• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3098180

Sciences

Mis en ligne le 03/12/2009

«Climategate» : Le scandale du siècle ?!!


La presse belge a peu écrit sur ce scandale qui secoue le monde scientifique et la blogosphère à la veille du «Sommet de Copenhague» sur le réchauffement climatique. Mardi un éminent scientifique du GIEC a démissionné et un autre gros bras du GIEC vient tout simplement de dire qu’il souhaitait l’échec de Copenhague (mais c’est une tactique évidemment).

Comme beaucoup de confrères qui utilisent Internet, j’aurai pu, dès le vendredi 20 novembre dernier, parler des « courriels » du CRU, une information extraordinaire publiée le 17 novembre sur le blogue «Realclimate» et même en faire un scoop au niveau national. Parce que l’information était si énorme, si imprévisible, j’ai préféré attendre et voir comment allaient évoluer ces événements gravissimes. Je crois avoir bien fait même si, avant le sommet de «Copenhague» qui du 7 au 18 décembre (la semaine prochaine) souhaite installer, un nouvel «ordre mondial », il y avait urgence. Depuis la semaine dernière, des scientifiques, et pas spécialement des sceptiques, commencent à parler. Mais ne fait que commencer. Ce mardi, Phil Jones (j’en parle plus bas), un des pontes du GIEC et scientifique du CRU de l’Université d’East Anglia à Norwich (G-B) a dû démissionner (provisoirement)….suite à certaines divulgations. Ce mercredi 2 décembre, un autre « gros bras » du GIEC James Hansen, ne souhaite pas moins que «Copenhague» soit un échec. De tout ça, je ne sais pas si vous en avez vu grand-chose dans vos quotidiens favoris. Juste un petit article sur le site Internet de la RTBF avec bien évidemment l’avis de notre « Prix Nobel de la Paix » Pascal van Yperseele, pour lequel toute cette affaire ne mérite pas qu’on s’y attarde.

Je ne sais pas s’il pensait toujours la même chose lorsque ce jeudi devant le Parlement européen à Bruxelles, un ancien Beatles (Mc McCartney) et M. Pachauri (président du GIEC) exhortaient les politiques pour qu’ils prêchent dans leur pays, à consommer moins de viande pour sauver la planète.

D’abord sur «the Air Vent»

Le début de la crise : plusieurs centaines de courriels (des mails en anglais) que se sont se envoyés entre eux les scientifiques les plus concernés par l’élaboration des rapports du GIEC (Groupe Intergouvernemental pour l’Etude du Climat ou Intergovernmental Panel on Climate Change - IPCC en anglais) entre 1996 et 2009, se sont trouvés, publiés sur le site «the Air Vent».
Il s’agissait de courriels échangés entre l'Anglais Phil Jones, l'Américain Michael Mann et d’autres… traitant de la manière dont le sujet (les calculs, les graphiques.sur le changement climatique et principalement le réchauffement), doit être envisagé. Ces courriels, rappelons-le provenaient des ordinateurs ou de l’ordinateur central du CRU (Climatic Researche Unit) de l’Université d’East Anglia à Norwich. Cette université est à la base de pratiquement tout ce qui est publié en matière de réchauffement climatique et c’est de là que sont distillés tous les «communiqués» de presse alarmistes qui nous inondent depuis près de 10 ans.
Dans les heures qui ont suivi et sous le titre de FOI2009,(FOI pour "Freedom Of Information Act, principe sacro-saint chez les anglo-saxons), ces courriels qui illustrent une période de près de 13 ans sont réapparus chez différents hébergeurs Internet. On peut d’ailleurs toujours les trouver à l’adresse suivante : www.eastangliaemails.com.
Le professeur Phil Jones, directeur du CRU, interrogé par la presse britannique a très vite reconnu que les courriels étaient authentiques. Ilen minimisait cependant la portée. La suite montrera qu'il n'y a vraiment rien à minimiser dans tout ça.

Où est le scandale ?

En lisant ces courriels vous vous rendrez vite compte que tout ce qui vient du GIEC n’est vraiment pas à prendre pour argent comptant (loin s’en faut).
Ces courriels montrent qu’il y aurait eu (je reste prudent) , dès le début des publications, des manipulations de chiffres qui induisent tout le reste et le catastrophisme de ces 10 dernières années, qu’il y a eu (c’est incontestable) une volonté de ne pas transmettre certaines données à d’autres chercheurs, qu’il y a eu aussi (c’est également incontestable) des pressions sur des organes de presse pour qu’ils écrivent exactement ce que le GIEC ou à tout le moins le CRU a décrété et enfin, qu’en règle générale les «gros bras» du CRU deviennent presque incontrôlables lorsqu’un autre scientifique se permet de mettre en doute leur parole et s’écarte de la «pensée unique». On y trouve aussi des coups de gueule vis-à-vis de collègues qui sont sortis du droit chemin ou qui hésitent à reconnaître la validité de la fameuse courbe de hockey de Mann, chère à Al Gore. On y trouve aussi des indications pour que les scientifiques réchauffistes ridiculisent et abattent Vincent Courtillot, géophysicien français et membre de l'Académie des sciences, parce qu'il avait osé émettre d'autres hypothèses sur le changementr climatique.
Cela ne donne évidemment pas une excellente image de marque des ces scientifiques qui déclarent « urbi et orbi » que nous sommes en danger à cause du CO2 entre autres !
Lire ces courriels est évidemment une chose ardue, d’autant qu’ils sont en anglais. Mais vous y arriverez facilement en utilisant comme moi le site de traduction instantanée que vous trouverez à l’adresse suivante : http://services.portail.free.fr/traducteur.




