• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3171143

Musique

Mis en ligne le 15/01/2006

A l’O. R. W. première en Belgique de « Der König Kandaules » un opéra inspiré à Alexander von Zemlinsky par André Gide.

« Der König Kandaules » est le huitième opéra composé par Alexander von Zemlinsky. Son livret s’inspire de la traduction allemande d’une tragédie écrite au début du siècle dernier par l’écrivain français André Gide « Le Roi Candaule ».
Cette œuvre resta inachevée( lors de l’exil aux U.S.A., en 1938, pour fuir les persécutions antisémites d’Hitler, du musicien et chef d’orchestre viennois qui décéda outre-Atlantique en 1942 après que le « Met » de New York eut refusé de créer ce spectacle comportant, à la fin du deuxième de ses trois actes, une « scène de nu », insupportable aux yeux de son public puritain ) . Mais heureusement, il y a une quinzaine d’années, la partition fut rétablie et son instrumentation complétée par le musicologue Anthony Beaumont et, après une interprétation en concert en 1992, cet opéra fut créé au « Staatsoper » de Hambourg, le 18 octobre 1996.

L’histoire

A présent, cette coproduction de l’Opéra Royal de Wallonie et de l’Opéra de Lorraine et de Nancy (la ville la plus anciennement jumelée à Liège, sous les murs de laquelle périt Charles le Téméraire) sera une « première » en Belgique.‘
Le Roi Candaule est une fable inspirée de l'antiquité. Elle parle de l'inégalité des classes sociales et pose la question du partage du bonheur.
Candaule est un roi de Lydie extrêmement riche. Sa femme, Nyssia, est tellement belle qu'elle ne souhaite être vue que de lui seul. Mais, dans son bonheur égoïste, Candaule étouffe. L'arrivée du pauvre pêcheur Gygès fait basculer sa vie. Il devient son ami et, par l'intermédiaire d'un anneau magique qui rend invisible celui qui le porte, Candaule veut que Gygès voie Nyssia. Découvrant la beauté de la Reine, Gygès ne peut y résister. C'est la trahison, qui débouche sur le drame.
Le compositeur Alexander von Zemlinsky, délicat poète de la voix humaine dont on a pu apprécier, il y a quatre ans à l’O.R.W., « Eine florentinische Tragödie », a écrit un opéra d'une grande richesse d'expression. La création sur la scène du Théâtre royal de Liège de ce qui nous est présenté comme un chef d'oeuvre méconnu est donc susceptible de s’avérer un événement lyrique important.

Les artistes


Porté par le metteur en scène Jean-Claude Berutti, qui avait déjà offert à Liège une remarquable « Dantons Tod »(« Mort de Danton ») il y a quelques années, ce « König Kandaules » pourrait ainsi constituer un des moments forts de la saison. Le directeur de la Comédie de Saint-Etienne sera assisté de Darren Ross et, pour la dramaturgie par Frédéric Roels. Il sera aussi épaulé par ses complices habituels, le décorateur Rudy Sabounghi (assisté de Bruno De Lavenière) et par Laurent Castaing pour les lumières. La costumière Colette Huchard, qui a travaillé notamment avec les frères Dardenne, sera pour la première fois invitée à l’O.R.W.
Ce sera aussi le cas, à la tête de l’Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie, du chef allemand Bernhard Kontarsky qui, après des études à Cologne, a dirigé musicalement les Opéras de Bonn puis de Stuttgart avant de briller sur de nombreuses scènes européennes .
La distribution comporte trois rôles principaux : le roi (Gary Bachlund originaire de Los Angeles), son épouse (Barbara Haveman, notre photo, que l’O.R.W. a révélée) et le pêcheur (Werner Van Mechelen auquel les « Amis de l’Opéra » viennent de décerner leur « Grétry de Cristal 2005 » pour son interprétation d’Alberich dans la trilogie de Wagner à Liège). Une dizaine de solistes incarneront les courtisans du Roi. Il s’agira de James McLean, François Piolino, Peter Edelman, Patrick Delcourt, Guy Gabelle, Léonard Graus et Roger Joakim, ainsi que de nouveaux venus à l’O.R.W. Randall Jakobsh et Jean Teitgen auxquels s’ajoutera une comédienne choisie à trois reprises par les frères Dardenne pour leurs filns « Rosetta », « La promesse » et « L’enfant » : Mireille Bailly.

Cinq représentations

« Der König Kandaules » sera joué cinq fois au Théâtre Royal de Liège : les vendredi 27 et mardi 31 janvier ainsi que les jeudi 2 et samedi 4 février à 20 heures et le dimanche 29 janvier à 15 heures.
Le prix des places varie de 7 €, 50 à 60 €. Un tarif jeunes est applicable. Les réservations s’effectuent au 04/221 47 22 du lundi au samedi de 11 à 18 heures ou « on-line » sur le site www.orw.be





J-M. Roberti