• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3171425

A la Province

Mis en ligne le 17/12/2009

HVR au Palais provincial


La province de Liège a accueilli l’Européen de l’année : Herman Van Rompuy, invité par le «Grand-Liège» pour une conférence d’exception
A invité exceptionnel, cadre d'exception. Le Grand Liège a reçu, ce mercredi soir, au Palais provincial, la personnalité belge sinon européenne de l'année, Herman Van Rompuy.
Le président de l'ASBL, Jean-Maurice Dehousse, avait lancé l'invitation au Premier ministre belge mais c'est en définitive le « premier des Européens », selon son expression, qu'il a accueilli en compagnie du député-président de la Province de Liège, André Gilles. Le 19 novembre dernier, les vingt-sept Etats membres de l'Union européenne ont choisi Herman Van Rompuy pour devenir le premier président permanent du Conseil européen. Un mandat qu'il commencera officiellement ce 1er janvier 2010.
Hôte d'un soir, André Gilles a ouvert la réception qui a réuni une large audience dans la salle du conseil provincial et les pièces voisines. Dans son discours entamé en néerlandais, langue maternelle de l'invité, et en allemand, par référence à la population germanophone de notre province, André Gilles a salué la fameuse « méthode Van Rompuy » qu'il a définie en ces termes: « Mettre en conjonction tous ceux qui sont prêts à dialoguer, à trouver les équilibres nécessaires et à proposer, sur la base d'un large accord, les orientations de demain. ». Le président du Collège provincial a effectué le rapprochement avec l'ASBL Coordination provinciale de Liège des pouvoirs locaux créée en octobre dernier à l'initiative de la province et placée sous sa présidence. Les représentants des quatre partis démocratiques (PS, MR, CDH et Ecolo) et de chaque arrondissement s'y réunissent dans le dessein de mettre en œuvre des politiques supracommunales d'envergure.
Le député-président a terminé son allocution par une certitude : celle que Herman Van Rompuy « parviendra à apporter à l'Union européenne ce supplément d'âme dont elle a besoin pour exister aux yeux du monde ». Lui et le vice-président de la Province de Liège, Georges Pire, ont ensuite remis en cadeau au Président du Conseil européen une œuvre originale du maître verrier liégeois Louis Leloup.
Avant de présenter son invité comme de coutume, le président du Grand Liège, Jean- Maurice Dehousse, a tenu à remercier la Province de Liège. « Une institution, a-t-il précisé, chère au cœur des Liégeois parce qu'elle nous incarne et nous défend. » L'ancien ministre et bourgmestre de Liège a survolé le parcours de Herman Van Rompuy, « le plus connu des inconnus, ou plutôt des mal connus » : de brillantes études en sciences économiques à l'Université Catholique de Louvain, un premier emploi à la Banque nationale, tous les échelons gravis en politique jusqu'à sa nouvelle fonction internationale. «L'auditoire, lui a-t-il déclaré, vous regarde non comme un passé, mais comme un avenir. Non comme un homme de parti, mais comme une vertu. Vous êtes aujourd'hui l'incarnation d'une espérance face à la crise qui rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. »
La crise et l'après-crise étaient précisément le thème de conférence choisi par le Premier ministre promu président d'une communauté d'un demi-milliard d'habitants. Celui-ci a retracé les grands bouleversements qui ont ébranlé le monde. 1968 : « Une rupture de civilisation pour la liberté individuelle. » 1973 : « La crise pétrolière qui débouchera sur la première récession d'après-guerre. » Pour, plus loin, en arriver à la crise financière de 2008 : « Un cataclysme évité de justesse grâce à l'euro et à l'intervention des pouvoirs publics qui ont tiré les leçons du passé. » Tout au long de son exposé, Herman Van Rompuy a répété que « derrière toute crise, il y a un monde qui change et qui ne sera plus jamais comme auparavant ». Pour répondre aux enjeux de ce siècle – le vieillissement de la population, le changement climatique... – , le président du Conseil européen a foi dans le modèle européen : « Une économie de marché, mais corrigée. » « Je crois, a-t-il ajouté, que le monde s'inspirera de plus en plus de notre modèle. Comme le fait le président des Etats-Unis pour sa grande réforme des soins de santé. »
Et de conclure par un message optimiste qui lui vaudra des applaudissements nourris : « Nos problèmes sont surmontables. C'est par étape que nous y parviendrons L'important est de maintenir le cap. Le plus grand danger, c'est le repli sur soi qui mène à l'angoisse, à la paralysie. On a besoin d'hommes et de femmes qui croient en l'avenir, qui croient dans l'autre. Car alors, on crée de l'espoir. L'Europe survivra avec des valeurs. »

La photo : Herman Van Rompuy accueilli par Jean-Maurice Dehousse, président de l'asbl "le Grand Liège", et par André Gilles, président du Collège provincial de Liège. Copyright: Province de Liège - Gérard Guissard.