• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3158525

Politique

Mis en ligne le 29/04/2012

1er mai liégeois


Meeting et fête populaire au menu de la fête des travailleurs. Sur fond de crise et aussi de campagne électorale : sociale, communale, provinciale et en arrière-plan la présidentielle française…le programme liégeois.

Pour être tout à fait dans l’ambiance, je vous suggère de commencer par écouter, interprété par Marc Ogeret, l’hymne des travailleuses et travailleurs : l’Internationale de Pottier et Degeyter que vous écouterez en cliquant ICI.

Comme chaque année, le centre de Liège sera, ce mardi 1er mai, réservé aux travailleurs et travailleuses qui viendront célébrer la «fête du travail». Cette année, le 1er mai sera particulier puisqu’il se situera sur fond de campagne électorale, qu’elle soit sociale, communale ou provinciale. En arrière-plan, on y évoquera également et sûrement la présidentielle française du 6 mai qui verra s’affronter (le terme n’est pas anodin) le peuple français de gauche, représenté par François Hollande et le peuple français de droite (une droite plus dure que jamais).
Comme chaque année, dès 10h, aura lieu boulevard d’Avroy, le rassemblement des multiples composantes des forces vives de la Fédération du parti socialiste de la Province de Liège avec à 10h30 différentes prises de paroles et notamment, dans l’ordre donné par la Fédération :
- Willy Demeyer - Président de la Fédération liégeoise du PS, Vice-président du Sénat et Bourgmestre de Liège ;
- Marc Goblet - Président de la FGTB Liège-Huy-Waremme ;
- Jean-Pascal Labille - Secrétaire général des Mutualités socialistes ;
- Isabelle Simonis - Députée-Bourgmestre ;
- Jean-Claude Marcourt - vice-président et Ministre de l’Économie, des PME, du Commerce extérieur et des Technologies nouvelles du Gouvernement wallon ; vice-président et Ministre de l'Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles;
- Thierry Giet – Président du Parti Socialiste.

- A 11h30 aura lieu le départ du Cortège vers la Place Saint-Paul afin de rejoindre le 1er mai Associatif et Syndical.
Au programme de la place Saint-Paul :
Comme chaque année, la FGTB Liège-Huy-Waremme organise une grande fête place Saint-Paul, le 1er mai pour la fête du Travail.

Cette année encore, de nombreuses associations liégeoises de gauche vous ouvrirons leurs tonnelles pour vous proposer leurs points de vue mais aussi des saveurs d'ici et d'ailleurs. Vous pourrez aussi y débattre d’idées autour d'un excellent mojito...
Le lancement des festivités est prévu vers 12h avec quelques activités musicales.
En soirée vous y bénéficierez de concerts gratuits dès 17 h avec
Les R'tardataires (www.myspace.com/lesrtardataires) ; XAMANEK
(www.myspace.com/xamanek) et JOSHUA (www.myspace.com/joshuanoise)

Et si pour une fois, les discours…

De nombreux discours agrémenteront le début de la fête du travail, cette fête célébrée en hommage à celles et à ceux qui dès la fin du 19ème siècle se sont battus certains jusqu’à la mort pour que les travailleurs et travailleuses obtiennent, non seulement leur simple dû, mais également une vie meilleure, dans un monde plus égalitaire. Aujourd’hui, en France, mais aussi en Belgique depuis plusieurs années, la «fête du travail» est récupérée par la droite ultra et néolibérale et l’extrême-droite ; récupérée par ceux-là même qui rêvent en secret au retour d’un mode de vie comme du temps de la Commune et de Germinal, du triomphe méprisant et liberticide du capitalisme planétaire.
A propos des discours, justement, il serait utile, nécessaire et impératifs qu’ils soient, s’adressant aux travailleuses et travailleurs, rédigés dans la langue de tous les jours. Que l’on n’en vienne pas encore avec des expressions ampoulées, toutes faites, à la mode ou exclusivement réservées à une «élite». Les travailleuses et les travailleurs en ont assez d’entendre des paroles qui ne collent pas aux actes, de vaines promesses. Ils veulent la vérité, la transparence totale, ils veulent aussi des actes qui collent avec les mots. Ayant assisté à pratiquement tous les meeting du 1er mai à Liège depuis l’âge de 5 ans (c’était en 1951), je peux dire que j’en ai entendu des discours et que malheureusement, au fil des années, on a l’impression qu’ils ne s’adressent plus à la même base, aux mêmes personnes, aux même travailleuses et travailleurs. Grave erreur que celle-là car le monde du travail reste le monde du travail. Et en face, la menace d’un retour en arrière se fait de plus en plus forte, de plus en plus réelle.

A ceux d’en face je dis : non les travailleuses et les travailleurs, les chômeurs et les immigrés ne sont pas responsables de la crise mais que l’on pointe et que l’on combatte les véritables responsables et la crise. De leurs représentants, c’est ce discours là que le peuple de gauche veut entendre avec les actes qui vont avec.

Deux couplets de l’Internationale sont toujours de circonstance, lisez et analysez :

L'État comprime et la loi triche;
L'Impôt saigne le malheureux;
Nul devoir ne s'impose au riche;
Le droit du pauvre est un mot creux.
C'est assez languir en tutelle,
L'Égalité veut d'autres lois;
"Pas de droits sans devoirs," dit-elle,
"Égaux, pas de devoirs sans droits!"

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail:
Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu'il a créé s'est fondu.
En décrétant qu'on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.


Le drapeau rouge

Et comme j’ai commencé cet article en vous offrant l’Internationale, je terminerai en vous permettant de découvrir ou de redécouvrir un autre chant tout aussi de circonstance, plus qu’un symbole et qui a émaillé une très grande partie de ma jeunesse, à savoir «Le Drapeau rouge» de Paul Brousse et que vous pouvez entendre en cliquant ICI





GASTON LECOCQ