• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3113974

En Ville

Mis en ligne le 09/11/2005

Mont-Saint-Martin : deux hôtels de maître prestigieux vont devenir un hôtel 5 *

Comme nous l’avons déjà écrit, Liège manque cruellement d’hôtels de luxe de 4 ou 5 étoiles qui pourraient permettre, plus souvent, la venue en Cité ardente de personnalités de marque à l’occasion de concerts, de manifestations sportives, de colloques, de rencontres internationales, des investisseurs, etc.… qui ne devraient plus se loger à Bruxelles notamment ou à Gand ou Anvers. Depuis ce mardi matin, c’est officiel, Liège aura son premier « 5 * » et pas n’importe où et ni n’importe quoi puisqu’il sera installé à deux pas de l’hyper centre, dans deux hôtels de maître prestigieux, les Hôtels de Sélys-Longchamps (dont les premières pierres date de la fin du premier millénaire) et des Comtes de Méan (qui s’est développé à partir du 15ème siècle) , restaurés et réunis pour l’occasion et situé rue Mont-Saint-Martin.

C’est dans l’ancienne salle de bal de l’Hôtel des Comtes de Méan que les promoteurs et les concepteurs du projets ont présenté leur bébé, en présence du bourgmestre Willy Demeyer, de l’échevin du Tourisme et de l’Urbanisme Michel Firket et du représentant du ministre Marcourt. Dans la salle, outre de nombreux journalistes liégeois, on a noté la présence de journaliste venant de Maastricht ainsi que d’autres promoteurs, architectes ainsi que le conseiller communal Jean-Pierre Grafé et le président de la Fédération du Tourisme de la province, le député permanent Olivier Hamal.

La société Royal Sélys S.A.

Ce sont les deux responsables de la Société « Royal Sélys S.A. » créée pour la circonstance, le Liégeois Pierre-Charles Berryer (administrateur délégué) et le Français Olivier Noël Martin (partenaire investisseur) qui ont présenté le projet qui semble déjà bien avancé.

L’ensemble qui portera le nom de « Hôtel de Sélys-Longchamps » sera exploité par une chaîne d’hôtels de qualité internationale dont le nom n’a pas encore été dévoilé pour l’instant, stratégie commerciale oblige.
L’hôtel particulier de Sélys-Longchamps est situé au Mont Saint Martin. Il surplombe la ville de Liège et est constitué de 5 ailes ainsi que d’une tour qui s’articulent autour de 2 cours intérieures pour former un plan en H. Par ailleurs, l’hôtel des Comtes de Méan jouxte le Sélys et bénéficie de la même qualité de vue panoramique sur la cité.
Comme l’expliquera Pierre Charles Berryer : « Ce projet repose sur les résultats de 4 études de marché dont une réalisée par la société « HVS international », le spécialiste mondial en consultance hôtelière. Elles confirment le bien-fondé de la création d’un complexe hôtelier de qualité qui manque malgré les nombreux attraits touristiques et professionnels de Liège. »
«Les études de faisabilité conduisaient à la réalisation d’un hôtel 5* disposant de 120 chambres et de nombreuses prestations annexes : salles de réunion, bar, restaurant gourmet, centre de fitness…Afin d’en faire un lieu convivial ouvert sur la Ville et non un dortoir de luxe. La famille Liégeois est propriétaire de l’Hôtel de Sélys-Longchamps depuis fin 1998 avait confié la restauration de l’édifice à un architecte de renom, Paul Hautecler, spécialisé en bâtiments, monuments et sites classés. »

L’historique du projet

M. Silvio Petta du Cabinet Petta & Cie, conseil de la famille Liégeois, informé du souci de celle-ci de trouver une affectation à l’Hôtel de Sélys-Longchamps la met alors en contact avec Pierre-Charles Berryer de « I&C s.a. », un autre de ses clients. A l’issue de cette entrevue, I&C s.a. devient mandataire exclusif pour la recherche d’un projet viable pour cet hôtel de maître.

Convaincu que ce bien est trop beau, trop cher, pour finir en bureaux et trop petit pour être rentabilisable, Pierre-Charles Berryer constate que toutes les conditions sont réunies pour réaliser un projet de grande envergure, à savoir un hôtel 5* à Liège.
C’est dans ce contexte, que Pierre-Charles Berryer abordera 4 chaînes hôtelières dont 3 internationales, qui confirmeront le bien-fondé de son intuition de départ.
Ensuite, « I&C s.a. » réalisera une étude de marché qui établit le besoin d’un hôtel de ce type à Liège.
Pierre Charles Berryer : « En général, une chaîne hôtelière aide à la gestion et la direction, met son image, son réseau, son expertise à disposition mais le « plan d’affaires » d’une chaîne hôtelière n’est plus la propriété du bien. Les investissements financiers et l’exploitation restent à charge des développeurs du projet. D’où constitution d’une structure juridique : ROYAL SELYS s.a. »

I&C s’entoure d’un consultant belge en hôtellerie, M. Robinet, qui s’est déjà occupé du lancement de 57 hôtels, et du cabinet d’architectes Acte 1.
Lors de la réalisation de 4 projets, les 3 premiers prévoient que l’Hôtel des Comtes de Méan soit rasé. Il recherche alors des investisseurs sur base d’un dossier incluant tous les paramètres du projet : financiers, fiscaux, subsides, architecturaux et environnementaux.
Il obtiendra l’accord d’un investisseur privé, à savoir Olivier-Noël Martin, qui, pour consolider son engagement, fera réaliser une nouvelle étude de marché par le plus grand spécialiste en la matière (HVS international).
Les résultats positifs de cette étude confirmeront ceux des 3 autres études réalisées par I&C et par 2 chaînes hôtelières intéressées par le projet. Et encore mieux, le projet retenu conserve l’entièreté de l’Hôtel des Comtes de Méan. Avec en poche l’accord bancaire de la Fortis Banque et de la participation de la SRIW « Société régionale d’investissements en Wallonie » et de la SODIE.
L’investissement est d’importance : 25 millions d’euros et l’hôtel devrait ouvrir au 2ème trimestre 2008.

