• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3096417

Société

Mis en ligne le 14/05/2011

«S’indigner pour mieux vivre ensemble» : Stéphane Hessel était à Liège aux Territoire de la Mémoire


Le jeudi 12 mai dernier, Stéphane Hessel est venu à Liège pour découvrir le travail effectué par l’asbl Les Territoires de la Mémoire. La visite était placée sous le signe de la jeunesse et de la résistance.

En effet, après avoir découvert les actions de l’association, l’auteur du succès de librairie « Indignez-vous ! » a rencontré des adolescents à qui il a transmis son message de résistance face aux injustices et aux entorses aux valeurs démocratiques. Les participants enthousiastes ont pu poser leurs questions à cet ancien résistant, déporté et rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Les jeunes se sont particulièrement montrés intéressés par les moyens d’indignation à mettre en œuvre, par l’avenir d’une Europe trop économique au détriment de l’humain et par la résurgence d’idées populistes et d’extrême droite au sein des pays membres.

Afin de marquer son adhésion au message et aux valeurs portés par M. Hessel, Dominique Dauby, présidente de l’asbl Les Territoires de la Mémoire, a signé au nom de l’association l’appel à la commémoration rédigé lors du 60e anniversaire du programme du Conseil National de la Résistance. Ce texte exhorte à la préservation et à la prolongation des conquêtes sociales, ainsi qu’à la lutte contre les causes politiques des injustices et conflits sociaux. Les rédacteurs de cet appel, parmi lesquels figurent également Lucie et Raymond Aubrac, ainsi que M. Hessel lui-même, terminent d’ailleurs leur texte par cette phrase : «Plus que jamais, à celles et ceux qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec affection : ‘Créer, c’est résister. Résister, c’est créer’».

La formule résume parfaitement les principes qui ont fondé la création de l’asbl Les Territoires de la Mémoire, Centre d’Éducation à la Résistance et à la Citoyenneté reconnu par la Communauté française de Belgique, puisque, depuis 1993, elle effectue un «Travail de Mémoire» auprès des enfants, des jeunes et des adultes, tout en développant diverses initiatives pour transmettre le passé et encourager l’implication de tous dans la construction d’une société démocratique garante des libertés fondamentales.

Ironie du sort, le jour même au Sénat, une majorité flamande (excepté Groen) contre une minorité francophone avalisait un projet permettant la discussion sur l'amnistie des collaborateurs flamands condamnés après la guerre 40-45. On ne devrait même pas discuter sur un tel sujet. C'est comme si on reconnaissait le "négationnisme".





Ga. L.