• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3199338

En Ville

Mis en ligne le 29/01/2006

Liège a son M. « Propre »! Pardon : son «Prosper»…


A l’occasion du Collège échevinal du jeudi 26 janvier dernier, André Schroyen, qui est aussi échevin de la Propreté, a présenté la nouvelle campagne de propreté que ses services, qui ont eu recours à la société liégeoise en communication « Unijep », va lancer à l’intention de tous les habitants de la Cité ardente.
Le but : Liège doit devenir plus propre, et les incivilités doivent diminuer, bien que, comme le dira le bourgmestre : «Grâce aux différentes campagnes menées, je pense que Liège devient quand même nettement plus propre. D’ailleurs, le courrier que je reçois régulièrement sur ce sujet a baissé, puisque mon service reçoit 12 fois moins de lettre qu’auparavant. »
Alors pourquoi une nouvelle campagne ? André Schroyen qui est enseignant de formation répondra : « C’est comme dans l’enseignement, il faut sans cesse répéter… »
La campagne qui commencera d’ici peu et qui va se dérouler durant 5 mois, de février à septembre (excepté juin, juillet et août) s’articulera autour de 5 grands thèmes.

Un thème par mois

Cette campagne qui sera d’inspiration ludique a choisi une nouvelle mascotte que l’on verra régulièrement partout. Il s’agit de «Prosper » (voir sur nos photos issues de la brochure de la ville) et qui est aussi l’anagramme de « Propres », car en définitive c’est de ça qu’il s’agit : faire en sorte que les Liégeoises et les Liégeois soient encore plus propres…Parce que dira l’échevin, « Une ville propre, c’est l’affaire de tous… »




- En février : « Avant l’heure c’est pas l'heure




Concerne essentiellement la manière dont on peut et l’on doit se débarrasser de ses déchets ménagers et notamment ne pas les déposer plusieurs jours avant la date du ramassage. Si on les dépose vers 20h la veille du ramùassage, c'est parfait puisque les camions démarrent le lendemain vers 6h30... Si vous dépôser vos ordures trop tôt, il y a un risque d'en retrouver partout sur le trottoior ou dans la rue...










- En mars : « L’affaire est dans le sac » :





Il s’agit ici de rappeler tout ce qui concerne la propreté sur la voie publique en général et plus particulièrement les obligations qu’ont les propriétaires de chiens à ramasser les déjections de leurs amis à quatre pattes mais aussi d’avoir sur eux, pendant leurs sorties, le matériel nécessaire. Selon certaines statistiques, un chien de taille moyenne déjecte environ 90 kg par an...







- En avril : « Sus aux détritus intrus » :

Ici, on rappelle qu’il est interdit de "se débarrasser de déchets ménagers et assimilés autres que ceux produits par une consommation sur la voie publique, ou de sachets en contenant, dans les bacs ou corbeilles à papier mis à la disposition du public sur la voie publique". En d’autres termes, il est interdit d’utiliser les corbeilles publiques pour se débarrasser de ses ordures ménagères. Cette campagne montrera aussi du doigt tout ce qui concerne les dépôts illégaux, comme ceux qui l’on trouve malheureusement trop souvent (mais ils sont en diminution) autour des bulles à verre ou au pied de poubelles publiques.





-En mai : « Et si on commençait par balayer devant sa porte ! » :

En mai, on rappellera aux Liégeoises et aux Liégeois qu’il est impératif et obligatoire de maintenir « dans un état de propreté suffisant l’entièreté de la portion de trottoir, d’accotement et de rigole se trouvant en regard de sa demeure ou de sa propriété, afin d’assurer la propreté, la salubrité et la sûreté de la voie publique, sous réserve d’autres dispositions réglementaires ». Bref, en résumé : balayer devant sa porte régulièrement (et en ramassant les détritus évidemment), c’est déjà participer à la propreté de la ville.
Il est peut-être bon de rappeler que ces dispositions sont aussi valables pour les bâtiments publics dont les différents propriétaires (Ville, Province, Région, Etat fédéral ) devraient montrer l’exemple, ce qui n’est pas nécessairement toujours le cas…
La campagne de mai mettra aussi en exergue l’utilité de veiller à ce qu’un avaloir d’égout situé devant sa maison a tout intérêt à être nettoyé, parce qu’ainsi on peut éviter certains problèmes en cas de fortes pluies et dans tous les cas il est toujours utile de prévenir les services idoines, lorsque l’avaloir est bouché.

En septembre : « La propreté c’est l’affaire de tous » :

Le dernier opus de la campagne sera en quelque sorte la conclusion de celle-ci avec un rappel de tout ce qui aura été développé les mois précédents.

Brochure illustrée, radio, TV etc


D’ici peu, chaque Liégeois recevra par courrier postal, une brochure de 16 pages éditée par le "service Propreté" et traduite en anglais, turc et arabe reprenant dans le détail tous les points forts de la campagne que nous vous avons présenté ci-dessus.
Cette brochure reprend aussi les différents articles du « Règlement communal » qui s’y rapportent et les amendes qui pourraient vous être délivrées si vous ne vous y soumettiez pas.
C’est que, si la Ville ne ménage pas ses moyens d’information et de prévention en la matière, le bourgmestre a malgré tout rappelé que les services de police, avaient, dans leurs missions, l’obligation de faire en sorte que le règlement communal soit respecté. A bon entendeur…
Outre cette brochure et durant 5 mois, cette même campagne sera organisée en radio, en télévision, mais aussi avec des affiches dans les bus, les bâtiments publics, il y aura aussi des communications pour les écoles et des jeux organisés pour les plus jeunes, le tout ayant été orchestré par la société «Unijep».
Mais tout ça a évidemment un prix. En effet cette campagne coûtera quelques 80.000 € à la Ville alors que la Région wallonne « donne » 50 cents par habitant pour régler la communication relative à la propreté publique.
Alors qu’André Schroyen tient à préciser que les subsides régionaux ne servent pas uniquement à financer cette campagne, le bourgmestre estime quant à lui que, pour une ville comme Liège, 50 cents c’est trop peu parce que : «On ne tient pas compte des milliers de non Liégeois qui chaque jour viennent en ville et, inévitablement, contribuent à salir la Ville».
Pour le bien général, on ne peut que souhaiter que les messages de «Prosper » seront entendus par une majorité de nos concitoyens.
Et en plus, il est sympa « Prosper… », vous ne trouvez pas ?

- Il y a aussi pas mal d'informations utiles en matière de propreté sur le site de la Ville de Liège : www.liege.be/proprete





Gaston Lecocq