• Visiteur(s) en ligne : 7
  • |
  • Visiteurs total : 3213783

Reportage

Mis en ligne le 20/09/2010

A Liège, la fête de la Wallonie, c’est sacré (1/2)

Même s’il ne faisait pas très chaud ce week-end, la Cité ardente a une fois encore montré que sa chaleur, elle l’avait dans son cœur, mais aussi dans son incontournable convivialité…



Pour la dixième année consécutive, « Proxi-Liège », a suivi, pour vous, la «Fête de la Wallonie» à Liège et même si je n’ai pu être partout à la fois, je suis quand même assez satisfait du résultat, quand je vois ce que mes confrères de la presse locale ont relaté dans leurs journaux de ce lundi.
Comme pour le 15 août en Outremeuse, je me suis surtout attaché à garder de ce week-end festif et symbolique, des images qui font chaud au cœur. Car même s’il faisait un peu frisquet, la chaleur était dans les cœurs de toutes les Liégeoises et les Liégeois qui comme d’habitude, ont su accueillir et recevoir comme il le fallait, les dizaines de milliers de visiteurs qui ont fait le déplacement dans note cité qui porte toujours bien haut le qualificatif d’ardente.

Jeudi, la fête à la langue wallonne

On l’oublie toujours un peu, mais en réalité, la Fête de la Wallonie à Liège, commence le jeudi soir et notamment au Théâtre Communal du Trianon, où a lieu le «Gala wallon», qui met à l’honneur notre beau langage si savoureux, la langue de Tchantchès : le wallon.

Une soirée qui est toujours suivie par un public nombreux, assidu et connaisseur et qui s’articule en trois parties. La première a, cette année été consacrée à la représentation de la pièce «Terra Nostra» de Léon Fréson, interprétée par de jeunes comédiens ruraux de Fexhe-Le-Haut-Clocher.
Il y a également eu le discours, en wallon, du député provincial en charge de la Culture, Paul-Emile Mottard ainsi que la remise du «Prix du Mérite wallon» de la Province de Liège.
Ce prix qui consacre une institution ou une personne pour leurs actions en faveur du wallon a été décerné cette année à Michel Azaïs (à gauche sur la photo de la Province de Liège ci-contre, avec P - E Mottard) dont l’apport au niveau de la chanson wallonne, notamment, est absolument indéniable.

Vendredi : journée d’ouverture, prix culturels et sportif, Village des confréries etc…

C’est en fin d’après-midi, vendredi, que, comme de tradition, le président du comité organisateur des Fêtes de Wallonie en province de Liège, André Gilles, également député provincial président du Collège provincial, a prononcé le discours de circonstance, ouvrant ainsi les fêtes liégeoises dans la salle du Conseil provincial au palais.
On passa alors à la proclamation des prix sportifs et culturels décernés par la Province de Liège pour l’année 2010.

Au niveau des prix sportifs ont été décernés :
- le «Trophée sportif» : au cycliste professionnel Philippe GILBERT - cycliste professionnel.
- «l’Espoir sportif» à la judokate Charline VAN SNICK.
- le «Mérite sportif» au président de l’Association francophone de Tennis André STEIN.
- le prix du «Fair-play» à Nelly MALAISE, secrétaire du Standard Femina.
- et le « Coeur sportif»: à Tony GUARINO, coureur et organisateur de marathons.
Les prix culturels ont été décernés :
- le «Prix "Louis Stappers" (Folklore): à Rolande PLOUETTE, très connue pour ses célèbres lacquemants, notamment sur la foire d'octobre à Liège mais aussi en Outremeuse.
- Le «Prix "Coup d'éclat» à Giovanni BIASIOLO qui fait des prodiges en haute couture.
- le «Prix des critiques wallons» à Jacques WARNIER, auteur wallon, comédien, metteur en scène et animateur radio.
(Sur la photo de la Province de Liège ci-dessus, quelques uns des lauréats entourés de membres du Collège provincial).

Après cette partie académique, invités et membres des différentes confréries gastronomiques ont rejoint en cortège le «Village des Confréries» au pied des grands magasins de la place Saint-Lambert, pour le verre de l’amitié et de la bonne humeur. La fête pouvait commencer. Vendredi, elle a duré jusqu’aux alentours de 23 heures et aurait pu continuer tard dans la nuit s’il n’y avait eu l’obligation de fermer boutique…Quant au concert de l’OPL (qui fête ses 50 ans) s’il a attiré plusieurs milliers de personnes, il a semblé un peu court….

