• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3202324

Société

Mis en ligne le 21/09/2010

Réaction de Willy Demeyer, Bourgmestre de la Ville de Liège, suite à l'agression violente dans un cabinet médical liégeois.

Suite à l'agression violente qui a eu lieu ce lundi à Ste Walburge et dont a été victime un médecin, le bourgmestre tient à rappeler les moyens mis en place et annonce une rencontre rapide avec les associations professionnelles en vue de d’envisager avec eux de nouvelles pistes de travail en matière de sécurisation notamment lors des consultations en cabinet.
Et Willy Demeyer de préciser :
« Depuis 2000, la Ville de Liège travaille en concertation avec les associations de représentation des médecins liégeois pour développer une politique intégrée de prévention pour cette profession difficile.
Le service CAP Sécurité du Plan de Prévention est depuis lors l'interlocuteur privilégié des praticiens liégeois. Cette concertation permanente a permis de mettre en place différentes mesures de sécurisation telles le développement de bouton d'alarme fixe pour les cabinets, de bouton d’alarme avec traceur pour la garde ambulatoire, des formations à la gestion de l'agressivité, des visites de techno-prévention des cabinets de consultation, ainsi que des visites post-infractionnelles pour tout fait porté à la connaissance des services de police.
Pour rappel, l'actionnement du bouton d'alerte permet au praticien d'entrer en contact direct avec les services de police, qui eux bénéficient alors d'un contact audio leur permettant de prendre la mesure des faits et de réagir immédiatement. Cette mesure de sécurisation du cabinet de consultation est proposée à tous les praticiens liégeois désireux d’y avoir recours.
C'est dans cet esprit de collaboration continue que la Ville de Liège et le GLAMO (Groupement Liégeois des Médecins Omnipraticiens) ont monté le dossier qui a permis d'ouvrir en octobre 2007, grâce à un financement du Ministère de la Santé, un poste de garde médical sécurisé et sécurisant. »

Le bourgmestre ajoute qu’il va solliciter auprès de la Ministre de l'Intérieur une modification à l'arrêté royal du 25/04/2007 qui impose désormais, pour les boutons d'alerte, d'avoir une vérification visuelle en plus de la liaison audio. « Cette modification technique a engendré un retard important pour l'acquisition de nouveaux appareils. Qui plus est, dans le cas des médecins, cette spécificité technique complique les choses puisqu'il n'est pas envisageable d'installer une caméra dans un cabinet de consultation. De plus, la Ville de Liège possède toujours des appareils sans vérification visuelle qui pourraient dès lors être utilisé spécifiquement pour cette profession. »

Willy Demeyer a également fait savoir que ses services avaient déjà pris contact avec la victime dès ce lundi…