• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3173137

Société

Mis en ligne le 30/01/2006

NON aux enfants dans les centres fermés!!! Non aux centres fermés


S’il y avait du soleil dimanche après-midi au-dessus du « centre fermé » de Vottem, il n’y en avait certainement pas dans le cœur de ceux qui ont eu cette idée extraordinaire de transformer cette ancienne caserne en centre de détention pour des citoyens du monde entrés « illégalement » dans notre minuscule état Belgique. C’est que, grâce aux filières mafieuses bien organisées, ils sont toujours des milliers à croire que chez nous, c’est mieux que chez eux.
Dans un certain sens c’est vrai. En principe, chez nous, on est libre de dire, de penser, d’écrire et de faire (théoriquement) ce que l’on veut, mais si t’as pas de pognon, si tu es crados, si t’as une « gueule » qui ne revient pas, ce n’est peut-être pas tout à fait la même chose.
Et c’est sûrement faux si en plus de tout ce que je cite plus haut, tu es basané, noir, jaune et que tu baragouines à peine notre langue…alors là, planque toi, parce que l’Office des étrangers va rapidement te tomber dessus, même si tu as fait une demande de « droit d’asile », (mais en fait est-ce qu’il existe encore réellement ce droit là, si on n’a pas de pognon ou du répondant à l’étranger) et t’enfermer avec ta femme et tes enfants dans un de ces centres fermés comme celui de Vottem, jusqu’à ce qu’on décide de ton sort.
Là, camarade, même si jamais au grand jamais dans ta p… de vie de déraciné tu n’as jamais fait le moindre mal à qui que ce soit, même si tu n’as jamais volé ne fut-ce qu’une pomme ou un quignon de pain, cela en sera fini de ta dignité. Derrière des barreaux et dans un centre entouré de doubles grilles de fer (comme dans les camps dont on a fêté le 50ème anniversaire de leur libération l’an dernier), tu croupiras…avant qu’on ne te renvoie vers un autre enfer, celui que tu as voulu quitter.

Le gouvernement fédéral, auquel sont associés les socialistes, vient d’avoir une nouvelle idée géniale : pour que tes enfants, dont certains ont déjà passé quelques années sur les bancs de nos écoles, y ont appris nos us et coutumes, notre langue, s’y sont fait des amis, et bien ils ont décidé d’aménager ces centres pour que les enfants y soient mieux. Ils vont y créer de nouvelles ailes.
Mais comment un enfant peut-il être « mieux » dans une prison, dans un centre fermé, dans un « camp de la honte » qu’auprès de ses amis, ses instituteurs ou institutrices et avec ses parents en liberté ? On rêve ou quoi ?
Ce dimanche, ils étaient près de trois mille à s’être rendus en cortège au « centre fermé » de Vottem, pour protester contre cette nouvelle atteinte non seulement aux «Droits de l’homme », mais aussi et tout particulièrement à la « Convention internationale des droits de l’enfant ».
Ils étaient aussi près de 3000 mille à venir accrocher des « peluches » aux grilles de cet immonde édifice.
Va-t-on enfin écouter toutes celles et ceux qui clament leur indignation et qui soutiennent sans réserve celles et ceux que l’on enferme dans les centres fermés.

Va-t-on enfin écouter aussi le HCR qui « se dit inquiet du nombre croissant d'enfants détenus dans les centres fermés, mais aussi de la durée de plus en plus longue de leur séjour, souvent plusieurs mois. » 73 enfants détenus aujourd'hui, c'est 5 fois plus qu'il y a un an. Des détentions qui, selon la Convention internationale des droits de l'enfant, « ne peuvent s'entendre que pour des périodes les plus limitées possibles et dans des conditions particulières », ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Des experts de l'ULB ont d'ailleurs assimilé ces détentions à de la maltraitance psychologique.
Il y avait aussi du soleil dans les cœurs dimanche après-midi à Vottem aux grilles du « centre fermé », mais cela est-il suffisant pour qu’il y en ait un jour dans les yeux des enfants qui y sont enfermés et dans ceux des enfants qui y arriveront ?
Comme chantait Boris Vian : « Messieurs qu’on nomme grand, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez le temps… ».
Il est temps que tout ça change, on nom des « Droits de l’Homme » et des « Droits de l’enfant », c’est tout ce qu’il a à dire, le reste n’est qu’hypocrisie.

Pour info, la manifestation de ce dimanche 29 janvier, était organisée à l’appel de : Point d’Appui ASBL - CRACPE (Collectif de résistance aux centres pour étrangers) - CSC – Liège-Huy-Waremme - FGTB (Liège-Huy-Waremme) - CRIPEL (Centre régional pour l’intégration des personnes étrangères ou d’origine étrangère de Liège) - UDEP (Union pour la défense des sans papiers) - Ligue des Familles (Liège) - Entraide & Fraternité / Vivre Ensemble (Liège) - CIRÉ (Coordination et initiatives pour et avec les réfugiés et les étrangers) - Le Monde des Possibles ASBL - Comité de vigilance des arrondissements de Huy et de Waremme - CER (Réseaux et chrétiens en route) - Sant’ Egidio - POS (Parti ouvrier socialiste) - Socialisme sans frontières ,- Association Culturelle Paul Renotte - Les Territoires de la Mémoire ASBL - Femmes Prévoyantes Socialistes (Liège) - Centre d’Action Laïque de la Province de Liège





Gaston LECOCQ