• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3099138

En Ville

Mis en ligne le 24/04/2006

Décisions du Collège échevinal du jeudi 20 avril

C’est sous la présidence de Jules Jasselette, échevin de l’Enseignement publique et bourgmestre faisant fonction que s’est tenue, ce jeudi 20 avril, la traditionnelle séance du Collège échevinal.
Quatre dossiers, proposé par l’échevin des travaux, Jean-Géry Godeaux, ont été acceptés par le Collège qui les proposera au Conseil communal de ce lundi 24 avril. Un autre, concernant l’enfouissement des belles à verre a été présenté par l’échevin André Schroyen.

Dossiers concernant les travaux

L’ école Normale Jonfosse
Proposition de procéder par voie d’adjudication publique pour des travaux de mise en conformité des installations électriques, à l’Ecole Normale Jonfosse, 80 à 4000 Liège, ainsi que d’adopter le cahier spécial des charges destiné à régir l’entreprise. L’estimation de ces travaux est fixée à 300.000 €.
La Haute Ecole rue de Londres
Demande au Conseil de passer un marché par procédure négociée pour la fourniture et le placement de faux plafonds et de stores à la Haute Ecole, ICET Mécanique, rue de Londres, 24-27 à 4000 Liège. Le montant est de 20.000 €
L’éclairage Place des Combattants
Proposition au Conseil de confier à l’Association Liégeoise d’Electricité (ALE), l’aménagement de l’éclairage public au niveau de la Place des Combattants à Jupille. La somme pour ces aménagements est de 5.878 €.
Le cimetière de Robermont
Proposition de passer un marché de travaux par procédure négociée pour l’aménagement d’allées dans le cimetière paysager de Robermont et ce, pour un montant de 46.150 €.

On va enfouir une trentaine de bulles à verre

A l’initiative de l’échevin des Finances, de la Propreté publique et de la Politique immobilière, André Schroyen, le Collège a défini les sites où seront implantées des bulles à verre enterrées.Pourquoi enterrer les bulles à verre ?
Comme l’explique l’échevin : « Ce système de récolte du verre est avantageux à plus d’un titre :
- Esthétisme et intégration dans le paysage urbain : Il est vrai que les bulles à verre traditionnelles ne sont pas tout à fait ce qu’on peut appeler un modèle d’esthétisme. Elles peuvent parfois même dénoter dans le paysage urbain surtout lorsqu’elles sont situées à proximité de bâtiments historiques classés ou dans une zone d’intérêt architectural. Ce nouveau dispositif s’intègre mieux dans la perspective. Enfouir les bulles s’avère à ce titre être une bonne solution.
- Amélioration de la propreté et diminution des nuisances : Un site plus esthétique inspire davantage de respect en terme de propreté. Le volume des collecteurs en surface étant réduit à sa plus simple expression, les dépôts clandestins à leurs pieds se feront beaucoup moins discrets et nous pouvons espérer que les Liégeois agiront avec civisme lorsqu’ils viendront déposer leurs verres à recycler. Par ailleurs, le dispositif souterrain réduit les nuisances sonores et la faible surface apparente limite les risques de vandalisme.
- Accessibilité : Auparavant, pour pouvoir y jeter bocaux et bouteilles, il ne fallait pas être de petite taille ou à mobilité réduite. Ici, l’accès s’ouvre au plus grand nombre. »
Et de poursuivre : « Dès 2004, la Ville de Liège a concrétisé l’implantation de bulles à verres enterrées. Ce fut une première en Région wallonne. Deux sites sont déjà opérationnels : à l’angle du boulevard d’Avroy et de l’avenue Destenay, sur la place Andréa Jadoulle à Angleur. La volonté de la Ville est d’en aménager une trentaine dans un avenir relativement proche, principalement dans les lieux protégés, le centre ville, les noyaux commerciaux de la périphérie. »
Les bulles à verre seront enterrées aux endroits suivants :
Amercoeur : rue Sous l’Eau ; Bressoux : rue Général de Gaulle ; Centre : rue des Croisiers ; places du Marché, de la République Française et Saint-Paul; quai de la Goffe ; Chênée : rues Fraîche et de l’Eglise ; Cointe : place du Batty ; Droixhe : rue Ernest Marneffe ; Glain : rue Emile Vandervelde ; Grivegnée : avenue de la Cokerie et Place de la Liberté ; Guillemins : rue Louvrex ; Jupille : place de Meuse ; Outremeuse : places Delcour, Théodore Gobert et du Congrès ; Vennes : place Barthélemy Viellevoye, avenue Reine Elisabeth, boulevard Emile de Laveleye ; Nord : place Vieille Montagne ; Rocourt : rue François Lefèbvre ; Sainte-Marguerite : rue Saint-Séverin ; Sainte-Walburge : place Sainte-Walburge ; Thier-à-Liège : rue de l’Ermitage ; Wandre : rues d’Elmer et du Pont de Wandre
Les montants réservés à l’enfouissement de la trentaine de sites de bulles à verre s’élèvent à 751 000 €.
Comme le dira encore André Schroyen : « Ce dispositif coûte au moins 10 fois plus cher que la formule classique ce qui freine la Ville dans ses initiatives. Il est donc nécessaire d’établir des synergies et des partenariats chaque fois que cela est possible. Des actions transversales au niveau des différents départements de la Ville sont inscrites dans ce cadre. Concrètement : quand des travaux sont programmés par la Ville, ou même voir par d’autres administrations, il faut profiter des circonstances pour intégrer l’enfouissement de bulles à verre dans les travaux. Et pourquoi ne pas mettre en charge d’urbanisme de tels dispositifs pour certains travaux lors de réalisations privées ?
L’implantation des bulles à verre enterrées vient donc encore illustrer les efforts considérables consentis par la Ville en matière de propreté tant dans le centre qu’en périphérie et rappeler que le sujet constitue une de ses principales priorités. »