• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3112091

Bon à savoir

Mis en ligne le 19/11/2005

« Qaraqorum » du Liégeois Andras à Cocoon

D’aujourd’hui au 27 novembre, les couleurs liégeoises sont dignement représentées à Bruxelles, à « Cocoon » - le salon Maison et Déco – par le « joaillier de la lumière » Andras (1). On connaît l’histoire de cette famille hongroise installée dans notre ville depuis 1934 pour y fabriquer des luminaires. La première génération a fait œuvre d’artisan, la deuxième peut revendiquer le titre d’artiste car comme le note Andras : « Utiliser l’éclat, la forme, la couleur d’une pierre précieuse pour la mettre en valeur est un art. Moi j’utilise la lumière ».
Parfaitement intégré dans la vie liégeoise au point d’avoir créé la lampe «Pays de Liège» en signe de reprise de vitalité de la notre région ou encore d’avoir restauré c'est-à-dire, remis en état un objet d’art tel fut conçu en respectant les normes techniques du jour, des lustres du Palais des Princes-Evêques, du Château de Harzé ou encore du Château Cockerill, siège de CMI, le Liégeois Andras demeure fier de ses origines magyares au point d’avoir tenu à accomplir, en solitaire, un « voyage initiatique » en Mongolie.
Il en est revenu plein d’idées qui lui permettent d’associer l’orientalisme et le contemporain dans des œuvres telles que «Kangaï» ou «Mongha».

Nouvelle Rivière

Cette année, en souvenir de son périple, Andras a mis au point une nouvelle ligne de luminaires baptisée « Nouvelle Rivière », traduction littérale du mot « Mongol ».

Il raconte les sources de son inspiration : « Après traversé les immensités désertiques, je parvins à Qaraqorum, l’ancienne capitale de l’Empire mongol de Gengis Khan. Dans l’enceinte du monastère bouddhiste, je fus attiré par le timbre grave des prières des moines. Les sons venaient d’un immense bâtiment. Je m’installais dans un coin de la pièce et j’observai discrètement les lieux. Une impression d’intimité m’emplit brusquement le cœur et l’âme, ce qui contrastait avec le sentiment d’immense solitude que m’avait donné la traversée des steppes désertiques. Je remarquai rapidement, outre les tankas alignés au mur, de grands pans de tissus vivement colorés qui semblaient tomber du ciel. Par la perspective qu’ils offraient, une atmosphère de mystère et de détente bienfaisante s’en dégageait, propice à la réflexion.
De retour chez nous, j’ai voulu recréer ces conditions avec la suspension Qaraqorum (la photo). Je l’ai dotée de quatre sources d’éclairages différentes et techniquement complémentaires afin que mes clients puissent concevoir des univers particuliers au gré de leurs envies et de leurs besoins ».
En septembre 2006, ce sont les Parisiens qui découvriront les œuvres de cet artiste liégeois.
-------------------------
(1) atelier-galerie, rue Jacob Makoi 77 4000 Liège – Cocoon stand PF 02 (patio) Palais du Heysel –Bruxelles.





Pierre André