• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3158284

Il y a déja

Mis en ligne le 18/06/2005

Expo Universelle de 1905: Comme si "Proxi-Liège" y était allé. Série de Pierre André N° 9

Ce dimanche 18 juin 1905, grâce à la « fée électricité » (selon la terminologie de l’époque), il est prévu d’illuminer tous les ponts de Liège. A cause de la pluie torrentielle de dimanche, les illuminations ne sont effectives qu’à partir du lundi 19. Le spectacle est sublime surtout au pont de Fragnée. Il l’est d’autant plus que la lumière ajoute encore à l’élégance de cette œuvre d’art. Les préparatifs de ces illuminations ont commencé le mois précédent. Ils ont été suivis avec passion par les Liégeois dont on sait qu’ils sont « gens ingénieux, de grand esprit et aptes à toutes choses ». (1) Ce jugement sur nos concitoyens porté par un patricien florentin établi à Anvers, Ludovico Guiccardini, est certes daté de 1567, il n’en reste pas moins toujours d’actualité a voir le succès de foule rencontré, aux Vennes, par la Halle aux Machines.

La force de la sidérurgie liégeoise

La représentation belge y est importante et significative des progrès réalisés ces derniers temps. Ainsi peut-on y voir « pendu aux colonnes des charpentes, un rail de tramway laminé par la Société d’Ougrée à la jolie longueur de 101 mètres. Il parait qu’il y a peu d’années on dépassait rarement pour ces rails une longueur de 7 à 8 mètres ». Au stand de la Société Cockerill qui a été « l’initiatrice de l’emploi des moteurs à gaz actionné par le gaz des hauts-fourneaux » se trouvent des machines gigantesques, développant des puissances de 1200, 10000 chevaux. « Tâchez d’imaginer l’écurie qu’il faudrait pour abriter ces chevaux s’ils étaient en chair et en os au lieu d’être des chevaux-vapeurs surtout si vous notez que ce que les ingénieurs appellent un cheval vapeur représente au moins deux forts chevaux de trait ! ».

L’excellence de l’armurerie liégeoise

Ludovico Guiccardini semble bien connaître les Liégeois dont il assure qu’ils sont « moult hardis et forts et brusques aux armes dont ils ont fait de tout temps et font encore aujourd'hui évidente profession ». Aussi, le guide Desoer-Pharus considère « très intéressante, l’armurerie, où est représentée l’industrie principale de la Ville de Liége. Il faut admirer le stand de l’Union des fabricants d’armes liégeois dont la décoration somptueuse est due à un architecte liégeois, M. Paquot et au centre duquel a été installé une exposition rétrospective des armes, du plus haut intérêt. (…) Derrière la collectivité des fabricants d’armes se trouve la section de l’art militaire où nous voyons les belles expositions de la manufacture d’armes de l’Etat et de la fabrique nationale d’armes de guerre de Herstal et au centre de laquelle se trouve l’exposition de Krupp avec ses canons et ses cuirasses ; on est saisi d’épouvante au milieu de tous ces engins créés pour la destruction des hommes ».(à suivre)
----------------------

(1) Cité par Carlo Bronne in "Belles étrangères en Belgique" - Editions Jourdan-de Clercq p 14 - 2005. La citation précise également que les Liégeois par mauvaise et invétérée coutume sont-ils généralement plus enclins à haines et discordes entre eux qu'au travail et à la concorde.

L'affiche est celle que l'on voit partout pour le moment dans le quartier des Vennes





Pierre André