• Visiteur(s) en ligne : 10
  • |
  • Visiteurs total : 3137193

En Ville

Mis en ligne le 27/05/2010

Pneus usagés


Superbe entrée de ville, mais si vous traversez la rue vous aurez ceci :

Non, il ne s’agit pas d’une œuvre d’art ! Non il ne s’agit pas d’une décharge illégale ! Oui, cet amas de pneus défigure depuis une semaine une des plus belles entrées de la ville…

Les autorités souhaitent que Liège obtiennent le statut de « Ville touristique », elles souhaitent aussi que sa candidature soit retenue pour «Liège exposition internationale 2017 », elles souhaitent aussi que les habitants de la Cité ardente soient respectueux de l’environnement de sa propreté. Tout ça est évidemment très bien, très beaux et avec des objectifs qu’il serait sot de décrier. Mais il y a un fameux MAIS…

En effet, on est en droit de se poser des questions sur tous ces objectifs lorsque, pendant plus d’une semaine (week-end de Pentecôte compris), l’une des plus belles entrées de la ville (carrefour Avroy - Rogier-Blonden – Guillemins) se voit «décorée» d’un amas de vieux pneus de gros calibre. Belle entrée aussi pour celles et ceux qui ont voulu se rendre sur les «Épicuriales» le week-end passé.
Sur les lieux, juste en face de la statue de Charles Rogier dont la pelouse sert de décharge provisoire (qui est même clôturée symboliquement de barrières Nadar), plusieurs promeneurs, des Liégeois et d’autres, parce qu’ils voyaient que je photographiais ce «chef d’œuvre urbain », m’ont demandé de quoi il s’agissait ?
Pour sûr, il ne s’agissait pas d’une nouvelle œuvre d’art. Mais je leur ai dit qu’il s’agissait probablement de pneus qui, ce dimanche, serviront dans le cadre de la manifestation printanière «A pied, à cheval, à vélo, en bus… » (Voir l’info à l’adresse suivante : www.liege.be) d’obstacles pour différentes démonstrations acrobatiques à vélo…

Plusieurs de ces promeneurs étaient évidemment horrifiés par cet amas de vieux pneus allant de différents commentaires : « C’est quand même aberrant ça… », « C’est du n’importe quoi »…un autre : « Vous avez vu, jusque ici à côté (voir la photo), la plaque qui nous demande d’être respectueux pour l’environnement… » et enfin un autre encore moins comique : «Imaginez que des gugusses, et il y en a dans le quartier, viennent bouter le feu à ces pneus, cela en ferait une belle pagaille, sans oublier la pollution… ». Les oreilles des personnes qui ont accepté ce dépôt provisoire auront certainement dû siffler.

Enfin, c’est aussi ça Liège, où on y voit de tout et du n’importe quoi. Mais rassurez-vous, encore une fois ou deux dormir et rien n’y paraîtra plus.

Espérons cependant qu’après ce nouveau week-end d’activité débridée sur le boulevard, on nous le rendra tel que le veulent les panneaux signalétiques de la Ville. Il y va de sa crédibilité.





Gaston LECOCQ