• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3099095

Politique

Mis en ligne le 15/01/2011

Crise politique


Un journaliste flamand exprime son ras le bol politique sur Internet. Une vidéo qui fait un véritable buzz et qui montre que nos concitoyens du Nord en ont aussi assez…
Voilà plus de 216 jours (aujourd’hui 15 janvier) que la Belgique n'a toujours pas de gouvernement. C'en est trop pour le journaliste flamand Kris Janssens (Radio Twee) (la photo copie d’écran), qui a exprimé son ras-le-bol dans une vidéo mise en ligne le 6 janvier.

Cette vidéo, intitulée "chaos politique", affiche plus de 130.000 vues, auxquelles il faut ajouter les 90.000 vues de la version sous-titrée en français.

Ecœuré de l'immobilisme qui gangrène son pays, Kris Janssens crie tout haut ce que tout le monde pense tout bas ou n’ose pas le dire, tant au nord qu’au sud.
Et ici, pas question de populisme, mais du simple bon sens dont on voudrait que tous nos politiciens fassent preuve. Finalement, s’ils ont été élus, c’est pour faire preuve de bon sens. Non ? S’ils en sont incapables, qu’ils démissionnent et cherchent un autre emploi que la politique.
Vous trouverez cette vidéo sur le site suivant:

www.lepost.fr

Ce que dit Kris Janssens :

« - Voyez, je ne parle pas souvent de politique belge, car je sais que lors d'une fête de famille c'est un bon moyen de pourrir l'ambiance à table.
- Mais là, aujourd'hui, je voudrais parler de la politique belge, car je ne comprends plus.
- Voyez, Johan Vande Lanotte vient de passer deux mois - deux mois! - à sa note.
- Tous ces présidents de partis sont venus le voir en disant : "on veut bien de ceci" ou "on ne veut pas de cela" ; "on est partisans de ceci" et "cela va trop loin pour nous". D'accord? Cet homme écrit tout cela sur papier. D'accord? Ensuite il en fait une note.
- Comment est-il possible qu'en distribuant cette note à ces mêmes présidents de partis - qui lui ont fourni la matière pour cette note - qu'ils lui disent en un coup "au fait Johan, ceci ne se retrouve pas dedans et au fond on le voulait bien" ; "cela se retrouve dedans mais on n'aime pas trop".
- Pourquoi ne pas l'avoir dit au moment où il en était question? »
- J'ai entendu Rik Torfs (professeur de droit canon, sénateur CD&V. NLDR) ce matin à la radio. Vous avez entendu Rik Torfs?
- Il disait "voilà, nous devons maintenant réfléchir calmement à la meilleure façon d'entamer les choses"
- Pardon? Réfléchir calmement à la meilleure façon d'ENTAMER les choses?
- Ces gens n'ont-ils aucune honte? Ca fait 200 jours qu'on est occupés, Rik!
- Si ton plombier t'annonce - car tu l'as appelé pour réparer ta douche - qu'il ne va rien faire pendant 200 jours - mais il te demande de payer - et il t'annonce qu'on va réfléchir calmement à la meilleure façon d'entamer les choses - mais mais - tu lui intentes un procès!
- Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas une option. N'y a-t-il pas une loi qui oblige ces parlementaires à former un gouvernement? Peut-on les menacer de peines devant un tribunal? Hein?
- Qu'ils doivent payer 10 millions d'euros par jour sans gouvernement? 1 (M) euro par tête de Belge, livré en personne par Rik Torfs! Ou bien le facteur, avec votre pension.
- Ces gens ont tout de même été élus!? Ils ont sollicité pour un boulot. Eh bien, vous l'avez eu, félicitations! Veuillez vous y atteler, s'il vous plaît!
- Puis autre chose: je comprends qu'il y a une forte inquiétude concernant le mouvement flamand, qu'il existe des exigences flamandes qui doivent être acceptées, d'accord!
- Mais là - j'ai entendu à la radio ce matin - quelqu'un d'autre aussi? - qu'il en retourne de la compétence en la matière des entrées et sorties du ring de Bruxelles, car le ring de Bruxelles, il se trouve en Flandre haha! Et qui est donc compétent pour les entrées et sorties? Tout de même pas Bruxelles? Et non, cela devrait être la Flandre!
- Ai-je bien compris : ces gens enrayent un pays entier à cause de discussions autour de compétences en matière de stupides sorties d'autoroutes?
- Tu sortiras flamand ou tu ne sortiras point! Ça, je ne comprends pas ! Ces gens ont-ils encore un contact avec la réalité? Savent-ils ce qu'ils font? Attention, après ce sera le viaduc de Vilvoorde! Oui, il se situe au-dessus de Vilvoorde mais à quelle hauteur exactement? Peut-être est-ce trop haut pour encore être du ressort de la Région flamande? Et que ça fait partie de l'espace aérien belge, fédéral!
- Voilà le prochain point auquel on va calmement réfléchir! Calmement réfléchir à la façon d'entamer les choses! Non mais vraiment, les gens, il n'y a qu'une solution: descendre dans les rues.
- Dans les républiques bananières et les pays corrompus, les gens descendent dans les rues.
- Et ici on regarde depuis notre fauteuil et on se dit qu'on va réfléchir calmement. On doit manifester! (Un manifestation contre l’immobilisme et la bêtise est prévue à Bruxelles le 23 janvier - NDLR) On a déjà perdu notre dignité, eh bien, pourquoi ne pas faire comme dans ces républiques?
- Prends un francophone par la main, entraîne-le jusqu'en rue et nous manifesterons jusqu'à ce que ce soit réglé!
- Non là il fallait que ça sorte ... ça soulage ...
- Je pensais d'abord aller courir dans le parc mais il pleut ... et je pense avoir dépensé plus de calories qu'en courant une demi-heure. Merci bien. »

Ne pas oublier les leçons de l’Histoire

Ce que dit Kris Janssens est évidemment très intéressant et reflète probablement ce que pensent beaucoup de nos concitoyens néerlandophones qui n’osent peut-être pas (peur de représailles de groupes comme Voorpost, VMO, Tak etc…) exprimer leurs pensées.
Mais il ne faudrait évidemment pas, pour sortir de la crise, que nos négociateurs francophones signent n’importe quoi. Il ne faut pas oublier les leçons de l’Histoire. En 1938, de grands parlementaires avaient signé les accords dits de « Munich » avec un certain Adolphe. L’encre n’était pas encore sèche que cet Adolphe nous menait à la Deuxième guerre mondiale. Bart n’est pas Adolphe, mais il connait l’Histoire et ses citations, même si elles sont souvent latines, donnent parfois à penser qu’il n’abhorre pas nécessairement tous les dictateurs.

Mais heureusement, tous les Flamands ne sont pas comme lui. Enfin, je l’espère… Et quoi qu’on en dise, retourner aux urnes ne changera strictement rien à la situation. Vous êtes obligés, Messieurs, de réussir : avec ou sans Bart.





Gaston LECOCQ