, le souhait est que le Théâtre soit impliqué dans la vie de la cité. D’où, l’idée d’une grande façade vitrée pour le bâtiment contemporain. Celui-ci se veut "tourné" vers l’avenir, intégré dans l’une des zones « jeune » de la ville en raison de sa proximité avec les étudiants de l’université. »
Le début des travaux pourrait être fixé à 2007 pour une ouverture fin 2008, début 2009.


Les photos des maquettes de haut en bas :

- Façade vue de face. Les parties brunes représentent les modifications. La façade de la deuxième salle au 1er étage, légèrement en surplomb sera entièrement vitrée.
- Vue de l’ensemble avec construction sur la rue des Carmes.
- Nouvelle disposition des gradins de la grande salle qui seront installés selon un procédé qui ne touche pas aux murs actuels classés.






Gaston LECOCQ