• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3099779

Bouquins

Mis en ligne le 13/01/2006

Mémoire de l’eau chez Noir Dessin : Les inondations de 1926


En publiant près de 300 photos et cartes postales consacrées aux inondations du 31 décembre 1925 qui allaient se poursuivre jusqu’au 4 janvier 1926, l’éditeur Michel Elsdorf nous remet en mémoire un événement vieux de 80 ans mais qui fut l’équivalent d’un tsunami wallon, touchant Liège mais surtout ses banlieues industrielles.
Namur, Dinant, Charleroi subirent également des inondations, de même que la partie flamande du pays, ce qui allait provoquer une autre tempête de type communautaire. Les investissements économiques de l’époque deviennent de manière patente beaucoup plus favorable à la Flandres. Edouard Ancelle élu à Liège par un vote wallon, ministre en exercice, lors des débats au Sénat concernant les inondations de 1926 évoquera « l es ruisselets liégeois ». Van Belle et Merlot défendrons le bassin industriel et obtiendront la création de l’actuelle AIDE, société de démergement et d’épuration qui évitera qu’une telle catastrophe naturelle, plus importante encore que celle de 1880, ne se reproduise.
Les Ponts et Chaussées se retrouveront dans la tempête médiatique accusés d’être trop lents dans la réalisation des travaux prévus depuis 1921… Ils n’en seront pas moins avec l’ensemble de la population active, à la hauteur du défi de reconstruction. Les vestiges de 14-18 étaient encore bien présents en termes de dégâts au niveau des ponts de Liège, dont le pont des Arches.
La presse liégeoise fit front dans l’adversité et publia malgré les difficultés d’acheminement du personnel et les dégâts d’imprimerie. « La Meuse » fut tirée à Bruxelles pendant quelques jours et se rattrapa le 20 janvier avec un numéro spécial photos consacré aux inondations qu’elle qualifia d’historique pour ses lecteurs. La Wallonie et la Gazette de Liège ferraillèrent sur les responsabilités incombant au pouvoir politique… Liège en avait plein les bottes, les trams qui circulaient s’appelaient « trams canards » et le musée des Transports conserve une bouée qui faisait partie de l’attirail des tramways…

EN février 1928, les Ponts et Chaussées déjà installés depuis 1880, 2 rue Forgeur dans l’admirable bâtiment rénové par la Région Wallonne, pouvaient engager les travaux de rénovation de l’île Monsin.
Notons au passage que de très nombreuses photos à la fois humoristiques, émouvantes, graves, étonnantes proviennent des archives de la société de démergement installée à Tilleur et qui est en plein agrandissement ce qui sera bénéfique pour l’ensemble de ses archives.
Le label « Noir dessin » c’est évidemment la photographie. Mais si l’ouvrage pour l’essentiel se tient à cette démarche, les légendes qui accompagnent les photos constituent de petites tranches de notre histoire. Les textes de Jean Louis Lejaxhe illustrent l’événement et reprennent un historique des spécificités liégeoises, les inondations archivées depuis le 17ème siècle.
L’ouvrage est à sa manière une balade sur l’eau qui nous fait redécouvrir un bassin industriel, Jemeppes, Seraing, Tilleur ; une condition ouvrière et un sentiment liégeois faits de mauvaises et bonnes fortunes.
Les inondations de 1926 n’empêchent pas de se passionner au même moment pour le Standard qui écrase Tilleur 5-2 ou se défait du Beerschot 2-1. Ni de faire des funérailles mémorable au Cardinal Mercier et d’assister à la démission du ministre de l’Intérieur le général Kersten conspué par les anciens combattants Ou encore de laisser la mode s’imposer avec les premières jupes culottes Cette année là se fêtait le centième anniversaire du Val Saint Lambert, Camille Buysse gagnait le tour de France…

Jean-Pierre Keimeul

« Les inondations au Pays de Liège ». Edition « Noir Dessin ». 192 pages. 18 euros. Ont participé à cet ouvrage : Jean Louis Lejaxhe, Michel Elsdorf, Yannick Delairesse.

Noir Dessin a aussi publié fin de l'an dernier

CROYANCES ET SUPERSTITIONS EN WALLONIE


Voici, pour la première fois réunis des centaines de croyances et de superstitions wallonnes. Des dizaines d’ouvrages traitent ou nous rappellent des croyances dites « universelles » comme « toucher du bois » ou « faire un détour pour ne pas passer sous une échelle » mais, en Wallonie, nous avons nos propres coutumes et nos propres superstitions liées à nos traditions, à notre folklore, à notre faune et à notre flore.
C’est ainsi que vous découvrirez dans cet ouvrage des us et des coutumes bien de chez nous :
- Ne balayez jamais de la poussière hors de votre maison, vous pourriez « balayer » la chance,
- Coudre du linge blanc avec du fil noir attire la mort,
- Si votre postérieur vous chatouille c’est que vous allez manger de la tarte.
Lire cet ouvrage, c’est faire un véritable saut dans notre passé Wallon, et surtout découvrir que beaucoup de nos croyances et de nos superstitions sont encore bien vivantes.
"Croyances et Superstitions en Wallonie" regroupe plus de 2000 textes propres à notre région mais également des dizaines d’illustrations anciennes inédites, sans oublier l’explication du vendredi 13.

Auteurs : Y. Delairesse Mr Elsdorf - Prix de vente : 18,00 €- Couverture : Brochée. Couleurs. -Format :17 X 24 cm. 192 pages

LES CEUX DE CHEZ NOUS : Tome 2 En français et en wallon

Les deux font la paire


Après le succès du premier tome, voici enfin la suite de la BD réalisée par Fr. Walthéry et J-Fr de Marchin : « Les ceux de chez nous » de Marcel Remy.
Découvrez avec le « petit Marcel » et « Zante » les aventures humoristico-poétiques de deux gamins espiègles, à la fin du siècle dernier, à travers 5 aventures :
Bel enfant - Mal de dents - Bate les coqs - Vive la fête - A la maraude
Ils découvriront tour à tour les traditions, les coutumes et le folklore de nos régions.
« Les ceux de chez nous », une B.D. digne de la lignée du célèbre « Vieux Bleu ».
Un véritable retour dans notre terroir wallon, une B.D. à mettre entre toutes les mains.

Auteur : Marcel Remy - Dessins :Fr. Walthéry & J-Fr. de Marchin - Prix de vente : 12,00 € - Format : A4. 48 pages couleurs