• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3136304

En Ville

Mis en ligne le 17/03/2006

Ce dont on a parlé au Collège échevinal du jeudi 16 mars : Eglise Saint-Jean, salle d'arts martiaux à Angleur et lotissement à Grivegnée

Eglise Saint-Jean l’Evangéliste : elle appartient bien à la Ville et celle-ci prendra toutes les mesures conernant son classement et sa restauration

Lors du Collège échevinal de ce jeudi 16 mars , il a été notamment question de l’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste qui est située place Xavier Neujean. Un sujet important puisqu’il s’agissait de savoir enfin à qui l’église appartenait réellement, en regard notamment d’importants travaux de restauration et de consolidation à y réaliser.
Comme l’a expliqué » Jean-Géry Godeau l’échevin des Travaux :
« La tour de l’Eglise Saint-Jean l’Evangéliste, située place Xavier Neujean, fut érigée en 980 par Notger, ce qui fait d’elle probablement la plus ancienne de Liège.
Lors de la vente des biens nationaux, tant l’église que le carré des cloîtres de Saint-Jean ont été achetés par trois ex-chanoines de l’ancien chapitre collégial. Après le Concordat, leurs héritiers, eux aussi ex-chanoines de Saint-Jean, voulurent rendre l’édifice au culte en récupérant le capital investi. Cependant, sur avis daté du 12 décembre 1806, le conseiller d’Etat refuse de rendre Saint-Jean au culte si les propriétaires exigent un dédommagement. Le groupe d’ex-chanoines renonce peu après à récupérer le capital investi en 1798.
Ceci est confirmé par l’arrêté du préfet de l’Ourthe, Micoud d’Umons, daté du 4 septembre 1807. Celui-ci stipule en effet que l’édifice et son mobilier sont mis à disposition du Maire de Liège pour en faire le siège paroissial de Saint-Jean.
Au terme de plusieurs réunions entre l’Evêché, la Fabrique d’Eglise et la Ville, le Collège vient de prendre connaissance d’un courrier de l’Evêque synthétisant un accord interne entre les parties.
Le Collège en a prit acte, et conformément à celui-ci la Ville de Liège va procéder à la restauration de la tour et à l’affectation du cloître à des fonctions de logement, à l’exception de la l’aile nord (donnant sur la place Bury) qui conservera ses fonctions actuelles et sera laissée à la disposition de la fabrique d’église de Saint-Jean.
La situation des autres occupants actuels du cloître restera par ailleurs inchangée avant la finalisation du projet.
Compte tenu de l’état de dégradation de l’avant corps occidental, la Ville de Liège entend prendre des mesures de sécurisation de l’édifice par le placement d’un échafaudage. Outre sa fonction protectrice pour la sécurité des passants, celui-ci permettra de réaliser une étude de stabilité et d’analyser en détails l’état du parement, permettra une étude archéologique rigoureuse préalable au dossier de restauration et servira d’outil pour la restauration elle-même.
La Ville de Liège soutient par ailleurs la demande de classement comme monument exceptionnel de l’ensemble du site (église, tour romane et cloître) introduite auprès du Ministre wallon en charge du Patrimoine Michel Daerden.
Ce projet de restauration de l’église Saint-Jean est un nouvel exemple de la volonté des autorités communales de sauvegarde du patrimoine liégeois. De plus, ce projet s’inscrit également dans l’ensemble plus vaste de revitalisation du quartier grâce au réaménagement de la place Xavier Neujean mais aussi à l’implantation du complexe cinématographique des Grignoux ou encore celle du centre d’éducation à la Tolérance et à la Résistance Mnema dans le bâtiment des Bains de la Sauvenière. »