120 chambres aux critères 5*

Le nouvel Hôtel de Sélys- Longchamps comprendra un total de 120 chambres répondant aux critères exigés pour pouvoir s’affirmer comme un 5 *.
C’est ainsi que l’on y trouvera : des chambres de 28m² , des chambres « exécutives » de 35 m² et près de 10 suites de plus de 50 m².
Un hall d’accueil avec ses salons bars et sa bibliothèque pourra accueillir 120 personnes assises sur une surface de300 m².

Dans l’annexe donnant une vue panoramique sur le Méan, le Sélys et la ville, un premier restaurant pourra accueillir 80 personnes. Par ailleurs un restaurant « gourmet » de 50 places sera installé dans les salons chinois du Sélys, classés patrimoine exceptionnel. Les fumeurs de « Havane » y auront leur « bar à cigares » tandis qu’un club VIP pourra recevoir près de 120 personnes dans les « salles d’armes » des Sélys et Méan. Onze salles de réceptions et de conférence seront réparties sur plus de 600 m² et seront complétées par un « Centre d’affaires » de 60 m². L’hôtel sera également doté d’une « salle des fêtes » prestigieuse (l’ancienne salle de bal des Comtes de Méan rénovée) d’une capacité de 360 places assises.
Un « Centre fitness » avec saunas, hammam, et soins divers sur une superficie de 900 m² donnera à l’hôtel tout ce dont ses clients auront besoin, tandis que de nouvelles places de parking seront créées alentours ainsi qu’un parking souterrain de 90 places (accessible par le boulevard de la Sauvenière et la rue de la Montagne) sur deux étage sera construit.
Les promoteurs, qui ont déjà eu des contacts très fructueux avec la Commission des Monuments et des Sites se sont engagés à respecter le cachet et le caractère de l’ensemble des deux hôtels historique.

Redéploiement économique

Il est certain que c’est dans l’optique du redéploiement économique de la région et plus spécialement de la ville, que Willy Demeyer et Michel Firket ont œuvré à l’aboutissement d’un projet d’une telle envergure. En effet, cet hôtel sera à la base, dès son ouverture de pas moins de 100 emplois directs. Il participera également à l’optimisation de la recette communale (taxes touristiques, revenus cadastraux, etc.…), à la diminution des charges de maintien de l’Hôtel des Comtes de Méan pour la Ville de Liège, à la valorisation du site Mont Saint Martin et Basse Sauvenière. Ce sera aussi l’opportunité d’accueillir les personnes en lien avec des sites industriels, scientifiques et culturels.

Cet établissement participera également à la revalorisation de la qualité d’accueil touristique de la ville, liée ou non aux manifestations culturelles (Bois Saint jean, Opéra, Forum, Francofolies, Théâtre de la place, musées, Salle Philharmonique) et sportives (Spa Francorchamps). Et quand on ajoute à cela : la nouvelle Gare-Guillemins- TGV, le Grand Curtius, le Country Hall du Pays-de-Liège, Palais de Justice, Galeries Saint Lambert et l’Aéroport de Bierset…On est sur le bon chemin.
Profitant de l’occasion, le bourgmestre a aussi annoncé une excellente nouvelle pour les candidats investisseurs dans le domaine de l’hôtellerie : « Lors d’un prochain Collège, je vais proposer que l’on diminue de moitié la « City taxe », entendez par là, la taxe de séjour. »

Timing des différentes démarches

Fin décembre 2005, introduction Permis d’Urbanisme ; première quinzaine de janvier 2006, présentation au voisinage par l’enquête publique ; fin mars : acceptation du Permis d’Urbanisme ; fin juin, début des travaux ; fin juin 2007, début des finitions ; fin décembre 2007, pré ouverture de l’Hôtel ; fin mars 2008 : inauguration de l’Hôtel

Vous pourrez encore découvrir d’autres informations sur l’hôtel et surtout sur l’historique des Hôtels de Sélys-Longchamps et des Comtes de Méan en allant sur le sitewww.royal-selys.be

Les photos, de haut en bas :

- De gauche à droite: Willy Demeyer, le représentant du ministre Jean-Claude Marcourt, Pierre-Charles Berryer , Olivier-Noël Martin et Michel Firket
- L'assistance pendant la conférence de presse
- Le site actuel rue Mont Saint-Martin
- La vue en 3 D , l'hôtel se trouve sur le dessus de l'image. En dessous, le projet de deux bâtiments de logements que les mêmes investisseurs pensent pouvoir construire très rapidement et dans le même temps, en face sur un terrain de la SNCB et qui remaillera l'espace "Cadran"
- la tour de l'hôtel de Sélys qui sera préservée évidemment
- vue, de l'hôtel de Sélys, sur les Coteaux de la Citadelle
- image virtuelle de la salle de bal des Comtes de Méan restaurée





Gaston Lecocq