• Visiteur(s) en ligne : 1
  • |
  • Visiteurs total : 3097825

En Ville

Mis en ligne le 28/01/2011

Commémoration rue Léopold


Sobriété, pudeur et recueillement profond à l’inauguration de la stèle provisoire commémorant la catastrophe de la rue Léopold, le 27 janvier 2010.Comme nous vous le présentions mardi, c’est ce jeudi matin à 10h30 qu’a été dévoilée, place du Commissaire Maigret, la stèle commémorative à la mémoire des 14 victimes de l’explosion des immeubles 18 et 20 de la rue Léopold le 27 janvier 2010.

Jeudi, 10 h, le ciel est plombé sur Liège et place du Commissaire Maigret qui jouxte la rue Léopold, la presse locale et nationale s’installe en silence dans le périmètre qui lui est réservé pour assister à la cérémonie. Il fait entre -1 et 0° C. Quelques flocons de neige virevoltent dans le décor.
Pendant ce temps, les parents des victimes de la catastrophe, les sauveteurs sont reçus par les autorités communales mais également provinciales et fédérales à l’Hôtel de Ville.

A l’heure dite, un cortège silencieux s’avance vers l’endroit où dans quelques minutes sera dévoilée la stèle à la mémoire des 14 victimes de la terrible catastrophe. En tête de ce cortège, des parents et amis proches des victimes, certains portant quelques gerbes. Ils sont suivis par les officiels : le bourgmestre Willy Demeyer, la ministre de l’Intérieur Annemie Turtelboom, le vice-premier ministre et ministre des Finances Didier Reynders, le gouverneur de la Province de Liège Michel Foret et Hervé Jamar, député-bourgmestre de Hannut (4 victimes étaient originaires de Hannut).

Ce petit cortège emprunt du plus grand recueillement était également constitué des services de sécurité et de sauvetage qui ont officié sur les lieux pendant plusieurs jours à savoir : les pompiers de Liège, les volontaires de la Croix-Rouge, les services du (DVI), le service d'identification des victimes de la police fédérale et la police communale.
Sur la place autour du lieu de recueillement fermé par des barrières Nadar, une petite foule de Liégeoises et Liégeois, ont également suivi la cérémonie qui ne dura finalement qu’un petit quart d’heure.

Avant de dévoiler la stèle sur laquelle figure les 14 noms, la minute de silence et le dépôt des gerbes, le bourgmestre prononça quelques paroles dont on retiendra :
«Le 27 janvier 2010, il y a un an, Liège fut frappée en son cœur. Au-delà des 22 blessés, au-delà des sinistrés, la tragédie a ôté la vie à 14 personnes.
Des femmes et hommes, de tous âges, originaires de toutes les Régions et Communautés du pays, de plusieurs nationalités, qui laissent derrière eux des familles meurtries.
Face à la catastrophe, les services publics, les travailleurs des firmes privées, se sont dévoués au-delà de leurs forces.
Les citoyennes et les citoyens ont fait preuve de la plus grande générosité.
Il reste aujourd'hui une plaie, sans cesse ravivée.
Au nom de la population, au nom des autorités, j’assure à nouveau les familles de la fraternité et de la solidarité du pays de Liège et du pays tout entier.
Il nous a semblé indispensable de proposer, aux proches des disparus, un lieu de recueillement, point symbolique où accrocher leur peine.

C'est pourquoi je dévoile aujourd’hui, avec beaucoup d'émotion, la stèle commémorative qui grave le nom des victimes dans le cœur de la Ville. Il s'agit d'une stèle provisoire. Quand les travaux qui refermeront la cicatrice urbanistique encore visible commenceront, nous veillerons à y intégrer un lieu de souvenir qui accompagnera à jamais la Cité ardente.»




Le 14 janvier 2010 à 1h48’6’’, une explosion dont on ne connait pas encore véritablement la cause, a coûté la vie à Annie Forir , Francesco Rapino, Daniel Lambrette et son ami Désiré Catrain, Kaoutar Bridai, quatre ressortissants bulgares : Valito, Turkina, Sergey et Iskren, Pierre Guilliams et Charlotte François, Alexis Robert et Vicky Storms et Andy Terren.





Gaston LECOCQ