• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3172829

Economie

Mis en ligne le 09/03/2006

Le Port autonome de Liège : 2005 = 2003


C’est en début de semaine que Willy Demeyer, bourgmestre de Liège et également président du Port Autonome de Liège (PAL) et Emile-Louis Bertrand, directeur général ff du Port autonome de Liège (la photo), ont présenté le bilan de l’année 2005. « Une année », comme l’expliquera le bourgmestre « qui bien que n’ayant pas réédité les chiffres records de 2004 – une année exceptionnelle – s’inscrit dans la lignée des tonnages enregistrés depuis le début des années 2000 ».
Pour le bourgmestre, les chiffres restent bons et si l’on ne connaît pas encore les tonnages des autres ports fluviaux européens, le port de Liège pourrait malgré tout rester à la 2ème place derrière celui de Paris, au plus mal devenir 3ème port fluvial européen. Il reste néanmoins le 1er port fluvial du pays, ce qui n’est pas peu dire et comme nous le verrons plus loin, son avenir n’est pas vraiment sombre du tout.
Ceci dit, pour 2005 il faut considérer deux périodes distinctes :
- un premier semestre encourageant avec 7.399.267 T transportées par voie d’eau, soit seulement 8.517 T de moins (- 0,1 %) que durant la même période 2004 ;
- le second semestre fut caractérisé par une diminution conséquente de certains tonnages consécutive au début du démantèlement de la sidérurgie à chaud, et plus précisément à la fermeture du haut-fourneau de Seraing.
Le tableau ci-dessous donne l’évolution des tonnages voie d'eau du Port autonome de Liège au cours des cinq dernières années :


















Il est important de souligner que le résultat final voie d’eau (14.229.743 T), bien qu’en net recul par rapport à l’année record 2004(- 960.324 T) avoisine les chiffres des années 2002 et 2003.
Ci-après, le tableau comparatif 2004-2005 des catégories de marchandises, suivant la nomenclature utilisée pour la statistique des transports de l'Union Européenne:




















La tendance générale est à la baisse, avec notamment :
les minerais (- 788.721 t, soit - 24 %);
les combustibles solides (-408.749 t, soit - 17 %);
les produits métallurgiques (- 129.408 t, soit - 11 %) ; pour la raison évoquée ci-dessus, mais également : les produits pétroliers qui subissent le contrecoup de la flambée des prix des hydrocarbures (- 71.476 t, soit – 2 %).
Les catégories de marchandises en hausse sont :
- les produits chimiques (+ 3 803 t, soit + 7 %).
- les matériaux de construction, principalement les produits carriers (+ 390.401 t, soit + 8 %); mais, surtout :
- les marchandises diverses conteneurisées (+ 57.536 t, soit + 51 %). Un peu plus de 14.000 conteneurs (+ 6.368 unités), soit 17.941 EVP ont utilisé la navette fluviale Liège-Anvers-Liège en 2005 et ainsi contribué au désengorgement de la route.
10.280 navires ont utilisé les infrastructures publiques en 2005 (192 de plus qu’en 2003), 4689 unités d’une capacité inférieure à 1.350 tonnes et 5571 unités d’une capacité égale ou supérieure à 1.350 tonnes, la cargaison moyenne s’établissant à 1.384 tonnes ( - 122 t ).
En ce qui concerne le trafic général eau-rail-route, par rapport à l'année 2004, on constate les fluctuations suivantes :
- trafic bateaux: - 6,32 %
- trafic wagons: - 12,03 %
- trafic camions : - 7,38 %
- trafic global : - 7,08 %
On peut dès lors constater que c’est le trafic par voie d’eau qui résiste le mieux à la diminution des trafics.
La diminution des tonnages camions (- 321.409 t, soit – 7,38 %) et wagons (- 246.100 t, soit – 12,03 %) est principalement induite par une réduction de production de l’aciérie de Chertal, dont le laminoir voit sa fabrication chuter de 1.738.490 à 1.496.045 tonnes en 2005 (– 242.445 tonnes, soit - 13,95 %).Et lorsque l’on compare 2005 à 2003 :


















La bonne tenue des combustibles solides (+ 219.295 t, soit + 12 %), principalement due au maintien de l’activité à la Cokerie de Seraing ainsi qu’au rayonnement européen d’une société active dans le négoce houiller implantée à Monsin ;
la plongée (- 1.403.424 t, soit – 36 %) des importations de minerais dont les tonnages sont vraisemblablement appelés à disparaître en 2010 ;
- l’accroissement (+ 1.234.130 t, soit + 31 %) des matériaux de construction, principalement induit par l’intensification extractive en val de Meuse ;
- le développement extraordinaire (+ 125.124 t, soit + 277 %) des marchandises diverses découlant de la conteneurisation, phénomène qui se retrouve dans la plupart des grands ports maritimes et fluviaux.
En conclusion :
L’année 2005 amorce une réduction des importations de minerais destinées à la sidérurgie liégeoise. D’excellents tonnages carriers sont enregistrés cette année malgré une conjoncture qui reste faible dans le domaine de la construction.