Samedi : un peu de tout, partout…et toujours de la bonne humeur

C’est samedi après-midi que j’ai décidé de me rendre dans le centre, pour sentir, avec les chalands et visiteurs, la vraie chaleur des Liégeoises et Liégeois en fête. En fait, je n’ai pas été déçu, comme d’habitude, pourrais-je dire.
La suite en photos … :


La première chose que l’on entend lorsque l’on arrive sur le Village des Confréries, c’est la voix incontournable autant qu’agréable de Michel Vincent, « the Voice of Liège-Matin-VivaCité) qui, durant trois jours a animé le Village des Confréries. On le voit ici au stand de la Confrérie de la Cloche d’or de Stavelot entre, à gauche Jean Bogaert, grand maître de la confrérie et président de l’Union des groupements du Folklore gastronomique de la Province de Liège et de Marcel Renard, primiboulet de la Confrérie du Gay Boulet…





Je ne vous raconte pas de bobards lorsque j’écris qu’il y avait beaucoup de monde sur le Village des Confréries…



Place Saint-Etienne, j’ai été très agréablement surpris par l’excellente prestation de l’Ensemble orchestral mosan de Stavelot, tout aussi bon en rue qu’en scène. J’en reparlerai...

Sur le Village des Confréries, il y avait aussi des «visiteurs» venus d’un autre monde. Celui des troupes déambulatoires et animatrices de rues…Vraiment génial…

Un autre monde aussi, mais musical cette fois, celui du Skrilh Quartet (jazz) venus tout spécialement des Côtes d’Armor (Bretagne). De l’excellente musique mais également des paroles en breton. Comme quoi, pour défendre la pérennité d’une langue en danger, la musique ça aussi du bon. On en sait quelque chose chez nous en Wallonie. Hein m’fi !

Dans le passage des Galeries Saint-Lambert, il avait été judicieux d’y placer le castelet du Théâtre de marionnettes du Musée de la Vie Wallonne. La preuve : le nombre de parents avec leurs enfants qui ont participé aux aventures de Tchantchès.

Enfin, concert avant le concert du soir, la répétition avec l’Orchestre Philharmonique de Liège, dirigé par Jean-Pierre Haeck avait attiré beaucoup de monde. Des spectateurs qui n’ont pas été déçus et qui ont applaudi à tout rompre la mini-prestation de la toujours excellente Alexise Yerna.

Dimanche : cortège protocolaire, remise de distinction, cortège folklorique et concert…

Après la séance académique et le discours du bourgmestre Willy Demeyer dans la salle du Forum (nous y reviendrons), c’est en cortège, précédé de la Musique du Corps des Cadets de la Marine que les invités et les officiels ont parcouru quelques rues de Liège avant d’aboutir place Saint-Etienne, où le député provincial et président André Gilles a mis à l’honneur deux confréries : les Cuveliers de Cîteaux et Serranius et la Seigneurie de la Vervi-Riz

André Gilles et Freddy Lambrette, grand maître de la la Seigneurie Vervi-Riz dont le but est de promouvoir à travers le monde l’indiscutable onctuosité et le goût incomparable de la vraie tarte au riz de Verviers.

Quelques membres de l’auguste confrérie verviétoise…

André Gilles et André Leroy, grand maître des Cuveliers de Cîteaux et Serranius , confrérie qui s’est fixé comme but de recréer le vin que produisait l’abbaye du Val Saint-Lambert à Seraing en profitant des nouvelles techniques pour en améliorer la qualité. Et ça marche…

Quelques membres des Cuveliers de Cîteaux et Serranius

Michel Vincent, encore lui. Dimanche, il animait toujours le Village des Confréries et lorsque je l’ai croisé avant d’aller déguster une excellente fricassée de Chèvremont, il était en train de demander à un membre de la Confrérie des Claw’Tîs di Benne Houssèye, les objectifs de celle-ci.

L’après-midi c'était le cortège folklorique consacré aux 50 ans de la Fédération des groupes folkloriques wallons et le soir, des milliers de spectateurs ont dansé avec Stromae, Ben l’oncle Soul et Axelle Red.Une limbourgeoise pour fêter la Wallonie à Liège, tout un symbole positif, d’autant qu’elle est excellente aussi la petite Axelle…

En matière de bilan, il faut savoir que tout s’est admirablement bien passé aussi bien sur l’Esplanade Saint-Léonard le samedi soir où entre 10 à 12.000 jeunes sont venus applaudir, danser et faire la fête avec leurs groupes et chanteurs que partout ailleurs pendant ces trois jours. Place Saint-Lambert on estime à environ 6000 spectateurs pour les concerts et dans l’ensemble à quelques 80.000 personnes celles et ceux venus faire la fête à Liège. Chapeau…





Gaston LECOCQ