• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3113974

Il y a déja

Mis en ligne le 06/08/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André N° 16

En cette première semaine d’août 1905, les hauteurs de Cointe sont fréquentées par du beau monde. En effet, s’y déroule, dans le cadre de l’Expo, un événement aussi mondain que sportif, le « Concours hippique international ». Dans la première épreuve, un concours d’attelages, huit concurrents s’affrontent. Philippot ne reste pas en plan, il remporte le premier prix de 2500 €. Mais la Coupe de l’Expo revient à un cavalier au nom prédestiné, le lieutenant Raoul Daufresnes de la Chevalerie.

Congrès international de la Mutualité

Tandis que les turfistes prennent leur plaisir à Cointe, un futur président de la Troisième République, le député de la Seine, Alexandre Millerand, préside aux Vennes le « Congrès international de la Mutualité ». Il faut savoir que « dans la seconde moitié du 19ème siècle, des sociétés de secours mutuels apparaissent, presque toujours professionnels. Les Artisans Réunis est créée à Liège en 1863. (…) En 1885 déjà, un premier congrès national des Mutualités aboutit à la création d’une Fédération Nationale. (…) Les subsides de l’Etat à une organisation mutualiste ne sont, à cette époque, accordés que si la société se déclare neutre et indépendante de tout parti politique ». (1)

Entre autres participants au « Congrès international de la Mutualité » figure le professeur Léopold Mabilleau, auteur de « La Mutualité française - Doctrine et application », un ouvrage paru en 1904 qui fait autorité. Président de la Fédération nationale de la Mutualité français depuis sa création en 1902, Léopold Mabilleau propose que « en raison du grand développement que la mutualité a pris en Belgique et des leçons que ce pays à donné au monde, il n’est que juste de créer le Bureau international et de l’installer à Bruxelles ». Dix jours auparavant, à l’occasion du « soixante quinzième anniversaire de l’indépendance nationale », cinq mille mutualistes belges ont été décorés en présence du prince Albert et conviés à un banquet. Le menu ? « Tranches de jambon à la gelée, Salade de pomme de terre, Fromage, Pain, Tartelette, Bière, Eau à discrétion !!! »

Aller faire fortune au Canada?

A la Boverie, jouxtant le Palais des Beaux-Arts, se trouve le pavillon du Canada. L’Expo de Liège est la dixième participation consécutive de ce pays immense à des manifestations dont la caractéristique est d’être universelle. C’est dire si le Canada sait assumer une présence. Ainsi, à Liège, le pavillon couvre une superficie de plus de 2000 m2 et est doté, à chaque coin, d’une tourelle de 22 mètres de haut et une imposante tour haute de 30 mètres forme l’entrée principale. Sur la façade, « l’emblème du Canada, fait d’une feuille d’érable surmontée d’un castor en relief. Disons en passant que la feuille d’érable est le symbole de l’Utilité, et le castor celui de l’Industrie ». Le gouvernement dirigé par sir Wilfrid Laurier, et plus particulièrement « la politique de Clifford Sifton qui, ayant dirigé le Ministère de l’Intérieur de 1896 à 1905, favorise la politique d’immigration permettant ainsi aux Européens de gagner le Canada ». (2) En 1905, ce pays, « a mari usque ad mare », ne compte que six millions d’habitants soit moins que le Québec n’en a en 2005. Monsieur Turgeon, ministre des Terres de la Couronne est à Liège en ce mois d’août 1905. Cependant, comme le note judicieusement le guide Desoer, « le gouvernement canadien, tout désireux qu’il soit d’attirer chez lui l’émigration des gens honnêtes et laborieux et d’encourager ceux qui sont favorisés de la fortune à placer leurs capitaux dans les industries canadiennes considère l’émigration n’étant désirable que pour ceux auxquels la Providence n’a accordé assez de bien-être dans leur patrie et qui espèrent améliorer leur sort en allant s’établir ailleurs ».
Dès 1894, le Guide Baedeker consacré au Canada précise « The Hamburg-American Co. has also a regular line of emigrant steamers (Hansa Line) from Hamburg and Antwerp to Canada. Emigrants from Great Britain join the steamer at Antwerp ». (3)

Les trains du plaisir

La fréquentation de l’Expo ne cesse de croître. Juillet a marqué une augmentation de plus de quarante pour cent par rapport à juin. 1 136 000 entrées en juillet contre 803 000 en juin. Ce samedi 6 août 1905, outre « le train du plaisir » hebdomadaire en provenance de Paris, pas moins de trois autres « trains du plaisir », partis de Busigny, de Béthune et de Cambrai viendront goûter aux joies de l’Expo.(à suivre)
----------------------

(1) Linda Flagothier-Musin – Mémoire ouvrière 6 – 1885-1985 – Editions PAC.

(2) Une multitude de Canadas – Actes du colloque organisé les 29-30 avril 1999 par le Centre d’études canadiennes Université de Valenciennes - Intervention de Mme Marie-Béatrice Samzun – Université Michel de Montaigne – Bordeaux III.

(3) Une multitude de Canadas – Actes du colloque organisé les 29-30 avril 1999 par le Centre d’études canadiennes Université de Valenciennes - Intervention de Mme Ursula Moureau-Martini – Université de Valenciennes.





Pierre André