• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3551166

Il y a déja

Mis en ligne le 23/10/2019

100 ANS DE LÉGION D’HONNEUR POUR LIÈGE



Histoire, émotion, conscience étudiante, remerciement, public de qualité, c’est ce lundi 21 octobre 2019, qu’a été fêté à l’hôtel de ville, sous la présidence du bourgmestre Willy Demeyer, le centième anniversaire de la remise de la croix de la Légion d’honneur par le président français Raymond Poincaré au bourgmestre de Liège de l’époque ( le 24 juillet 1919) pour actes de bravoure.

Cet hommage a été rendu en présence du gouverneur, de membres du Collège et Conseil communaux et Provinciaux , des membres des corps constitués, des délégations d’anciens combattants et prisonniers de guerre (ceux de la guerre 40-45) des Amitiés françaises de Liège et en présence du général d’armée Benoît Puga, Grand Chancelier de la Légion d’honneur et de l’ambassadrice de France en Belgique, Mme Hélène Farnaud-Defromont.

Petit rappel historique

Le 24 juillet 1919, à Liège, le Président de la République française, Raymond Poincaré, et son Gouvernement remettaient en main propre la Croix de la Légion d’Honneur au Bourgmestre de Liège, Gustave Kleyer, devant une foule de plus de 120.000 personnes, en présence du Roi Albert Ier et de la Reine Elisabeth, du Maréchal Foch et du Conseil municipal de Paris.(Photo © EWitmeur)
C’est le 7 août 1914 que, sur proposition de son Ministre des Affaires étrangères, Gaston Doumergue, cette haute distinction a été décernée, par le Président Français à la Ville de Liège, en reconnaissance de la résistance héroïque des défenseurs de la Place de Liège et de ses douze forts, sous le commandement du Lieutenant-Général Leman.
Une résistance qui permit aux troupes françaises de s’organiser afin que les Allemands ne déferlent pas sur Paris et toute la France. On ne sait pas très exactement ce qu’il s’est passé dans les états-majors français, mais cet action des militaires liégeois fut tellement importante et primordiale qu’elle revint aux oreilles du Président français de l’époque qui décida, en pleine guerre, de décerner la Croix de la Légion d’honneur à la Ville de Liège.


Par la publication du décret présidentiel au Journal Officiel le 8 août 1914, Liège est devenu la première ville étrangère à recevoir la Légion d’Honneur.
Cette journée de l’été 1919, à la fois apothéose du triomphe des libertés et consécration de l’amitié franco-liégeoise, est à jamais inscrite en lettres d’or dans l’Histoire de la Cité Ardente.
Depuis ce jour, la Croix de la Légion d’Honneur est exposée fièrement à l’Hôtel de Ville de Liège.

100 ans plus tard

Même s’il ne reste plus d’acteur de cet épopée historico-tragique (la 1ème guerre mondiale) Liège a toujours, par devoir de mémoire mais aussi parce que la Cité ardente a toujours été très attachée à la France, (les Amitiés françaises de Liège n’y sont pas pour rien), voulu rappeler ces faits dont il faut être fiers.





Lors de l’ouverture de la cérémonie, Willy Demeyer qui a rapidement brossé l’historique de l’événement d’il y a 100 ans, dira entre autres : « Ce n’est pas pour rien que nous entretenons depuis une relation très particulière avec la France et Paris"









Après la présentation d’un petit film d’époque (merci au Musée de la Vie wallonne) sur les festivités du 24 juillet 1919 et la remise de la croix de la Légion d’honneur, quelques étudiantes de 5ème année du Lycée Léonie de Waha et de l’Institut Marie –Thérèse ont fait part de ce que cette distinction faite à Liège leur inspirait. En tant que passeuses de mémoire, l’exercice, pas simple du tout, fut, les applaudissements en ont été le témoignage, parfaitement réussi.

Ce fut alors au général d’armée Benoît Puga, Grand Chancelier de la Légion d’honneur de prendre la parole. Il remercia une fois encore la Ville de Liège, ses militaires mais également les civils, Liégeoises et Liégeois pour leur courage et leur abnégation lors des événements tragiques de 1914.
Il dira notamment : « Cette décoration a toujours tout son sens aujourd’hui. Elle permet de montrer, aux jeunes générations la valeur de l'exemple de leurs anciens."

" La Légion d'honneur créée par Napoléon Bonaparte en 1804 a pour vocation de récompenser les mérites civils et militaires acquis par les Français et les étrangers au service de leurs pays ainsi qu'au service de nos valeurs."
Pour illustrer ces paroles, il cita deux Liégeois ayant reçu la Légion d’honneur, l’u pour es faits militaires, l’autre pour héroïsme civil.
Il s’agit du général de la Révolution et de l’Empire Henri-Antoine Jardon (né à Verviers et dont le nom est gravé sous l’Arc de triomphe de l’étoile à Paris) pour ses faits d’arme, sa bravoure et son humanité et du mineur liégeois Hubert Goffin qui le 28 février 1812 sauva plusieurs dizaines d’autres ouvriers mineurs lors d’une inondation dans les galeries du charbonnage de Beaujonc.

Dans son intervention l’ambassadrice de France en Belgique, Hélène Farnaud-Defromont, souligna, elle aussi, la relation spéciale qu’entretient la France avec la Cité Ardente. « Aujourd'hui Liège regarde vers la France et la France vers Liège » Elle mit en exergue l’excellence de l’Université de Liège où sont inscrits beaucoup d’étudiants français ainsi que les relations très étroites qu’à la France et Liège dans le domaine culturel. Enfin elle dira : « On m’avait dit, lorsque je me suis installée à Bruxelles le mois dernier, que Liège était la ville la plus francophile de Belgique. Et c’est vrai… »

Pour terminer cette sympathique cérémonie du souvenir, c’est avec la ferveur de circonstance et d’une voix claire et limpide que la mezzo-soprano Cécile Leleux, accompagné par son pianiste de toujours Jean Schils interpréta « La Marseillaise » et « La Brabançonnes » les hymnes nationaux français et belges.





GASTON LECOCQ