• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3171030

Expositions

Mis en ligne le 13/09/2016

"Zoos humains" "L’invention du sauvage"

Pour la première fois en Belgique, va être présentée l’exposition "Zoos humains. L’invention du sauvage" créée à l’initiative de la Fondation Lilian Thuram et du Groupe de recherche Achac. Du 17 septembre au 23 décembre 2016 à La Cité Miroir de Liège
Ces derniers ont réalisé l’exposition et l’ont spécialement enrichie à l’occasion de son installation à La Cité Miroir à Liège. Cette exposition, sous des formes diverses, a déjà été présentée en France (au musée du quai Branly notamment), en Guyane, en Californie, en Côte d’Ivoire, en Allemagne et en Suisse. Son objectif: éduquer contre le racisme.
ATTENTION: L'EXPOSITION EST PROLONGÉE JUSQU'AU 26 FEVRIER 2017 !!

























Pendant près de cinq siècles, l’industrie de l’exhibition humaine va fasciner plus de 1 milliard 400 millions de visiteurs et va montrer en spectacle entre 30 et 35 000 figurants dans le monde entier. Ces exhibitions humaines visent essentiellement à tracer une frontière et une hiérarchie entre pré- tendus “civilisés” et prétendus “sauvages”.
Ce fut aussi, et le plus souvent, le premier contact visuel, la première rencontre, entre l’Autre et Nous.
À travers "Zoos humains", les spectateurs appréhendent comment se sont installés, au temps des grands empires coloniaux, les préjugés racistes. Le racisme est avant tout une construction intellectuelle.

L’exposition invite chacun à prendre conscience que l’Histoire nous a conditionnés, de génération en génération, à nous voir avant tout comme Noirs, Blancs, Maghrébins ou Asiatiques.
En proposant cette thématique, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl et l’asbl MNEMA souhaitent mettre en lumière cette réalité historique et permettre une réflexion sur notre propre héritage intellectuel.
Il est important de comprendre comment nos préjugés se sont mis en place pour pouvoir les déconstruire.
Nos sociétés doivent réapprendre l’idée pourtant simple que la couleur de la peau, le genre, la religion ou la sexualité d’une personne ne détermine en rien son intelligence, la langue qu’elle parle, ses capacités physiques, sa nationalité, ce qu’elle aime ou déteste. Mais, chacun de nous est capable de croire à n’importe quoi, le pire comme le meilleur.

Cinq siècles d’histoire d’exhibitions

Avec cette exposition inédite, c’est l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants – venus d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et parfois d’Europe – pour être exhibés en Occident, qui est racontée. L’Europe, l’Amérique et le Japon vont, pendant près de cinq siècles (1490-1960), les présenter comme de prétendus « sauvages ».
L’apogée de ce phénomène commence au milieu du XIXe siècle et se poursuit jusque dans les années 1950, en s’incarnant dans une véritable industrie de l’exhibition.
Ce « spectacle » a fasciné nos sociétés occidentales, comptant près d’un milliard et demi de visiteurs et des dizaines de milliers d’exhibés.
En Belgique, comme dans les autres pays de l’Europe occidentale, les visiteurs sont allés par millions, de 1885 à 1958, découvrir ceux que l’on nommait des « sauvages ». Venus des quatre coins du monde et aussi des colonies belges, ils furent les acteurs de la mise en scène du grand spectacle de l’altérité et légitimèrent la colonisation.
Dans les théâtres, les cirques, les foires, les cabarets, les zoos, les jardins d’acclimatation et les grandes expositions universelles, nationales ou coloniales, on a inventé le « sauvage ». Il est essentiel de garder à l’esprit que souvent ce « spectacle » a constitué, pour le public, le premier contact avec l’« Autre » au temps où les empires coloniaux se développaient sur les cinq continents.



C’est à travers ce prisme que des millions de Belges ont, à la manière de leurs voisins européens, forgé leur regard sur les peuples colonisés. Ce n’est compréhensible que si on le met en perspective avec son contexte ; celui de la construction des grands empires coloniaux et de l’émergence des théories raciales, eugénistes ou ségrégationnistes, dans un temps où les spectacles de masse contribuent à fixer une identité commune en Occident.
L’exhibition de groupes humains à une telle échelle demeure une pratique propre aux nations coloniales.

Cette exposition est née de la volonté de mieux comprendre les origines et les mécanismes de construction des discriminations et des stéréotypes, 110 ans après la première Exposition universelle de Liège de 1905, où les nations coloniales européennes mirent en scène leurs colonies.
"Le Groupe de recherche Achac", composé d’historiens spécialistes de la question coloniale et postcoloniale et la "Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme", se sont associés au "Centre d’Action Laïque de la Province de Liège asbl" et à l’asbl "MNEMA "pour proposer à La Cité Miroir - espace de débat et de culture - le récit de cette histoire oubliée, au carrefour des histoires coloniales, de la science, du racisme et de celle du monde du spectacle… L’histoire des « zoos humains ».

Autour de l'exposition

Visites commentées, animations, films, débats, infos pratiques, vous trouverez cela sur le site de l'exposition à l'adresse:
www.zooshumains.be

Photos : © Groupe de recherche ACHAC

Ci-dessous la vidéo réalisée par les organisateurs





Ga.L