• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3138257

Il y a déja

Mis en ligne le 09/07/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André N° 12

Le dimanche 2 juillet 1905, par beau temps, troisième dimanche consacré au défilé-concours des dizaines de « Sociétés costumées et uniformées ». Sous ce vocable, on entend des groupes prenant part à des « cortéges de gildes, des représentations de coutumes ou de faits légendaires, des farandoles ou cramignons, ou bien encore chantent des ballades ou des chansons populaires ». Chaque société doit comprendre au moins vingt membres et une prime supplémentaire est accordée si les membres sont des deux sexes : « dans ce cas, le nombre de dames devra être au moins égal au tiers du nombre total des participants, les hommes travestis n’entrant pas en ligne de compte ».
L’article 5 du règlement précise : « le Comité se réserve le droit d’éliminer et les groupes contenant des allusions politiques, religieuses ou contraires aux bonnes mœurs. Toute société qui n’aura pas une tenue décente et convenable sera rigoureusement exclue ».
Décidemment, le Comité exécutif de l’Expo est très prude. On se souvient de l’affaire Lambeaux en mai. A la mi-juin, la Commission des Beaux- Arts de la ville a décidé d’acquérir l’œuvre exclue de l’Expo, « le Faune Mordu » pour près de 90.000 € et de la placer sur une voie publique liégeoise…

Le personnel de Port-Sunlight à l’Expo aux frais de leurs patrons Lever et Brown.

Le samedi 8 juillet 1905, à l’heure de midi, le maïeur Gustave Kleyer reçoit, à la Violette une délégation anglaise formée d’ouvriers de Port-Sunlight emmené par leurs patrons MM. William Lever et Brown. En réalité, les deux mille cinq cents ouvriers et employés de Port-Sunlight sont à Liège mais la Violette est trop exiguë pour les accueillir tous. Ils sont arrivés à Liège à 11h.54 venant de Bruxelles. L’Expo est la partie récréative de leur voyage qui les a amenés, aux frais de l’entreprise, à Forest pour l’inauguration d’une usine sur le Continent. Le jeune bourgmestre libéral – nommé en 1904, il le demeure sans interruption jusqu’en 1940 - Omer Denis s’est réjoui de recevoir ces Anglais qui bénéficient de salaires élevés, de maisons ouvrières confortables et de courtes journées de travail grâce aux conceptions intelligentes de leurs patrons MM. William Lever et Brown. Ceux-ci sont des précurseurs des voyages incentives comme on dit en 2005. En 1905, à la même période, en Belgique, les Chambres discutent de savoir si le repos dominical s’impose et si un siège doit être mis à la disposition des demoiselles de magasins…

Trains supplémentaires à destination de Liège.

Le succès de l’Expo s’affirme de plus en plus au point que le train de 21h. 55 en direction de Bruxelles circule désormais chaque jour à partir du 1er juillet. Avant cette date, ce train était dominical. Ce changement d’horaire n’affecte pas le train de 20h. 54 qui est maintenu.
Succès également pour la tombola de l’Expo. Un des prix de la prochaine tranche consiste en une maison ouvrière érigée sur le site de Cointe parmi d’autres. Le ministre de l’Industrie et du Travail, M. Francotte a tenu à visiter cette exposition dans l’Expo. Il l’a trouvée très réussie.

Les catholiques liégeois « font gras »

Enfin, par mandement, l’évêque de Liège, Martin Rutten permet à tous les catholiques de son diocèse de « faire gras » – autrement dit, de manger de la viande le vendredi – durant l’Expo. Pour les catholiques pratiquants, encore nombreux à l’époque, ce « faire gras » est une maigre consolation tandis que se prépare, en France, la loi de séparation de l’Etat et de l’Eglise qui fait de l’ancienne « fille aînée de l’Eglise », une République laïque. Loi adoptée le 9 décembre 1905 à propos de laquelle, en 2005, la Conférence des évêques de France déclare « pour ce qui nous concerne, nous ne pensons pas qu’il faille la changer. Certes, il n’est pas dans notre intention de l’idéaliser » !(à suivre)
-----------------

(1) Proxi-Lège du 28 mai 2005.





Pierre André