• Visiteur(s) en ligne : 9
  • |
  • Visiteurs total : 3148565

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 18/02/2006

Aviaire ? Vous avez dit aviaire ?


Nanèsse : Ecoute un peu m’binamé ?
Tchantchès: Ki n’a-ti co ?
- Bin figure-toi que je pensais…
- Tu pensais ? Ça t’arrive donc ça ?
- Mais enfin, arrête un peu de faire le mariolle donc Tchantchès, bien sûr que d’ji tûse…, comme toi quand tu n’as pas trop forcé sur le pèkèt ;
- Et tu penses à quoi ?
- Bin, à cette fameuse grippe aviaire…
- Ah non, pas toi aussi ? Voilà des jours qu’on n’entend plus que ça à la radio et à la TV, même que depuis vendredi, on dit que cette fameuse grippe est arrivée en France, qu’on est presque sûr que c’est le fameux virus à 90 % mais qu’on attend toujours les résultas. Si j’ai bien compté, depuis vendredi, ils ont répété la même formules une dizaine de fois. Au lieu d’attendre les analyses pour en parler. C’est à croire, ou bien qu’ils n’aient rien d’autre à dire, ou bien que ça les amuse d’essayer de faire paniquer les gens. Alors je t’en prie, n’en rajoute pas…
- Mais enfin Tchantchès, je voulais juste te demander un conseil…
- Nanèssse qui demande un conseil à Tchanthès ? C'est nouveau ça !
- On ne devrait pas acheter des parapluies ?
- Des parapluies, des parapluies…Pourquoi faire donc toi ?
- C’est rapport aux oiseaux et surtout aux pigeons. Il parait que les fientes des oiseaux et des pigeons peuvent être contaminées quand les oiseaux sont malades…
- Comme sais-tu ça donc Nanèsse ?
- Bin je l’ai lu sur le site « influenza.be » du ministère de la Santé où on dit : « Les animaux malades propagent surtout le virus par leurs déjections et éventuellement par voie aérienne. Le virus peut donc se retrouver sur le sol et dans l’eau des abreuvoirs, contaminant ainsi d’autres animaux. » Donc si j’ai bien compris, on pourrait peut-être l’attraper en se promenant et en ramassant des déjections…
- Tu crois ?
- Je n’en sais rien, je me pose seulement la question. Et c’est pour ça que je te demande si on ne devrait pas acheter des parapluies…
- C’est pas bête finalement Nanèsse, d’autant qu’avec tous les pigeons sauvages qu’on a dans le quartier et tous ces comiques qui viennent leur donner à manger, on risque gros en se promenant…parce que ces bêtes là, ça chie partout…
- Tu vois que je pense bien…
- Pour une fois !
- N’exagère pas encore. D’ailleurs, je me demande si là au-dessus, ils ont pensé aux pigeons sauvages…parce que je n’ai encore rien vu ni entendu à ce propos là
- C’est vrèye ça.. et encore bien que les vaches ne volent pas.
- Bien pourquoi tu dis ça ?
-Quand il y a eu la maladie de la vache folle, imagine un peu qu’elle affaire donc toi, s’il y avait eu des vaches volantes...Tes parapluies n’auraient pas servis à grand-chose.
- De toutes façon, en parlant de parapluie, il y en a toujours qui savent l’ouvrir quand il faut…
- Mais dis Nanèsse, tu sais ce qui me tracasse vraiment, c’est que nous, les Lecocq, on est un peu aviaire non ? Alors, on va aussi devoir rester confinés ?
- Bah, ça ne te fera pas de tort. Fini les petits pèkèts à la sauvette mon ami. Je vais enfin avoir mon Tchantchès à moi pendant quelque temps.
- Et aussi me mettre à chanter: « Viens poupoule, viens poupoule viens...?»



A l'saminne turtos