• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3099223

Bouches ardentes

Mis en ligne le 01/08/2005

La "Taverne des Vennes" à l'ombre de la place Georges Ista

Quartier des Vennes, entre deux défilés de bagnoles, nous sommes au niveau de ce que les gens du quartier appellent « le boulevard de l’automobile ». Un oasis formé d’une petite place et d’un bistrot de quartier. Des jeunes filles ont déposé leurs vélos et cueillent des marguerites avec leurs petites sœurs. Elles ignorent ces petites que Georges Ista (la photo) fut un écrivain wallon, journaliste, caricaturiste, vivant de sa plume à Paris. Il écrit en 1905 une pièce de théâtre en wallon, intitulée «Qui c’est, qui est le maître ? » On lui doit aussi le célèbre "Li bouqète emmacralèye"
La taverne des Vennes, c’est un microcosme qui permet de rêver. Vont en terrasse ceux qui sont nouveaux dans le quartier.
L’ancien patron c’est Armand. Toutefois, il lui est difficile de quitter les lieux de son crime au bénéfice de Charly le nouveau boss. Il y a aussi Joanna , à craquer avec son petit accent venu d’ailleurs. Elle aime bien se balader sur l’estacade à Ostende mais provient du Liban. Le pays des cèdres et des grands conflits pour la liberté des peuples.
Les habitués occupent le zinc. Aux murs, des reproductions de l’exposition universelle de 1905. Un des rares établissements à y être vraiment attentifs. Cela garde le cachet d’une vieille brasserie. Armand assure que l’établissement s’est ouvert dans les années trente. Les ineffables bingos dénaturent quelque peu l’environnement et la modernité a installé un « portable musical » au dessus du bar. Le juke box du 21ème siècle. L’établissement dispose d’une grande cuisine. A l’occasion, un couscous royalement géant illumine nos mines.
Ici on laisse sa morgue sur le trottoir en réfection. On y entre avec l’humilité de la main tendue et de l’amitié. Tout le monde se dit bonjour. On y écluse dans la bonne humeur, la raillerie et même, parfois l’humour noir. Le dentiste du coin, il ne faut pas lui arracher trois mots pour qu’il vous parle. Jesus « l’Espagnol », prof d’académie vous fait visiter un autre monde. Au retour d’une manifestation patriotique, le retraité de l’armée et son épouse installent le drapeau belge à une table du coin. Les jeunes cadres, prêts à bouffer tout cru la concurrence, étanchent leurs rêves. Les chômeurs ne se pointent pas avec une mine d’enterrement.
Taverne des Vennes, place Georges Ista. Tel 04.343.9147





Jean-Pierre Keimeul