• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3112262

En Ville

Mis en ligne le 01/02/2011

La Cité administrative en débat


Interpellation du conseiller MR Gilles Foret sur l’avenir de la Cité administrative et réponse de l’échevin des Travaux Roland Léonard.

Lors de la séance du Conseil communal de ce lundi 31 janvier 2011, le conseiller communal MR Gilles Foret a interpellé le Collège à propos de l’avenir de la Cité administrative.


Voici ci-dessous, son interpellation :

« Construite dans les années 60, la Cité Administrative et sa vaste esplanade s’inscrivaient dans un programme de modernisation. Les architectes de l’époque se seraient même inspirés, paraît-il, du siège des Nations Unies à New York !
Aujourd’hui ce bâtiment, aux qualités architecturales plus souvent décriées qu’adulées, fait ressentir son âge (électricité, parements extérieurs, châssis) et demeure plus que jamais énergivore !
Ce n’est pas le relifting intérieur de l’espace d’accueil aux citoyens, il y a quelques années, ni l’œuvre d’art (c’est ça la tâche noire NDLR) représentant les contours de la grotte de la nativité sur l’arête de la tour qui éviteront les dégradations du temps et la nécessité d’un investissement ambitieux !
Qu’en est-il aujourd’hui des études et des projets du Collège sur la rénovation extérieure et le réaménagement intérieur de la Cité administrative ?
Où en est-on trois et demi après avoir déposé une demande de subsides à la Région wallonne pour une rénovation de la Cité administrative estimée à l’époque à 28 millions d’euros ?
Quelles sont les conséquences de la libération de plusieurs étages rendus disponibles depuis le départ des services techniques rue de Namur ?
Préconise-t-on un relifting comme le bâtiment du Forem au Val Benoît auquel on pourrait adosser un mur végétal ? Ou envisage-t-on plutôt de la ranger dans l’histoire de l’architecture moderne de Liège en la démolissant ?
Projette-t-on de regrouper les services communaux ( à l’exception des services techniques nouvellement installés rue de Namur) dans un vaste ensemble moderne rénové regroupant la Cité Administrative nouvelle version, l’Ilôt St-Georges et l’immeuble dit « Ex-Inno » sis en Feronstrée, 54 pour lequel le Conseil communal avait mandaté le Collège en date du 6 février 2010 à formuler une contre-proposition d’achat des droits réels emphytéotiques détenus par la société Redevco Retail Belgium ?
Après le TETRIS géant organisé sur la façade extérieure en 2010, peut-on espérer voir s’entamer prochainement le grand jeu de domino de sa rénovation ? Est-il envisageable aussi de se réapproprier l’espace en surface du parking Cité pour en faire un lieu de détente convivial ? »

La réponse de l’échevin Roland Léonard

«Au-delà des importantes mesures concrétisées récemment en faveur du personnel de la Ville, le Collège se penche aussi depuis plusieurs années sur la réorganisation et la revalorisation du patrimoine bâti accueillant les services communaux.
Ainsi, l’important projet de regroupement des services techniques rue de Namur est-il en voie d’achèvement et verra dès la semaine prochaine quelque 200 travailleurs rejoindre leur nouvel environnement. A terme, soit dans moins de 18 mois, ce sont plus de 800 fonctionnaires communaux qui occuperont ce bâtiment phare de notre administration. Il permettra de faire l’économie d’une vingtaine d’implantations.
Quant à la Cité administrative, sa rénovation fait actuellement l’objet d’une étude de faisabilité technique et financière menée en collaboration avec le bureau d’étude Green Value. L’option est de conserver la tour. En effet, elle joue un rôle de signal dans la Ville, participe à l’équilibre général du site et offre une densité d’activités importante ainsi que des surfaces utiles très lumineuses. Par ailleurs, aucun impératif technique ne justifie sa démolition.
En outre, le Collège souhaite maintenir les services à la population au cœur de la Cité et, par cet important projet, nourrir le tissu économique et social du quartier de Feronstrée.
Les objectifs définis sont:
• Une approche architecturale contemporaine intégrant la notion de développement durable, notamment sous l’angle de l’efficience énergétique
• Une rationalisation par regroupement des services aujourd’hui répartis sur plusieurs sites. La capacité du projet pourrait atteindre plus de 1100 postes de travail
• Un meilleur accueil du citoyen par une augmentation des surfaces y consacrées et une accessibilité revalorisée qui renforcera l’image positive des services de la Ville.
Différents scénarii sont à l’étude et certains intègrent des développements dans le bâtiment de l’Ex-Inno pour lequel une affaire est toujours pendante devant les tribunaux.
Dans l’intervalle, les travaux de rénovation ont déjà commencé par l’engagement, ces trois dernières années, de plusieurs dossiers - près de 400.000 € - de mise en conformité des équipements techniques, à savoir, notamment, la mise en conformité des ascenseurs et le renouvellement du système d’alimentation électrique de la tour.
La libération prochaine de 4 étages par le départ du service des travaux permettra une nouvelle implantation aux 13ème et 14ème étages des services présents actuellement aux 17ème et 18ème. Dès lors, les étages 15 à 18 seront fermés et disponibles pour une rénovation par tiroir si ce scénario est retenu.
Pour conclure, la réussite d’un tel projet dépend évidemment des moyens financiers que la Ville pourra mobiliser, sur fonds propres mais aussi auprès des pouvoirs subsidiants. La voie d’un PPP (partenariat public-privé) est aussi à l’examen.





Ga. L.