• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3113316

Université

Mis en ligne le 19/12/2005

Laurent Géron reçoit le "Prix Arcelor à l’innovation 2005"


C’est ce lundi 19 décembre que, dans les locaux de la Maison de la Presse, a été remis le « Prix Arcelor à l’Innovation 2005 » à Laurent Geron (la photo), ingénieur civil, physicien et docteur en sciences appliquées.
Lancé en 1999, le Prix Arcelor à l’innovation (anciennement Prix Cockerill-Sambre, Groupe Usinor) récompense tous les deux ans un jeune chercheur ou étudiant de l’Université de Liège dont les travaux présentent un caractère innovant dans les domaines scientifiques et techniques relatifs à la sidérurgie, à la fabrication de l’acier, à sa mise en œuvre et à sa valorisation.
Il est décerné par un jury mixte Arcelor-ULg, présidé cette année par Luc Chefneux, Directeur des Affaires Internationales et Scientifiques, Groupe Arcelor. Il est doté en 2005 d’un montant de 4000 euros.

Cette année

Cette année, le Prix Arcelor 2005 a été attribué à Laurent Geron, ingénieur civil physicien (1999) et docteur en sciences appliquées (2004) de l’ULg.
Ce prix récompense les recherches menées dans le cadre de son doctorat, portant sur : « La simulation numérique d’écoulements thermoconvectifs turbulents d’un air pollué, soumis à la purification locale par photocatalyse hétérogène au contact du dioxyde de titane ».

Laurent Geron a rejoint depuis quelques mois le centre de recherche Arcelor de Liège, où il poursuit, au sein du département « Steel Solutions Design for Construction », ses recherches très originales et innovantes entamées depuis son doctorat sur la modélisation d’une nouvelle technologie de purification de l’air : la photocatalyse hétérogène au contact du dioxyde de titane.
Cette technologie se révèle particulièrement efficace pour détruire les molécules organiques volatiles. Elle associe l’utilisation d’un semi-conducteur, généralement du dioxyde de titane (TIO2) et un rayonnement UV (ultraviolet). Sous l’action du rayonnement, des réactions d’oxyo-réduction apparaissent au niveau de la surface du semi-conducteur, produisant des
radicaux très oxydants qui décomposent les polluants (produits chimiques de synthèse comme des colles, des peintures, des matériaux isolants, mais aussi les odeurs ainsi que les micro-organismes…). Le résultat de cette décomposition est principalement de l’eau et du CO2 (en des quantités infinitésimales). Cette technologie est particulièrement bien adaptée au traitement de l’air dans des milieux confinés comme les habitations, les bureaux, les espaces collectifs ou les moyens de transports (voiture, trains, avions, …).

« Arcelor Research Liège » s’intéresse fortement à cette technologie et envisage de l’intégrer à des solutions acier pour la construction. Elle a ainsi décidé de mettre sur pied un programme d’étude aboutissant au développement d’un appareil de purification d’air fonctionnant sur le principe de la photocatalyse hétérogène au contact du dioxyde de titane déposé sur des plaques d’acier et intégré aux éléments de construction, plus précisément aux parois dans les bâtiments tant du secteur privé, tertiaire qu’industriel.
Dans ce cadre, Arcelor a proposé et financé la réalisation de la thèse de doctorat de Laurent Geron. Ses principaux objectifs étaient de développer un outil de simulation numérique unifié, rigoureux et performant des champs d’écoulements des divers polluants pour servir au dimensionnement d’un appareil de purification, de développer une modélisation adéquate des mécanismes de la photocatalyse et de mettre au point un prototype d’appareil de purification sous forme d’une paroi épuratrice sur support acier.
C’est cette recherche très novatrice et prometteuse qu’Arcelor prime en remettant aujourd’hui à Laurent Geron son prix à l’innovation 2005.

Légendes des photos (c) ULg Tilt Houet

- Laurent Géron
- Laurent Géron expliquant le procédé
- la remise du prix à la "Maisond de la Presse de Liège, à gauche, Bernard Rentier, le nouveau recteur de l'Univeisté de Liège