• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3124776

Sport

Mis en ligne le 26/04/2011

Une piscine à Jonfosse ?


On l’annonçait pour 2008, on l’aura peut-être pour 2014. Mais c’est un premier avril qu’une nouvelle information sur le sujet nous était communiquée… Il n’y avait pas vraiment urgence

La photo à la « Une » ainsi que les autres, montrent le projet que l’on avait présenté à la presse le 8 décembre 2005 pour ce qui aurait dû remplacer la piscine de la Sauvenière fermée définitivement depuis début 2001. Depuis, les Liégeois n’ont plus que deux piscines publiques à leur disposition, une à Grivegnée et une en Outremeuse et aucune lorsqu’il arrive qu’elles soient fermées pour une ou l’autre raison.
Dans ce « Centre sportif Jonfosse » on aurait dû avoir : 4 bassins dont un pour des compétitions internationales ; une tour de plongée de 15 mètres, des salles de sports, des bains publics etc... Vous trouverez tous les détails de ce « beau projet » avorté par manque de moyens liégeois et de promesses non tenues au niveau régional, dans l’article que nous avions rédigé le 9 décembre 2005.
Sept ans plus tard, la Ville remet le sujet sur le tapis et vous verrez qu’on est loin de ce beau projet.

Annonce un 1er avril

Cela ne s’invente pas, c’est à l’issue du Collège communal du vendredi 1er avril dernier que les échevins Roland Léonard, (Travaux) et Fouad Chamas, (Sports), ont informé le Collège des dernières évolutions du dossier de la piscine Jonfosse, qui a fait l’objet d’une Commission générale du Conseil communal réunie le 31 mars. Ils annoncent que, à la suite de contacts récents avec la Wallonie (ex-Région wallonne), le point sera soumis à l’approbation du Conseil communal du 2 mai.
Pour rappel : pour palier à la disparition de la piscine de la Sauvenière, la Ville de Liège a acquis un terrain de 3300 m² dans le quartier de Jonfosse, délimité par les rues Jonfosse, Stéphany, et Lambert Le Bègue.
Comme l’expliqueront les échevins : «Le projet initial constituant une charge financière trop importante pour la Ville, le Collège a opté pour une formule reposant sur le principe de partenariat public–privé. L’objectif du Collège est en effet de mettre à la disposition de toutes les Liégeoises et de tous les Liégeois une offre de qualité maximale en termes de piscine publique tout en respectant les balises du Plan de gestion. La formule présente l’avantage d’un partenariat qui apporte des moyens et une expérience dans la gestion de ce type d’infrastructure. »

« Des fonctions complémentaires à la piscine pourront dès lors être concédées au partenaire privé afin d’assurer l’équilibre financier du projet. Bien sûr, ces fonctions complémentaires ont également pour objectif de valoriser le quartier dans lequel elles s’inscriront. Rappelons aussi qu’en 2009, le Gouvernement wallon a décidé d’octroyer, dans le cadre du programme de financement alternatif des grandes infrastructures sportives, un subside de 2,5 millions d’euros pour la construction de la piscine, uniquement destiné au financement des infrastructures publiques. »
« L’objectif prioritaire du Collège est d’offrir aux Liégeoises et aux Liégeois une piscine publique, scolaire, sportive et de loisirs de grande qualité, dont la tarification garantira l’accès au plus grand nombre. Aménager sur le site de nouveaux bains publics est également une volonté fixée par le Collège.»

Appel à consultant spécialisé

«Afin de concrétiser cet ambitieux projet, la Ville de Liège a fait appel à une société de consultance spécialisée, chargée d’étudier : la définition du programme de base, comprenant les programmes scolaires et sportifs ainsi que les bains publics ; la faisabilité d’un partenariat public-privé, qui permettrait au partenaire d’exploiter les opportunités de développer des fonctions connexes au programme de base (parking, activités liées au bien-être, logements, etc.) ; les documents utiles au lancement du marché, l’assistance dans l’analyse des offres et la conclusion du marché.
Le marché se compose de deux parties indissociables. La première partie concerne la construction d’une piscine à vocation éducative, sportive et de loisirs, en ce compris un espace pour les bains publics. La création de vingt places de parking pour le personnel et l’aménagement des abords sont également requis. L’exploitation et l’entretien de la piscine se feront au nom et pour compte de la Ville de Liège.
Le second volet, ou variante obligatoire, consiste en une obligation pour le soumissionnaire de proposer un programme d’exploitation des zones en concession à des fins privées.»

Plus rien à voir avec le beau projet !

Concernant les aménagements de la « future » piscine Jonfosse » ; les échevins ont précisé :
«Le programme public de la future piscine comprendra notamment un bassin de nage en ligne d’une longueur de 25 mètres avec 6 couloirs, un bassin d’apprentissage ou d’activité avec rampe d’accès et une lagune ludique pour la petite enfance. Les bains publics disposeraient d’une superficie de l’ordre de 120m². Le programme public vise donc tous les utilisateurs, tant les établissements scolaires, les associations que le grand public (individuel comme familial).
Dans la variante obligatoire, portant sur l’exploitation des zones en concession, des services de natures diverses sont suggérés tels que : des services à la personne autour des thèmes de la santé, la forme et le soin du corps ; des services marchands et boutiques ; de la restauration ; du logement ; du stationnement en sous-sol.
Le site sur lequel se développe l’ensemble du programme représente une surface approximative de 3.300 m² et le projet s’étendrait sur 5 niveaux dont 2 niveaux en sous-sol. »

Peut-être fin 2014

« Outre le prix incluant le coût des travaux du périmètre public et la charge d’exploitation résiduelle pour la Ville de Liège, les critères d’attribution portent notamment sur la qualité architecturale et l’insertion du projet dans le quartier ainsi que la qualité technique des bâtiments. Le plan d’exploitation prend également une part importante puisqu’il concerne à la fois le personnel (dans les aspects compétence et gestion des ressources humaines) et le dynamisme du service proposé.»

«La Ville de Liège a également intégré un critère relatif à l’impact sur l’environnement (pourcentage de matériaux recyclables, importance quantitative des rejets dans l’air et dans l’eau). L’utilisation d’énergies renouvelables et de dispositifs permettant d’économiser l’énergie est également prise en compte, d’autant qu’elle aura un impact évident sur le coût d’exploitation du complexe.»

Enfin, l’échevin des Travaux termine : « Compte tenu du déroulement normal des procédures pour un projet de cette envergure, la construction de la piscine pourrait débuter à la fin de l’année 2012. La construction de la piscine et des espaces connexes doit s’inscrire sur un délai de 700 jours soit 2 ans. »

Il ne reste plus maintenant qu’à croiser les doigts, lorsque l’on sait qu’un tel projet coûtera entre 15 et 20 millions d’euros et que les limites budgétaires de la Ville ne sont pas extensibles. Sans oublier tous les travaux que la Cité ardente doit encore entreprendre si elle veut être au top pour l’Expo 2017. Sans piscine centrale et moderne, ce serait quand même un comble.





Gaston LECOCQ