• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3186487

En Ville

Mis en ligne le 05/02/2006

Lors du dernier Collège échevinal du 2 février, il a été question de pollution atmosphérique et de "Cadastre culturel"

Pollution atmosphérique

Vous aurez tous remarqué, depuis lundi de la semaine dernière, suite à une couverture nuageuse particulièrement tenace et à une inversion des températures, une vague de pollution atmosphérique a traversé la Belgique et a stagné sur plusieurs grandes villes.
Répondant à plusieurs questions posées par différents médias à propos de ce que la Ville pouvait faire en la matière, le bourgmestre Willy Demeyer a tenu à préciser quelques points importants.
Il dira notamment : « Il est utile de préciser que seule la Région wallonne (Ministère de l’Environnement) est compétente dans la prise d’éventuelles mesures destinées à contrecarrer les effets des pics de pollution !
Pour l’heure, la Ville de Liège n’a reçu aucune instruction particulière de la Région wallonne. Cependant, si cela devait être le cas, un plan est évidemment disponible. Il s’agit du Plan général d’urgence et d’intervention qui permettrait, si nécessaire, de mobiliser les moyens ad hoc dans les plus brefs délais.
En région bruxelloise, quelques bourgmestres ont pris certaines mesures comme, par exemple, un renforcement des contrôles de vitesse sur les routes. Une décision prise, semble-t-il, au sein de la « Région Bruxelles-Capitale »
Il est donc incorrect de comparer cette prise de décision avec la situation de la Ville de Liège.
Liège dépend d’une directive wallonne ce qui est plutôt cohérent dans la mesure où ce type de pollution n’a pas de frontière. Que la Ville prenne à sa seule initiative et à son échelle des mesures comparables à celles prises en Région bruxelloise n’aurait dès lors guère de sens. Quel serait en effet l’intérêt qu’une mesure particulière soit prise à Liège uniquement alors qu’elle ne serait pas appliquée dans les communes limitrophes ? »
Quelle est la procédure utilisée ?
Les mesures atmosphériques sont relevées par la Cellule Interrégionale de l’Environnement (10-11, avenue des Arts, 1210 Bruxelles – Tél. : 02/227.57.02 – Site Internet :www.irceline.be
En cas de problème en Région wallonne, cette dernière alerte l’administration et le Ministre wallon de l’Environnement, Benoît Lutgen.
C’est ce dernier qui juge de la gravité du problème et qui, le cas échéant, prend les mesures qui s’imposent.
Pour ce faire, il avertit, via une circulaire, les Gouverneurs concernés. Ceux-ci font de même avec les Bourgmestres qui appliquent alors les instructions ministérielles.

Un cadastre culturel pour la Ville

C’est l’échevin de la Culture, Hector Magotte et le bourgmestre Wily Demeyer qui ont, à l’issue du Collège, présenté le travail que laVille était en train de réaliser pour mettre à jour un « Cadastre culturel » bien nécessaire pour s’y retrouver dans les méandres des activités culturelles de la ville qui, rien qu’au niveau théâtral, compte pas moins de 51 troupes.
A ce sujet, le bourgmestre expliqua : «A l’issue des Etats Généraux de la Culture, organisés par la Ville de Liège d’avril à juin 2004, il est notamment apparu nécessaire de réaliser un cadastre culturel.
Pourquoi réaliser un cadastre culturel ? Tout d’abord, parce que ce cadastre n’existe tout simplement pas à l’heure actuelle alors que ce dernier offrirait de nombreuses possibilités en termes de (re)connaissance des associations, d’actualisation des données, d’échanges matériels, artistiques, sociaux, etc.
D’autre part, parce que ces informations permettront à la Ville et au Plan Fédéral des Grandes villes d’organiser la problématique des investissements en fonction des capacités et des besoins actuels.
En outre, au niveau de la Ville, du Département de la Culture, de la Région wallonne, de la Communauté française, des mécènes, des sponsors, ce listing permettra d’expliquer combien la culture représente d’emplois directs à Liège.
Avec le concours de l’Agence régionale de Développement culturel du Pays de Liège, une première phase de l’élaboration de ce cadastre culturel a été mise en place afin de recueillir auprès des institutions, associations et artistes liégeois une fiche de présentation. Celle-ci a permis de mettre en lumière leurs créations, leurs fonctionnements et leurs manifestations par une visibilité accrue sur le site Internet www.culture-paysdeliege.be
Une deuxième phase consistant en la réalisation d’un instrument d’analyse plus détaillé a ensuite été décidée. Il s’agit de donner à la fiche de présentation des compléments d’informations à usage interne qui permettront de faire état des capacités (salle à disposition, outils de communication, propositions d’activités….) et des besoins (aménagements, mise à disposition, locations, réseaux….) de chacun en termes de coordination, d’organisation et d’échanges. Une seconde fiche de renseignements a donc été rédigée et envoyée aux associations.
De février à mars 2006, des Départements de la Ville ( Ve et XVe départements) auront en charge les contacts avec chaque association afin que les réponses soient les plus complètes possibles. La synthèse et l’opérationnalisation du cadastre culturel se fera de mars à juin 2006. »