• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3113744

En Ville

Mis en ligne le 10/12/2009

Vignette de stationnement et politique générale de stationnement.

Ce jeudi 10 décembre, le Collège communal a entendu une communication du bourgmestre à propos de l’augmentation du coût de la vignette et de la politique générale de stationnement.
« 1° La vignette est une possibilité très attractive pour se stationner dans le centre. Cette attractivité a engendré une explosion de la demande qu’il est nécessaire de maîtriser.Depuis sa mise en circulation, le nombre de vignettes a augmenté de manière exponentielle, passant de 280 vignettes en 2003 à plus de 2250 vignettes en 2009.
On peut diviser les titulaires d’une vignette en 3 grandes catégories:
- Sociétés ou institutions publiques: 20%
On peut supposer qu’il s’agit souvent d’un avantage offert au travailleur ou de véhicules de fonction. La vignette a également engendré une sous-occupation de garages privés hors voirie.
- Personnes “déclarant” habiter Liège: 25%
En tant qu’habitants domiciliés et enregistrés, une partie de ces personnes pourrait bénéficier de cartes de riverain gratuites.
- Personnes n’habitant pas à Liège: 50%
2° L’attractivité de la vignette a rendu la voiture beaucoup plus intéressante pour entrer dans le centre-ville, au détriment des modes alternatifs.
Un exemple concret: le prix annuel de la vignette (250 euros) était inférieur au coût annuel d’un abonnement de bus (270 euros). Dans une logique de développement durable, la Ville de Liège veut inciter à l’usage des modes alternatifs.
3° Le succès de la vignette a rendu le stationnement sur voirie dans le centre-ville presqu’inaccessible pour certaines catégories d’usagers. Il y a 4800 places de stationnement payantes disponibles sur voirie.
Concrètement, que se passe-t-il sur le terrain ?
Les usagers qualifiés de “courtes durées” (moins de deux heures de stationnement) qui viennent dans les commerces du centre-ville ont de moins en moins de possibilités de stationnement.
L’Observatoire du stationnement de la Ville montre qu’à l’échelle de toute la zone horodateurs, les usagers de “courtes durées” qui stationnent moins de deux heures n’ont plus que 20% des disponibilités de stationnement.
A l’opposé, les véhicules avec vignette sont très massivement présents et occupent près de 45% des places un jour de semaine moyen à 14h.
Le cas le plus critique est le secteur du centre ancien (Féronstrée) où les usagers de “courtes durées” qui stationnent moins de deux heures n’ont plus que 10% des disponibilités de stationnement. On peut considérer qu’il devient presqu’impossible de faire une course “minute” dans ce secteur de la ville.
Un des objectifs majeurs de la politique de stationnement est de permettre une accessibilité au centre-ville à toutes les catégories d’usagers. Il y a donc lieu de limiter l’attractivité des vignettes, sans la supprimer, sous peine d’étouffer complètement toutes possibilités de stationnement des usagers de “courtes durées”.
4° La tarification de la vignette doit être cohérente avec les autres formules tarifaires.
Tout d’abord, le prix de la vignette de stationnement n’a jamais été indexé à Liège depuis sa mise en circulation.
Comparativement, très peu de grandes villes offrent une possibilité d’abonnement sur voirie et elles le font alors à des conditions beaucoup moins avantageuses (cartes plus chères ou obligation d’apposer le disque de stationnement et donc limitation de la durée).
A raison de 1 euro par heure, le titulaire d’une vignette ne paie que 500 heures de stationnement par an, ce qui correspond à +/- 12 semaines de stationnement (5 journées de 8h par semaine).
A l’échelle d’une année, le titulaire d’une vignette à 500 euros qui laisse sa voiture toute la journée dans le centre ne paiera donc que 25% du coût annuel réel du stationnement sur voirie.
Dans ce cadre, l'échevin Schroyen a fait part de la pétition lui remise par des opposants à l'augmentation de la vignette.
Les demandes qui y sont contenues feront l'objet d’'une étude par les différents services concernés.
5° Une nouvelle politique de stationnement phasée et adaptée à tous les usagers du centre-ville sera mise en place au cours des deux prochaines années: des parkings-relais; de nouveaux horodateurs; des zones payantes mieux adaptées à la demande; de nouveaux modes de paiements.
L’augmentation du prix de la vignette ne constitue que la première phase du plan de stationnement.
- D’autres actions sont entamées: Les P+R (parking relais)
La mise en place de 1200 places de P+R situés à moins d’un quart d’heure du centre-ville avec un stationnement gratuit et sécurisé est une action prioritaire du Projet de Ville.
Quatre parkings-relais sont planifiés : Coronmeuse, Sclessin, Ste-Walburge (débouché de l’E313) et Robermont.
Une convention-cadre de coopération relative à la réalisation, à la gestion et à l’exploitation des P+R est en finalisation entre la Ville de Liège, la SRWT et le TEC Liège-Verviers.
- De nouveaux horodateurs
Les horodateurs présents sur voirie deviennent vétustes et connaissent beaucoup de problèmes techniques. Un marché est en cours pour l’acquisition de nouveaux horodateurs (en deux phases).
- Des zones payantes mieux adaptées à la demande
Parallèlement à la mise en service des horodateurs, une adaptation des durées de stationnement sera proposée afin de permettre une plus grande souplesse du stationnement.
- Des nouveaux modes de paiement
Le paiement du stationnement par SMS est à l’étude.