Création d’une salle d’arts martiaux

Sur proposition de Jean-Géry Godeaux, échevin des Travaux, le Collège demandera aux conseillers communaux de passer une série de marchés de travaux par voie d’adjudication publique pour le réaménagement de la piscine d’Angleur, sise rue des Coudriers, en salle dédiée à la pratique des arts martiaux.
A l’origine, le bâtiment abritait une salle de cinéma dont l’accès se faisait via la place Andréa Jadoulle, dans les locaux de l’actuelle Maison de la Laïcité (actuellement en cours de restauration), avant de devenir la piscine communale d’Angleur. Cette fonction fut à son tour abandonnée peu après la fusion des communes et l’infrastructure était toujours en quête d’une nouvelle affectation.
A l’heure actuelle, nombres de clubs pratiquant les arts martiaux se trouvent dispersés dans différentes salles de type « multisports » qui ne sont donc pas spécifiquement adaptées à la pratique de leur discipline (traces de chaussures, poteaux et filets,..). Sollicitées à ce sujet à maintes reprises, les autorités communales ont donc soumis à la Région wallonne un projet de réaffectation de la piscine d’Angleur en infrastructure publique exclusivement réservée à la pratique de ce type de sports, une première à Liège.
Ainsi les disciplines telles que l’aikido, le judo, le karaté, le jujustsu, le ninjustu (art des Ninja), le naginata ,et bien d’autres encore, pourront bénéficier d’une salle adaptée. Le projet a en effet été élaboré en concertation avec des spécialistes du domaine, dont les membres de l’asbl « Japan ».
Les travaux nécessaires à la réalisation de ce projet sont les suivants :
Réalisation de travaux de gros œuvre et de parachèvements pour un montant estimé de 260.344 €. Ceux-ci comprennent, entre autres, la démolition des éléments de l’ancienne piscine, des travaux d’égouttage, de menuiseries, de peinture ainsi que la pose de revêtement de sols.
Installation du chauffage central et de la ventilation, pour un montant estimé de 63.356. € Travaux d’électricité pour un montant de 52.400 €. Par ailleurs, un dossier relatif à la réfection des couvertures de toitures et des bardages de façade pour un montant de 127.500 € a déjà fait l’objet d’une approbation par le Conseil communal. Ce qui porte donc l’investissement total à 503.600 € TVAC.
Ce projet, qui permettra de réaffecter un bâtiment inoccupé depuis de nombreuses années, devrait relancer l’attrait du quartier grâce à cette nouvelle infrastructure sportive à destination tant des enfants que des adultes.

Nouvelles habitations rue Belleflamme à Grivegnée

Par ailleurs, sur proposition de l’échevin de l’Urbanisme, de l’Environnement, du Tourisme et du Cadre de vie, Michel Firket, le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Liège a décidé de délivrer le permis de lotir à la S.P.R.L. Cap Sud, rue du Centre 41 à Melen, propriétaire d'un terrain de +/- 17.000 m² rue Belleflamme à Grivegnée.
Ce terrain, situé en zone d'habitat au plan de secteur de Liège, sera divisé en 33 lots en vue de construire 32 habitations individuelles et un immeuble résidentiel de quatre appartements. Une nouvelle voirie ainsi qu'un sentier et deux placettes seront créés.
- 17 lots (de 280 à 410 m²) seront réservés à la construction de 4 blocs de maisons mitoyennes (9 maisons de 2 façades) ou semi-mitoyennes (8 maisons de 3 façades) à front de voirie, rue Belleflamme.
- 15 lots (de 520 à 1.100 m²) seront dévolus à la construction de maisons isolées (4 façades). Elles seront implantées le long de la voirie à créer.
La dernière parcelle (1.100 m²) est réservée à la construction d'un immeuble de 4 appartements. Au total 36 logements sont donc prévus (32 maisons + 4 appartements).
Toutes les maisons auront un jardin privatif et seront équipées au minimum d'un garage ou d'un « car port ». Une partie de 40 m² maximum sera éventuellement attribuée à des locaux destinés à l'exercice d'une profession libérale ou d'une activité de service. Les maisons isolées auront une surface maximale de construction au sol de 170 m², tandis que la largeur minimale de la façade principale sera de 10,50 m. Toutes les maisons seront de 2 niveaux, avec éventuellement un troisième niveau en sous-sol. Le deuxième niveau peut être inclus partiellement dans le volume de la toiture. Les vérandas seront autorisées à l'arrière, sur un niveau.
Le début des travaux est prévu pour l'été 2006. La durée du chantier de la voirie et des différentes infrastructures (éclairage, égouttage, …) sera de +/- un mois. Passé ce délai, la vente des parcelles pourra commencer. L'estimation globale du chantier (voirie, placettes et infrastructures) s'élève à +/- 200.000 €.





Ga . L.