• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3157420

Médias

Mis en ligne le 08/01/2015

POUR NE PAS OUBLIER CHARLIE !

Mercredi 7 janvier 2015 ,11h30 : Charlie Hebdo, l'hebdomadaire satirique français est attaqué par un commando lourdement armé. Ils ont voulu assassiner la Liberté.
Ils ont tué 11 hommes et une femme. Mais la Liberté est et restera intacte.

Rien d'autre à dire, tout a déjà été dit. Mais il faut dire merci et au-revoir à Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré pour le courage dont ils ont fait preuve jusqu'au bout avec leurs prodigieux coups de crayon et qui ont été assassinés parce qu'ils avaient du talent.

Charlie Hebdo était la quintessence de la liberté de pensée, de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, bref de la Liberté tout court.
































"Rire, bordel de Dieu"

S'il maniait le crayon comme pas un, sa plume n'était pas mal non plus. En hommage, ci-dessous, un texte écrit par Charb, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo et publié en octobre 2012.

"Peins un Mahomet glorieux, tu meurs.
Dessine un Mahomet rigolo, tu meurs.
Gribouille un Mahomet ignoble, tu meurs.
Réalise un film de merde sur Mahomet, tu meurs.
Tu résistes à la terreur religieuse, tu meurs.
Tu lèches le cul aux intégristes, tu meurs.
Prends un obscurantiste pour un abruti, tu meurs.
Essaie de débattre avec un obscurantiste, tu meurs.
Il n’y a rien à négocier avec les fascistes.
La liberté de nous marrer sans aucune retenue, la loi nous la donnait déjà, la violence systématique des extrémistes nous la donne aussi.
Merci, bande de cons."


Ci-dessous, le dernier dessin que Charb avait prévu pour l'édition de ce mercredi 7 janvier 2015. Prémonition ?































Comme en Syrie, en Irak, au Liban, au Pakistan, en Palestine, en Israël, en Afghanistan, c'est la France, Paris, qui cette fois a été touchée par l'horreur de l'attentat innommable. Nos pensées les plus profondes vont aussi aux parents, proches et amis des sept autres victimes de ce mercredi 7 janvier 2015 : une date que j'espère on n'oubliera jamais.





Gaston LECOCQ