• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3097247

Culture

Mis en ligne le 31/10/2012

«Parentés.Raymond Queneau et l’esprit de famille»



Le sujet du Colloque international qui aura lieu à l’Université de Liège, (salle des Professeurs) les 29, 30 novembre et le 1er décembre prochain fera revivre les esprits du père de «Zazie dans le métro» et d’André Blavier et resplendir la Grande Gidouille sur la Cité ardente….Amis pataphysiciens, réjouissez-vous !

Tout au long de son œuvre, Queneau (photo ci-dessous) ne cesse de parler de la famille, de mettre en scène les rapports entre les parents, entre les parents et leur progéniture, entre les frères et sœurs. Il situe ces familles dans tous les milieux sociaux, de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie aux milieux les plus populaires. Il peint aussi bien l’affection que les tensions au sein de la famille. Queneau évoque également, au-delà du noyau familial le plus étroit, les rapports le plus souvent difficiles et conflictuels entre tous les membres du clan : les oncles et tantes, les cousins, etc.

Le thème de la parenté dans l’œuvre quenienne concerne également les filiations et héritages intellectuels ou textuels. Fils respectueux ou fils prodigue voire indigne, frère parfois, orphelin de la pensée peut-être, Queneau entretient avec de grandes figures de référence des liens de parenté divers.
Il peut cependant s’enorgueillir d’une très riche descendance. Si les oulipiens (*) actuels le reconnaissent surtout comme une sorte de grand-père, nombreux sont les romanciers qui admettent une certaine parenté avec le « père de Zazie » et concèdent plus ou moins directement pouvoir être des « enfants de Queneau ».

La famille au sens premier appellera des perspectives biographiques, psychologiques, psychanalytiques, thématiques, sociologiques, anthropologiques, etc.
La proximité intellectuelle avec des philosophes ou des écrivains, les « parentés » textuelles, celles déjà connues, mais qui bénéficieraient d’un éclairage différent, comme les parentés nouvelles ou insoupçonnées, pourront également faire l’objet de communications.
Ce colloque abordera ainsi la question des héritages qui forment et que déforme et transmet un écrivain singulier.

(*) OuLiPo (ex Sélitex): Ouvroir de Littérature Potentielle fondé, notamment, par un ingénieur chimiste et mathématicien, François Le Lionnais et deux écrivains : Raymond Queneau et André Blavier en novembre 1960. "Il n’est ni un mouvement littéraire, ni un séminaire scientifique, et il ne vise pas à produire de la littérature aléatoire car", comme le disait Raymond Queneau, "il n’y a de littérature que volontaire… Les oulipiens se définissent comme des rats qui ont à construire le labyrinthe dont ils se proposent de sortir."

Un retour au bercail…

Les colloques sur Raymond Queneau sont nés en 1982 en Belgique, à Verviers exactement.

Ils étaient organisés par André Blavier (la photo), fondateur du Centre de Documentation Raymond Queneau de la Bibliothèque Municipale de Verviers, écrivain, grand ami et admirateur de Queneau, et par Mme Claude Debon, Professeur à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3.
Après trois colloques verviétois, Thionville a pris le relais dans les années 1990. Parallèlement à ces colloques de Thionville ou pour leur faire suite, il y eut des colloques Queneau à Limoges, à Mersch, au Grand-Duché du Luxembourg. En 2003, année du centenaire de la naissance de l’écrivain, quatre rencontres scientifiques furent organisées, au Havre, ville natale, à Saint-Epain (près de Tours), berceau de la famille paternelle, à Luxembourg-ville et à Tunis. En 2006, ce fut le colloque de Nancy sur « Queneau et le corps » et en 2009, un colloque à Paris pour le cinquantième anniversaire de la parution de Zazie dans le métro.
Il a semblé judicieux aux organisateurs, après cette quinzaine de colloques, de retourner en 2012 aux sources de ces manifestations et de revenir en Belgique. L’Université de Liège a accepté d’accueillir ces rencontres pendant deux jours. La position géographique privilégiée de Liège au cœur de l’Europe permettra d’accueillir commodément les chercheurs et les passionnés venant de nombreux pays car la notoriété de l’écrivain a, depuis longtemps, franchi les frontières, et la recherche quenienne est devenue, depuis de longues années, internationale.
Amis pataphysiciens, gardez ces dates libres dans vos agendas…et réjouissez-vous !

En pratique :

Colloque international :«Parentés. Raymond Queneau et l’esprit de famille»
A l’Université de Liège, salle des Professeurs les 29, 30 novembre et le 1er décembre 2012.

Comité scientifique : Claude Debon, professeur émérite à Paris III, Daniel Delbreil, professeur à Paris III, Jean-Pierre Bertrand, professeur à l’Université de Liège

Pour le programme complet, voir le site :

www.queneau.ulg.ac.be


- Le public pourra prendre la parole après les interventions

- L’entrée du colloque sera libre.
Pour d’autres précisions :

- Le secrétariat du colloque est assuré à Paris par Nadia LADJIMI..
- A Liège par : Kanako GOTO- Rue de Pitteurs, 20, 4020 LIEGE. Tél. 0494 086 122 - kgoto@ulg.ac.be





Gaston Lecocq