• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3147391

Politique

Mis en ligne le 09/10/2012

En marge du scrutin du 14 octobre : le «Conseil communal de Liège au 21 ème siècle» ou savoir d’où on vient !



Analyse très complète des anciens scrutins et hypothèses sur l’avenir, le travail de recherche de notre confrère et ami Pierre André (la photo ci-dessous) est une mine d’or pour les candidats, mais aussi pour les électeurs du 14 octobre. Autant savoir d’où on vient.


La composition du Conseil Communal de Liège issue des élections du 8 octobre 2006 donne au PS 21 sièges (20 en 2000), au MR 14 sièges (11 en 2000), au cdH 7 siéges (10 en 2000 sous la casaque PSC), à ÉCOLO 6 siéges (8 en 2000), au FN 1 siége (0 en 2000).


Quatre élus suppléants accèdent au Conseil entre 2006 et 2012.


Les 49 siéges obtenus en 2006 ont parfois changés de titulaires en cours de mandature. Au PS, au cdH, au FN, il n’y a eu aucune modification. En revanche au MR, les élus Didier Reynders (en 2006, 17.250 voix – en 2000, 10.481) et Olivier Hamal (en 2006, 1.387 voix – en 2000, 1.406) ont laissé place à Philippe Devos (en 2006, 528 voix) et à Carla Zennaro (en 2006, 522 voix). Chez ÉCOLO, Véronica Cremasco (en 2006, 1.101 voix) et Véronique Willemart (en 2006, 767 voix – en 2000, 810) ont laissé place à Micheline Halleux-Labaye (en 2006, 712 voix) et à Géraldine Blavier (en 2006, 707 voix). Fait à remarquer, en dépit de ces mutations, le groupe ÉCOLO a conservé sa répartition d’origine quatre femmes, deux hommes.

En couple depuis dix-huit ans.

Si depuis 2006, le Collège des Bourgmestres et Échevins a pris le nom de Collège communal, sa composition politique demeure identique depuis la fin, en 1988, de la coalition née des urnes du 10 octobre 1982. Une coalition permet aux ÉCOLOS d’accéder à un exécutif - une première européenne - 3 échevinats leurs sont dévolus. Le nom de ces échevins ? Raymond Yans, Brigitte Ernst de la Graete et Théo Bruyère. La coalition au pouvoir depuis le 1er janvier 1989 est constituée par le PS et le PSC (devenu cdH, le 18 mai 2012). À l’intérieur de la coalition, la part du PS d’élection en élection n’a cessé de croître. Tout simplement parce que son partenaire humaniste n’a cessé de décliner …

Stop ou encore ?

Le Collège communal issu des élections du 14 octobre mis en place le 3 décembre conservera-t-il la même tonalité ? Selon certaines sources, si au soir du 14 octobre, le nombre de 27 sièges est atteint, PS et cdH prennent langue. Comme le nombre de membres du Collège est amputé d’une unité, point n’est besoin d’une boule de cristal estampillée Val Saint-Lambert pour prédire la formation amputée dans l’hypothèse d’une éventuelle reconduction. Toutefois, comme n’avoir que deux conseiller(e)s en garantie de la majorité – 25 sièges – est un peu court, il est raisonnable de considérer que le PS est en quête d’un autre partenaire. Écolo ou MR ? Autre hypothèse, une alliance MR-ÉCOLO-cdH qui met le PS en cure d’opposition. Mathématiquement, l’alliance MR-ÉCOLO-cdH fait le poids. Les divergences de programme se négocient dans le Pacte de majorité ! Au corps électoral de trancher par son vote le 14 octobre, entre 8 et 15 h. Un corps électoral dont la participation est en progression : 106 062 en 2000, 113 127 en 2006. En ce qui concerne 2012, 130 995 invitations à participer au vote ont été lancées. Quel sera le taux d’abstention ? En 2000, il a été de 16 % 23, en 2006, 13 % 13.

Le 8 octobre, la même date pour les élections de 2000 et 2006 .


