• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3172038

Tchantchès et Nanèsse

Mis en ligne le 12/02/2006

Quand Tchantchès parle d'acharnement thérapeutique


Nanèsse : On exagère sais-tu Tchantchès avec les médicaments !!!
Tchantchès : Comment ça on exagère ? Tu sais bien que depuis mon infarc, je n’en prenais jamais…
- Oui, mais ce n’est pas pour toi que je dois ça….
- C’est tout ce qu’on doit faire pour en avoir tous les mois, puis les renouvellements qu’il faut demander à la mutuelle etc…
- Oui, je sais bien, d’autant que ce qu’on prend, ce n’est pas vraiment par plaisir, mais parce qu’il le faut et qu’on le vaut bien comme dirait la publicité…
- Bin justement, c’est de toutes ces complications, parce que pour avoir tous les mois les mêmes médicament, sans quoi c’est la boîte à sapin, il faut aller chez son médecin tous les mois, et tous les mois la mutuelle rembourse la visite du médecin et tous les mois, la sécurité sociale doit rembourser la mutuelle…comme si on prenait tout ces trucs pour le plaisir…
- Mais y pas que ça sais-tu qui fait des grands trous dans la sécu. Il y a aussi l’acharnement thérapeutique…
- L’acharnement thérapeutique…c’est quoi donc ça ?
- C’est quant tu es à l’hôpital, que tu a une très grave maladie et qu’on continue à te charcuter même qu’on sait bien qu’il n’y a rien à faire et qu’on dit du malade, son état est critique, mais il est stable…
- Mais n’est-ce pas ce qu’on dit justement du pauvre vieux Ariel Sharon ? Lui qui a été opéré déjà 7 fois et qui est dans le coma depuis plus d’un mois ?
- Eh bien vois-tu Nanèsse, c’est ça l’acharnement thérapeutique, c’est ce qu’on fait aujourd’hui subir à Sharon. Et comme justement je parlais de ça avec une infirmière, que je trouvais que c’était scandaleux de faire subir ça à quelqu’un qu’on sait bien qu’il ne sortira plus jamais du coma ou alors qu’il vivra après comme une plante, elle m’a répondu : mais dans les hôpitaux, on fait ça tous les jours ?
- C’est vrèye ça ?
- Je crois bien ce qu’elle me dit, puisqu’il y a près de 40 ans qu’elle travaille dans les hôpitaux…et elle en a vu des acharnements thérapeutiques…
- Et le ministre de la Santé Publique, un certain Debeurre, je crois. Il n’est pas au courant de tout ça ?
- Mais non pas Debeurre, Rudy Demotte… Je ne sais pas s’il n’est pas au courant, mais c’est un drolle de personnage, hautain, suffisant…
- Mais comment peux-tu dire ça ?
- Je l’ai rencontré vendredi, il était à Liège pour discuter des problèmes de drogue avec noss binamé Willy Demeyer …alors je peux te dire qu’il était hautain et suffisant et que même j’étais content que la conférence de presse se termine…
- Oui, mais il n’est pas compétent ?
- Ça, je n’en sais rien, mais dans tous les cas, les médecins et les pharmaciens, même s’ils sont de gauche, ne trouvent pas qu’il leur facilite tellement la vie…
- Et qu’est-ce qu’il a comme formation ce Rudy Demotte ?
- D’après son curriculum il est enseignant en droit pour des cours de promotion sociale.
- Oui, c’est un peu comme les avocats, s’il est enseignant en droit, il a donc tout ce qu’il faut pour faire miniss et savoir tout sur tout. C’est un socialiss ?
- A ce qui paraît ? Mais comme me disait un camarade qui le connaît mieux que moi : « Quand on l’entend, on finirait par détester les socialiss… »
- Je suppose qu’il exagère ?
- Un peu un peu, parce que vois-tu Nanèsse, quand Demotte parle à des journaliss, c’est comme si c’était un seigneur parlait à ses sujets…et ça vois-tu Nanèsse, je n’aime pas. C’est pas très socialiste ça…
- Bin du moment qu’il aide Willy à sortir Liège des problèmes de la drogue…
- Oui, j’espère que je me trompe, mais Demotte ne me dit rien qui vaille dans ce domaine…

A l'saminne turtos