• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3199211

Politique

Mis en ligne le 14/01/2006

Le PS mise sur le GRE : "le temps de la discussion est passé, c'est le temps de l'action"


C'est fait! Jeudi soir, le comité fédéral de la fédération liégeoise du PS a décidé que le Groupement de Redéploiement Economique sera la structure chargée de la coordination et de l'animation économique de la province de Liège. Cette décision était particulièrement attendue puisque le "Plan Marshall" initiée par la Région Wallonne oblige chaque province a désigné un organe de coordination. De plus, cette décision a reçu l'aval des trois autres fédérations, à savoir Huy-Waremme, de Verviers et de la région germanophone. Cette nouvelle a été annoncée par le président de la fédération liégeoise du PS, Willy Demeyer, entouré du ministre wallon de l'économie, Jean-Claude Marcourt, et de son collègue du budget, Michel Daerden.




Que prévoit ce texte qui a fait l'unanimité au sein des rangs socialistes?

Le premier point précise que: "Le GRE est désigné comme organe de coordination provincial dans le cadre de la restructuration de l'animation économique; il sera immédiatement réorganisé pour atteindre l'équilibre de représentation en intégrant les différents arrondissements de la province, la Province et la Communauté germanophone. La SPI+ devant être l'opérateur public de référence, et notamment être le relais privilégié pour les dossiers à instruire". Le deuxième point évoque le long terme: "A la date de renouvellement des instances de la SPI+ et au plus tard pour le 30 juin 2007, il y aura une réorganisation, autour de la Province et des 84 communes la composant, des différents outils provinciaux tels que l'asbl du Pays de Liège, le GRE et la SPI+; cette réorganisation se fera au travers d'un instrument juridique unique qui pourra déterminer des secteurs d'activités et/ou des secteurs géographiques".

Comment analyser cette prise de position du PS?

Sur la table, quatre hypothèses étaient en jeu. Soit le choix se portait sur la SPI+, soit sur le GRE, soit un "mixte" des deux institutions et enfin une solution intermédiaire. Sur le terrain économique, la SPI+ est déjà un opérateur. Or, l'objectif consistait à trouver une structure qui soit "au-dessus de la mêlée", ayant la capacité d'éviter l'émiettement des moyens et de coordonner la manœuvre du renouveau économique. Pour le ministre Marcourt: "Il ne s'agit pas d'une grande restructuration du secteur des intercommunales mais de miser sur une large réflexion des outils déjà en place et surtout d'aboutir à plus de clarté face à la multitude des structures oeuvrant dans le domaine du redéploiement économique. Il s'agit de simplifier le paysage et d'être plus efficace pour les investisseurs potentiels".
Va-t-on assister à la fin de certains organes? Manifestement, il semble que oui mais l'évolution devrait se dérouler sans précipitation. D'une part, l'asbl du Pays de Liège n'est "qu'un lieu de réflexion" des forces de vives qui ont, déjà, leur place au sein du GRE. Pour la SPI+ (et son personnel), il s'agira plutôt d'un changement de structure. Et, le calendrier facilitera cette modification. En effet, à la suite des élections communales d'octobre 2006, ce sera l'époque du renouvellement dans la composition des organes des intercommunales. Généralement, il faut au moins 6 mois… Ce qui nous mène, effectivement, vers juin 2007. D'autre part c'est l'actuel bourgmestre de Seraing et président de la SORASI (société de rénovation et d'assainissement des sites industriels), Jacques Vandebosch, qui est chargé de mettre en œuvre la résolution du PS. En fait, il faut trouver une nouvelle structure juridique afin d'accueillir (selon des dosages bien savants) une représentation équilibrée des 84 communes et de l'institution provinciale. Ici, il semble que l'on se dirige vers la formule de l'intercommunale.

Quels seront les missions du GRE?

Il sera l'interlocuteur privilégié de la Région Wallonne. Une position qui lui permettra l'analyse des projets à soutenir et de la répartition des subsides. Sa fonction doit garantir une meilleure coordination face aux institutions qui oeuvrent dans le domaine du redéploiement. Il pourra mieux orienter ceux et celles qui veulent réer de l'activité économique. Un rôle que le ministre Marcourt résume en trois mots: "Coordonner, rationaliser, intégrer".
La semaine prochaine, MR, CDH et Ecolo réagiront à la décision du PS puisqu'une réunion du GRE est prévue à l'agenda et que le gouvernement wallon se penchera à nouveau sur le plan Marshall et son milliard d'euros.
De son côté, le président de la Fédération liégeoise du PS, et bourgmestre de la Ville de Liège, Willy Demeyer a conclu par un slogan: "Le temps de la discussion est passé, c'est le temps de l'action".





Christian Desloovere