En 2000, 327 personnes font acte de candidature disséminée sur 11 listes. Cinq d’entre elles présentent autant de candidatures qu’il y a de postes à pourvoir. L’ordre est déterminé par le numéro attribué à la liste. Il s’agit d’ÉCOLO, PS, PSC, PRL-MCC, Rassemblement Wallonie-France (RWF). Les 82 autres briguant un mandat de conseiller(e) se répartissent sur les six listes incomplètes : Front national (FN -7 candidatures), Bloc pour les Libertés et le Civisme en Wallonie (BLOC-W -17 candidatures), Parti du Travail de Belgique (PTB -15 candidatures), Parti communiste -Union de la Gauche (PC.UG - 25 candidatures), Vivre Convivial (VC - 11 candidatures), Vivre Intensément Vers l’Avenir de Notre Temps (VIVANT - 7 candidatures).

En 2006, 257 personnes font acte de candidature disséminée sur 11 listes. Quatre d’entre elles présentent autant de candidatures qu’il y a de postes à pourvoir. Il s’agit d’ÉCOLO, PS, MR, csH. Les 61 autres briguant un mandat de conseiller(e) se répartissent sur les sept listes incomplètes : Parti du Travail de Belgique (PTB+ - 13 candidatures), Parti communiste (PC - 14 candidatures), Mouvement pour une Alternative Socialiste (MAS - 17 candidatures), FNationale (4 candidatures), Front National (FN -6 candidatures), Donnons-nous Organisons-nous Manifestons-nous Imaginons-nous Nourrissons-nous Oxygénons-nous (DOMINO - 3 candidatures), Liberté de parler égale pour tous (ISAGORIA en grec ancien - 4 candidatures).

Les rescapés toujours aptes au combat.

Sauf erreur ou omission, dans la cohorte des 320 personnes en quête de mandat sur les huit listes en lice le 14 octobre 2012 (six complètes - ÉCOLO, PS, cdH, MR, PTB+, Vega - et deux avec 7 et 19 candidatures), 97 sont des rescapés des 584 candidat(e)s des scrutins communaux de 2000 et 2006.

Liste numéro 1 ÉCOLO Écologistes Confédérés pour l’Organisation de Luttes Originales

1 - Bénédicte Heindrichs 2000, 611 voix – 2006, 3.511 voix
2 - Guy Krettels 2000, 332 voix – 2006, 722 voix
5 - Brigitte Ernst de la Graete 2000, 2.665 voix – 2006, 853 voix
7 - Géraldine Blavier 2006, 707 voix
10 - Quentin Le Bussy, 2006, 329 voix
12 - Erwin Woos 2000, 210 voix – 2006, 362 voix
14 - Éric De Waele 2000, 311 voix – 2006, 305 voix
16 - Serge Scory 2000, 215 voix – 2006, 270 voix
20 - Marc Piron 2006, 274 voix
21 - Emmanuelle Hèze 2000, 448 voix – 2006, 437 voix
23 - Véronique Dembour 2000, 588 voix – 2006, 611 voix
26 - Serge Urban 2006, 210 voix
27 - Christine Relekom 2000, 561 voix – 2006, 359 voix
31 - Dominique Andriange 2000, 437 voix
32 - Benoît Lorent 2006, 222 voix
36 - Bernard Langerome 2006, 350 voix
41 - Yamina Meziani 2006, 672 voix
45 - Micheline Halleux 2006, 712 voix
47 - Véronique Willemart 2000, 810 voix – 2006, 767 voix
48 - André Verjans 2000, 232 voix – 2006, 373 voix
49 - Jacques Morael 2000, 2.353 voix
Les vingt huit autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 2 PS Parti Socialiste

1 - Willy Demeyer 2000, 12.474 voix – 2006, 18.999 voix
2 - Maggy Yerna 2000, 2701 voix – 2006, 3674 voix
3 - Jean-Pierre Hupkens 2006, 1587 voix
4 - Pierre Stassart 2000, 933 voix – 2006, 1191 voix
5 - Julie Fernandez-Fernandez 2000, 767 voix – 2006, 1467 voix
6 - Marie- Claire Lambert 2000, 1021 voix – 2006, 1386 voix
7 - Roland Léonard 2000, 640 voix – 2006, 1134 voix
8 - Mehmet Aydogdu 2000, 738 voix – 2006, 1231 voix
9 - Corinne Wégimont 2000, 759 voix – 2006, 1168 voix
10 - Nathalie Frisée 2006, 1289 voix
11 - Fatima Shaban 2000, 1173 voix – 2006, 1245 voix
12 - Mohammed Bougnouch 2006, 1439 voix
15 - Jean-Pierre Goffin 2000, 1184 voix – 2006, 1168 voix
16 - Hassan Bousetta 2006, 1763 voix
17 - Luc Gillard 2000, 537 voix
18 - Fouad Chamas 2000, 1377 voix – 2006, 2125 voix
19 - Robert Scuvée 2006, 493 voix
20 - Marie Henry 2006, 757 voix
26 - Christine Piron 2006, 656 voix
37 - Marie-Jeanne Omari 2006, 655 voix
39 - Dominique Jans 2006, 389 voix
42 - Marie-France Mahy 2006, 726 voix
43 - Monique Deckers-Foret 2006, 456 voix
45 - Madeleine Mairlot 2000, 931 voix sur la liste Écolo
46 - Jean-Géry Godeaux 2000, 1536 voix – 2006, 1898 voix
47 - Claude Emonts 2000, 2102 voix – 2006, 1922 voix
48 - Véronique De Keyser 2000, 498 voix – 2006, 1145 voix
49 - Jean-Claude Marcourt 2006, 2294 voix
Les vingt un autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.



