• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3200346

Société

Mis en ligne le 02/12/2010

Salle de «guindailles »: la SPI+ et les étudiants regardent dans la même direction

La problématique d’un lieu susceptible d’accueillir les « guindailles » des étudiants liégeois vient de franchir une étape nouvelle : la SPI+, en concertation étroite avec la Ville et l’Université de Liège, a noué un dialogue constructif avec l’AGEL, la MEL et la FEDE pour trouver ensemble une solution définitive.

C’est une certitude, le chapiteau monté 2x2 mois par an ne restera pas indéfiniment au Val Benoît ; dans le cadre d’un partenariat entre la SPI+, la Ville et l’Université de Liège, l’ensemble de l’ancien site universitaire connaîtra en effet dans les prochaines années une revitalisation complète dans le but d’accueillir, à terme, entreprises, logements et services publics au sein d’un éco-quartier.
Dans la foulée de la volonté partagée par la Ville et l’Université de Liège de trouver une solution, la SPI+, l’AGEL, la MEL et la FEDE ont donc décidé de collaborer pour mener une réflexion commune sur la localisation d’un futur bâtiment destiné aux étudiants. Il apparaît en effet que la présence d’un chapiteau dédié aux guindailles soit peu compatible avec les futures activités sur place. Ce qui n’exclut pas du site une construction en dur.

Les étudiants, représentés par l’AGEL et la MEL ainsi que la FEDE, l’ont bien compris et ont décidé de saisir la balle au bond. Eux non plus ne veulent pas d’un chapiteau ad vitam et les compétences de la SPI+ pourraient leur être d’une aide précieuse pour qu’une salle définitive voie enfin le jour.

«Lors d’une réunion très constructive, explique leur porte-parole Olivier Béart, nous avons pu présenter nos besoins, nos attentes, nos moyens, ainsi qu’une première vision de ce que pourrait être la salle idéale». De son côté, la SPI+ a proposé un accord pour mener une réflexion commune avec les étudiants, la Ville et l’Université de Liège sur la localisation de ce futur bâtiment. «Nous mettons à disposition nos compétences et notre vision très large des terrains disponibles et susceptibles d’accueillir un tel projet» précise Françoise Lejeune, directrice générale de la SPI+.

Enfin, pour ne pas mettre les étudiants dans l’embarras pendant cette période transitoire, l’agence de développement leur a garanti qu’ils pourront encore disposer du terrain du Val Benoît pendant au moins deux ans pour y accueillir le chapiteau et assurer ainsi la continuité des activités folkloriques, et notamment de la St-Nicolas qui approche à grands pas !