Mais l’avenir n’est pas si sombre

Comme le dira aussi Willy Demeyer : « Nous n’avons pas attendu la crise qui frappe la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise pour préparer activement le redéploiement du port.
Le port autonome de Liège reste en effet en perpétuelle recherche de potentialités. Les nouvelles zones portuaires de Loën (près de Lanaye) et de Visé, en cours d’aménagement font déjà le plein, preuve de l’intérêt que suscite la voie d’eau comme mode de transport.

Et puis nous avons aussi pris les devants quant à l’extension de notre zone portuaire. La Région wallonne a acquis 100 hectares de terrain à Hermalle-Sous-Argenteau en bordure du Canal Albert. Ces terrains qui représentent la surface de l’Ile Monsin à 10 hectares près, seront exploités comme plateforme multimodale. Nous devons y implanter une toute nouvelle infrastructure que nous avons baptisée « Liège Trilogiport ». Il s’agira d’une plateforme d’une longueur de 600mètres permettant le transfert de conteneurs grâce à trois ponts portiques de transbordement, de l’eau vers la route, de l’eau vers le rail ou de l’eau vers un espace de stockage capable d’accueillir 4000 conteneurs.
La réalisation de ce projet complexe est évalué à une trentaine de millions d’euros et devrait permettre, dans un premier temps, la création de près de 200 emplois… »

Un village logistique au cœur de l’Europe

Cette nouvelle extension du Port autonome de Liège de 100 ha, unique en Europe, est destinée principalement à la logistique. Et comme le présente le directeur général du Port de Liège :
« Liège Trilogiport (la photo ci-dessous: avant et après) possède des atouts exceptionnels dont : 3 accès à la mer - Dunkerque (48 h) - Rotterdam (20- 24h) - Anvers (12h). Il pourra desservir 3 modes de transport : eau, rail, route ainsi que 3 marchés européens frontaliers : France - Pays-Bas- Allemagne
Liège Trilogiport se trouve au carrefour d’un important réseau autoroutier et ferroviaire permettant un accès facile et rapide aux principales villes européennes: Paris (3H30), Aix-la-chapelle (30 min), Anvers (1H15), Bruxelles (1H), Cologne (1H15), Maastricht (15 min).










Situé au cœur du réseau Rhin – Escaut – Meuse Liège Trilogiport permettra de toucher plus de 56 millions d’habitants dans un rayon de 250 km et plus de 60 % du pouvoir d’achat européen dans un rayon de 500 km.
Par ailleurs, Liège- Trilogiport sera dotée d’une plate-forme multimodale qui bénéficiera entre autres: d’un terminal à conteneurs de plus de 15 ha, d’une darse intérieure, d’un accès sécurisé aux navires de mer, de navettes fluviales porte-conteneurs journalières reliant les ports maritimes d’Anvers et de Rotterdam, de connexions à l’ensemble du réseau fluvial européen, de dessertes ferroviaires, de services de douane,…
Il sera aussi accessible aux convois poussés (4.500 T) et aux navires de mer et pourrait bénéficier d’une extension possible de plus de 180 ha. »
Tout cela n’est pas du vent lorsque l’on sait que tout récemment, le Port maritime d’Anvers, le Port autonome de Liège et la SPI + (l’opérateur économique de la Province de Liège) ont décidé de s’associer dans le cadre d’un contrat de Groupement d’Intérêt Economique (GIE) pour le développement de « Liège Trilogiport ». Ouverture prévue en 2007.

Et concernant les inévitable boucliers déjà levés par des riverains , Willy Demeyer devait préciser : «Nous traiterons ce dossier dans la concertation avec les riverains et les ministères wallons concernés.. Nous pensons bien que cela ne va pas le retarder. La plupart des personnes rencontrées, y compris sur le terrain, sont conscientes que nous devons saisir toutes les opportunités en matière d'emplois.»


Autres opportunités pour le Port autonome de Liège


D’importants investissements sont aussi prévus à la Raffinerie Tirlemontoise de Wanze dès mi-2006 et en partie sur le Port de Statte. Il s’agit de la production de bioéthanol. Celle-ci devrait générer de nouveaux trafics dont 750.000t de blé à l’entrée (500.000t par voie d’eau) et de 200.000t de bioéthanol à la sortie.
Lorsque l’on vous disait plus haut que tout n’était si sombre pour l’avenir…





Gaston LECOCQ