Liste numéro 3 cdH Centre démocrate humaniste

1 - Michel Firket 2000, 3476 voix – 2006, 4649 voix
3 - André Schroyen 2000, 986 voix – 2006, 1669 voix
4 - Benoît Drèze 2006, 1593 voix
6 - Colette La paille 2000, 1175 voix – 2006, 949 voix
7 - Marc Gillis 2006, 921 voix
8 - Michel de Lamotte 2000, 1768 voix – 2006, 1700 voix
9 - Jacques Marneffe 2000, 3538 voix
11 - Jamila Lahmouzi 2000, 677 voix – 2006, 837 voix
16 - Félix Derison 2006, 655 voix
18 - Serge Carabin 2000, 913 voix – 2006, 924 voix
20 - Jran-Denis Boussart 2000, 767 voix – 2006, 739 voix
31 - Joëlle Henrion 2006, 442 voix
33 – Didier Marenne 2000, 335 voix – 2006, 299 voix
46 - Véronique Stainier 2006, 400 voix
Les trente cinq autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 4 MR Mouvement réformateur

1 - Christine Defraigne 2000, 2477 voix – 2006, 3992 voix
2 - Gilles Foret 2000, 1065 voix – 2006, 1735 voix
3 - Diana Nikolic 2006, 739 voix
4 - Raphaël Miklatzki 2000, 973 voix – 2006, 1053 voix
5 - Élisabeth Fraipont 2000, 362 voix – 2006, 795 voix
6 - Fabrice Drèze 2006, 620 voix
7 - Michel Peters 2000, 284 voix – 2006, 764 voix
8 - Fernand Deschampheleire 2000, 704 voix – 2006, 600 voix
9 - Nicole Anoul 2000, 964 voix – 2006, 647 voix
10 - Louis Maraite 2000, 569 voix
11 - Carla Zennaro-Azzaoul 2006, 522 voix
16 - Olivier Mazy 2006, 421 voix
48 - Catherine Robert 2006, 449 voix
49 - Pierre Gilissen 2000, 363 voix – 2006, 582 voix
Les trente cinq autres candidat(e)s dont la plus jeune candidate de Belgique Alexia Duquesne affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 7 PTB+ Parti du Travail de Belgique

1 - Raoul Hedebouw 2006, 387 voix
3 - Francesco Ferrara 2006, 114 voix
6 - Jeannnine Mousset 2000, 51 voix sur la liste PC.UG - 2006, 262 voix sur la liste PC
9 - David Ambrosio 2006, 163 voix
16 - Éliane Rulmont 2006, 177 voix
17 - Mireille Blistain 2000, 37 voix sur la liste PC.UG - 2006, 68 voix sur la liste PC
18 - Rafik Rassaa 2006, 112 voix
24 - Maurice Mordant 2000, 63 voix sur la liste PC.UG - 2006, 107 voix
29 - Liliane Erlich 2000, 87 voix sur la liste PC.UG - 2006, 82 voix sur la liste PC
35 - Antonio Gomez-Garcia 2000, 88 voix - 2006, 118 voix
37 - Dylan Malaise, 2006, 62 voix sur la liste PC
39 - Jean-Pierre Keimeul 2000, 31 voix sur la liste RWF
42 - Marcelle Schraenen 2006, 72 voix sur la liste PC
46 - Rose Demyttenaere 2006, 99 voix
Les trente cinq autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 8 P.Pensionnés

