• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3138604

Bouquins

Mis en ligne le 04/02/2011

LU POUR VOUS - BD : Féroces tropiques


Une BD qui se visite comme une exposition de peintures. Editée par Dupuis, on la trouve en vente dès ce 4 février. Dessins (miniatures) du Liégeois Joe G. Pinelli, scénario Th. Bellefroid.Un petit chef d’œuvre....

Il se pourrait qu’un des derniers albums des Editions Dupuis et qui parait ce vendredi 4 février dans la collection «Aire Libre» reste un modèle du genre pour la postérité.
En effet, «Féroces tropiques», c’est son titre, dont le scénario est de Thierry Bellefroid et les dessins du Liégeois Joe G. Pinelli a réussi à mêler les 3ème et 9ème arts, dans un même opus. Lorsque vous ouvrirez les pages de cet album, ce sera comme si vous entriez dans une galerie de peintures. Dans tous les cas, vous partirez pour un voyage extraordinaire.

Une histoire forte, poignante …humaine

«Féroces tropiques» narre les aventures tragiques autant que magnifiques (pour un peintre ça l’était sûrement) de l’Allemand Heinz von Furlan, peintre allemand méconnu qui, en 1913, embarque, un peu à la manière de Darwin, à bord d’un navire de guerre à mission océanographique. A bord, on lui fait très vite comprendre qu’il n’a rien d’un marin c’est un «gribouilleur égaré».
Le texte de Thierry Bellefroid (scénariste, romancier, nouvelliste et journaliste à la RTBF), ses dialogues, ses monologues, sont sans équivoque : comment l’art peut-il cohabiter avec la folie meurtrière des hommes, comment un peintre peut-il ne pas réagir devant la montée du nazisme et de ses atrocités subodorées.
Ce sont des questions que von Furlan va se poser tout au long de sa vie. Après avoir été laissé pour mort sur les rivages inhospitalier de Papouasie, il est adopté par des indigènes avec lesquels il vit quelque temps puis est capturé par des soldats hollandais. La première guerre avait éclaté et il ne le savait pas.
Renvoyé en Allemagne, il sera forcé d’aller combattre sur la Somme en 1916. Il vivra la boucherie comme une véritable apocalypse. Mais il survivra jusqu’à ce qu’en 1923, en pleine montée du nazisme, il repartira vers la Papouasie, un peu à la recherche d’un certain absolu de couleur, de lumière, de beauté …de paix…du paradis perdu..

Près de 700 peintures

Pour suivre le texte de Thierry Bellefroid, Joe G. Pinelli a réalisé près de 700 petites peintures. Comme von Furlan, la peinture coule dans ses veines. Il va aller jusqu’à s’imprégner des tendances qu’a vécu le peintre allemand. Il semble être en parfaite symbiose avec lui.
Impressionnisme,fauvisme, expressionisme, abstraction, un peu de dadaïsme, synthétisme, naïf…sont les styles et d’autres peut-être (je ne suis pas un spécialiste) que les lecteurs retrouveront dans l’aventure dessinée par J. Pinelli et qui a si bien su jouer avec les couleurs et les matières.

Pour réaliser ce petit chef d’œuvre, Pinelli, et c’est probablement une première, a utilisé des sticks d’huile solide. Chaque case est un véritable petit tableau où les ambiances sont fonction des périodes évoquées.
Nous écrivions plus haut que cette BD mêlait 3ème et 9ème art, ce n’est pas sans raison. D’habitude, une BD se lit plus ou moins en une heure. Pour «Féroces tropiques», si l’aventure picturale est votre dada, vous pourriez en avoir pour des jours. Et si vous n’êtes qu’un «simple amateur» peut-être verrez-vous s’ouvrir de nouveaux horizons, de nouvelles découvertes.

Nous ne manquerons sûrement pas de signaler que Joe.G.Pinelli qui est plus connu en tant que professeur de bande dessinée et illustration à l’Académie des Beaux-arts de Liège, publie déjà depuis plus de 20 ans et dessine depuis le début des années 80.

Les éditions Dupuis, qui comme chacun le sait sont à la base de la notoriété internationale belge en matière de BD et qui a permis à des dizaines de dessinateurs d’être découverts, a eu raison de penser à J.G. Pinelli en mettant sur le devant de la scène un dessinateur qui se voulait discret, préférant les maisons d’édition indépendantes.

Gaston LECOCQ

«Féroces Tropiques» Edition Dupuis collection «Aire libre» : dessins de Pinelli, scénario de Bellefroid, album cartonné/80 pages en couleur – 15,50 €

Pour les collectionneurs, parallèlement à cette édition il existe une édition limitée et numérotée à 777 exemplaires (700 à la vente) avec un frontispice inédit imprimé sur papier d’art et jaquette, vendue au prix de 30 €.