• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3124537

Santé

Mis en ligne le 11/01/2006

Le CHU de Liège : ambassadeur de la santé au Vietnam


L’université de Liège et son hôpital sont en contact depuis 2003 avec les autorités politiques et médicales vietnamiennes, il en ressort aujourd’hui une véritable coopération en soins de santé qui fait de l’hôpital universitaire liégeois un partenaire et un consultant privilégié. Ils évoquent avec nous leurs projets 2006. le professeur Michel Meurisse spécialiste des transplantations, Madame BUI KIM HAI médecin généraliste expert du Tribunal de Travail de Liège, et le professeur Vincent D’orio médecin urgentiste.
Nous les avions rencontrés au Château de Colonster, il y a deux ans déjà, Michel Meurice commentait film à l’appui des transplantations rénales réalisées par une équipe médicale liégeoise dans un hôpital de Ho Chi Min, accueillant 250 patients insuffisants rénaux dialysés. Ho Chi Min Ville c’est 8 millions d’habitants. Le Vietnam dispose de 47.000 médecins pour 80 millions d’habitants… (1)
A ce moment là il s’agissait de former le personnel local à des techniques courantes de greffe de reins, aujourd’hui la coopération se place à un niveau de pointe et de manière de plus en plus globale ave le CHU de Liège.

Un label CHU Liège


Michel Meurisse a le regard qui pétille. «A l’hôpital 115, 13 greffes de reins ont été réalisées sur 1 an, il y a là bas un énorme potentiel. Mais ce que nous développons c’est un véritable sas de formation et d’échange avec des médecins vietnamiens qui formés à Liège deviendront des formateurs dans leurs propres hôpitaux mais devront pour les autorités vietnamiennes et sur l’ensemble du pays, avoir obtenu ce label CHU de Liège. Quand nous allons sur place nous dispensons une formation théorique et pratique. Nous opérons. Nous ouvrons d’autres disciplines comme la pneumologie. Un de nos nouveaux projets piloté par le service ORL universitaire consiste en des interventions de haute technologie pour les enfants sourds. Nous envoyons nos jeunes en dernière année de médecine se frotter à une réalité médicale autre. Recevoir 250 patients sur une journée dans un district »

Liège formera les généralistes vietnamiens

Madame Bin insiste aussi sur la pérennité des échanges avec l’Université de Liège. En terme de réflexion médicale et philosophique, particulièrement avec cette notion de formation en médecine généraliste qui n’existe pas au Vietnam et qui pourtant intègre la notion familiale et sociale du patient. « Le dossier médical suivi, c’est une notion que nous sommes en train de faire passer auprès du ministère de la Santé vietnamien ». « Roularta, le groupe de presse belge va lancer un magazine scientifique et médical en vietnamien auquel nous collaborerons en étant très attentif aux spécificités sociologiques et médicales du pays Il faut savoir que le Vietnam doit faire face à de multiples accidents de vélo moteurs et motos avec pour conséquence d’importants traumatismes crâniens »

Un jumelage Ho Chi Min Ville – Liège très concret



Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la Province et les députés permanents André Gilles et Georges Pire, se sont rendus au Vietnam (la photo) en avril 2005 pour intensifier une coopération médicale en renforçant les échanges au niveau des écoles supérieures d’infirmières. Des échanges entre l’école vétérinaire de l’Université de Liège et le Vietnam sont à l’étude en matière de formation comme en matière de recherche.
Plus symbolique encore, mais avec le sens du concret et de l’efficacité, un jumelage Liège Ho Chi Min Ville est prévu pour fin février, début mars 2006, tant au niveau des entités provinciales, qu’universitaires.

Le CHU, un acteur économique

Le rayonnement du CHU de Liège en fait un ambassadeur de la santé mais également un opérateur économique indirect. Des projets entre Bierset et Vietnam Airlines en matière de fret sont du domaine du possible et du réalisable. Comme le souligne Madame Bui Kim Hai, diplômée de l’université de Liège et fourmi des projets du CHU et qui depuis dix ans rencontre les personnalités politiques vietnamiennes : « Notre pratique et les liens de confiance établis avec les autorités, qui n’hésitent pas à souligner, que ce que nous proposons, nous le faisons…permet en fait de renforcer des coopérations économiques multiples. Nous sommes partenaires de la mise en place d’un tout nouvel hôpital, qui sera un hôpital universitaire de pointe, à 35 kilomètres de Ho Chi Min Ville, dans un lieu symbolique de la lutte de libération vietnamienne, à Cu-Chi auquel se grefferont des transports publics, un métro, un axe routier reliant le Vietnam aux pays asiatiques environnants. »
« Au départ 500 lits qui seront portés à 3000, un campus universitaire et une coopération financière européenne dont la Belgique sera un des principaux partenaires. En termes de construction, c’est un label d’ingénierie belge qui a été choisi par les vietnamiens avec obligatoirement, des investissements européens. Nous au CHU nous assurerons au moins jusqu’en 2020, un rôle essentiel de consultants » insiste Michel Meurisse .

Le feuilleton « Urgence » est liégeois


Une des spécificités clés de ce projet hospitalier est de construire mais aussi de comprendre le système et de former.
Vincent D’ Orio, vient de réaliser à la demande des Vietnamiens un audit consacré aux services d’urgences dans les hôpitaux vietnamiens et insiste sur ce point.
« Dans une ville comme Saigon, les ambulances sont le fait des hôpitaux eux-mêmes pour des transferts. Une ambulance dans la ville mettra trois quarts d’heure pour le moindre déplacement. On arrive comme on peut dans un hôpital. A moto, à vélo. Tout le système médical converge vers l’hôpital ou les dispensaires de district. On repart de l’hôpital par ses propres moyens. Lorsque nous avons été sur place nous nous sommes aussi intéressés au fonctionnement du service des pompiers qui est d’ailleurs concrètement tenu par l’armée. »
Signalons-le, malgré leur modestie, ce que réalise tout à fait bénévolement ce triumvirat de toubibs, qui chaque jour fait des émules, mérite une reconnaissance certaine.
Les Vietnamiens l’ont ressenti comme tel en leur octroyant la plus haute décoration du pays. Comme le dit avec humour et tendresse le docteur Meurisse, « Auau Vietnam, cela nous facilite les choses, au CHU… »

(1) Le 30 avril 1975, cinq colonnes de chars de l’armée Nord Vietnamienne entraient dans Saigon, les Américains évacuaient dans la pagaille, naissait Ho Chi Min ville. Ho Chi Min décède en 1969. Dirigeant historique du parti communiste vietnamien qu’il fonde en 1930, membre du parti communiste français, il proclamera la République du Vietnam dès 1945. Il organisera la résistance contre l’armée française jusqu’en 1954 et contre l’armée américaine ensuite.

Légende des photos de haut en bas :
- L'équipe belge au travail ors des premières greffes
- Visite du CHU par les autorités vietnamiennes
- Signature des accords entre la Province de Liège et Ho Chi Min Ville
- Visite du vice-ministre de la Santé vietnamien après les premières greffes
- L'équipe médicale et paramédicale actuellement en Belgique





Jean-Pierre Keimeul