1 - Joseph Franz 2000, 1024 voix sur la liste Front national
Les six autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 9 Vega Verts et à Gauche
3 - Alain Mariage 2006, 170 voix sur la liste DOMINO
11 - Simon Hupkens 2006, 55 voix sur la liste MAS
21 - Nicole Croes 2006, 33 voix sur la liste MAS
47 - Germain Dufour 2000, 692 voix sur la liste PC.UG
49 - Pierre Eyben 2006, 92 voix sur liste PC
Les quarante quatre autres candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Liste numéro 10 PP Parti Populaire

À notre connaissance, aucun(e) candidat(e) de cette liste ne s’est présenté(e) devant le corps électoral liégeois. Dès lors, ses dix neuf candidat(e)s affrontent pour la première fois l’électorat communal liégeois.

Machines à voix absentes des listes en lice

Ayant préféré les vallons ucclois aux vallons liégeois, Didier Reynders y pousse, à la 41ème place, la liste MR conduite par l’ancien Président du Sénat, Armand De Decker. Pour mémoire, ses scores communaux liégeois au 21ème siècle : en 2000, 10.481 voix, en 2006, 17.250.

Conseiller communal de la Ville de Liège depuis janvier 1959, Jean-Pierre Grafé a déclaré en 2006 qu’il se présentait pour la dernière fois et qu’il siègerait toute la mandature sans se représenter en 2012, à l'âge de 80 ans. " Il le dit, il le fait " et je ne souhaite pas figurer sur une liste pour ensuite ne pas exercer le mandat mais servir uniquement d'attrape-voix en trompant mes électeurs ! Si l'on se présente, c'est pour exercer effectivement le mandat pendant toute sa durée.
La carrière communale liégeoise de Jean-Pierre Grafé commence le dimanche 12.octobre 1958. En ce temps-la, Liége est une ville de quelques 150 000 habitants, élit 39 conseillers. Il est permis de panacher c’est-à-dire voter pour des candidats appartenant à des listes distinctes, aujourd’hui, voter en panachant entraîne la nullité du vote. Grafé est élu à la 8ème place sur la liste 3 PSC conduite par le parlementaire Paul Herbiet (1 942 votes de préférence). À l’époque, le vote en tête de liste a la cote. Sur les 30 950 voix recueillies par la liste sociale chrétienne, 19 273 le sont en tête de liste. Il en est de même pour le PSB, 38 393 votes dont 28 812 en tête de la liste emmenée par Paul Gruselin (5 110 votes de préférence). Jean-Pierre Grafé obtient 924 votes de préférence mais j’ai été facilement élu grâce aux voix de préférence provenant du monde du Scoutisme ! Absent du prochain Conseil communal de Liège, il continuera toutefois à rester présent et vigilant, tant que faire se peut, dans la défense et la promotion des intérêts et projets de développement liégeois. Pour mémoire, ses scores communaux liégeois au 21ème siècle : en 2000, 5 243 voix, en 2006, 2 754.

Le style de campagne électorale communale à Liège au 21ème siècle.


Facebook a la faveur d’un grand nombre de candidat(e)s. La pleine page de Vlan-Spectacle achetée par un parti dont la couleur est orange est parsemée du bleu de Facebook que l’on croit voir une nouvelle version de l’orange bleue ! Les plus férus des nouvelles technologies parviennent à s’afficher sur les locaux occupés par un parti concurrent. Nombre d’arbres sont sacrifiés pour étaler des visages souriants avec l’un ou l’autre slogan. Les candidat(e)s liégeois(e)s ont des leçons à prendre sur une commune voisine – Juprelle – où la majorité au pouvoir a présenté une brochure qui présente au corps électoral un bilan détaillé et chiffré de son action depuis son installation le 4 décembre 2006.
La formule du siècle précédant d’un conseiller – facteur de son état - je fais des voix avec mes pieds demeure d’actualité. En imitant son aîné, Jean-Paul Bonjean – 34ème sur la liste PS – fait du porte à porte dès le matin. Agissant ainsi, ce candidat ne court aucun risque de dépasser le maximum de dépenses électorales prévues pour chaque candidat(e) liégeois(e) – 5 964 € 93 – mais il s’assure une visibilité susceptible de le conduire à un mandat de conseiller communal.





Pierre ANDRE