Vous pourrez vous faire votre propre idée d’autant que le CRU a reconnu que ces courriels « volés » étaient authentiques à 95% (comme les prévisions du GIEC)…Le CRU explique aussi que certains courriels ont été mal compris, mal traduits et que d’autres sont extraits hors contexte. Bref, des arguments que l’on a entendu des milliers de fois lorsque quelqu’un a soulevé un lièvre caché. Dans le cas présent je dirais qu’on a probablement soulevé un brontosaure…

Toutes les sources

Pour être vraiment informé dans les moindres détails de l’énormité de cette affaire, je vous suggère d’aller tout de suite sur le site «Pensée unique» d’un directeur du CNRS à la retraite, Jean Martin. Il s’agit d’un site très exhaustif sur le problème du réchauffement climatique, réalisé par un vrai scientifique pour qui le scepticisme est, en matière de science, un devoir.

Pour savoir comment tout cela a évolué depuis le 17 novembre, je vous suggère aussi de lire les articles publiés par Skyfal (le tout premier article) : «La Main dans le sac». ainsi que la série publiée par Agoravox : Climategate 1 , Climategate 2 , Climategate 3 et Climategate 4
Vous trouverez aussi dans ces sites, toutes les sources des articles ainsi que les références concernant les réactions dans la presse étrangère, particulièrement anglo-saxonne (ce n’est pas mal) et dans la presse française (c’est pénible).

Bref, vous aurez de quoi vous amuser (si on peut dire que l’on s’amuse en essayant d’y voir clair sur un sujet aussi grave) et à tout le moins, vous devrez cette fois vous poser la bonne question : «Et si tout ce qu'on nous raconte depuis 10 ans n’était que de la poudre aux yeux ?» Mais attention, toute cette affaire pourrait aussi avoir été montée de l'intérieur pour déstabiliser les opposants à la "pensée unique". (Mais j'y crois peu au vu de certaines réactions).

Pour être vraiment complet, vous devriez aussi aller faire un tour sur un site qui n’est absolument pas « militant » (dans un sens ou dans un autre) et qui vous éclairera très bien sur notre bonne vielle Terre. Il s’agit du site «La Terre du futur » www.laterredufutur.com. On y parle notamment (le texte d’un véritable spécialiste des glaciers) de la prétendue disparition des glaciers, mais aussi de l’influence du soleil, des volcans etc…Bref, un bon site de vulgarisation scientifique pas alarmiste du tout.
Le CRU : données brutes "perdues"
Pendant ce temps, il se confirme (d’après le Sunday Times)
que le CRU ne pourra pas livrer ses données brutes, parce qu’ils les a... perdues. Au vu des échanges de courriels entre Jones et al, rappelant plusieurs fois à "détruire" des données plutôt qu’à les remettre dans le cadre du FOIA, on peut douter du caractère fortuit de cette perte.

Merci Ecolo…

A côté du scandale du Watergate qui a démarré en juin 1972, qui a été révélé par le Washington Post (Bob Woodward et Carl Bernstein) et s’est terminé le 9 août 1974 par la démission du président des USA Richard Nixon, le scandale qui a commencé le 17 novembre 2009 et auquel les « Internautes » ont donné le nom de «Climategate» est peut-être plus grand encore, car il concerne toute la planète.

Comme journaliste professionnel, j’ai été particulièrement outré de n’avoir rien lu (c’était peut-être tellement petit que cela m’a échappé) dans la presse belge sur ce sujet. A 5 jours du commet de Copenhague, je ne pouvais pas rester sans rien dire même si, je l’affirme, je n’ai vraiment aucun intérêt dans cette affaire de «climat».
Je tiens aussi à préciser que je suis viscéralement contre toute théorie des complots, que je pratiquais (je vivais à la campagne) le triage des déchets (je le fais toujours d’ailleurs) et le compostage (en ville c’est impossible) bien avant que le mouvement Ecolo en parle. Etant pêcheur, je sais aussi (pas besoin d’avoir fait l’univ pour cela) l’importance qu’il y a de garder les rivières, les fleuves les mers et les océans dans le meilleur des états.
Si vous êtes un lecteur assidu de « Proxi-Liège », vous aurez sûrement lu les articles sur le climat que j’ai publiés dans la rubrique « Sciences », le premier . datant du 5 janvier 2009
Vous y verrez pourquoi je m’étais intéressé à cette problématique suite à la réaction pour le moins incohérente d’un conseiller communal Ecolo auquel je demandais simplement son avis à propos de ce que disait Haroun Tazieff sur le sujet il y a plus de 20 ans. La colère inappropriée (il avait éructé tout rouge de colère que Haroun Tazieff était un con) de ce représentant d’un parti environnementaliste avait titillé ma curiosité et mon scepticisme professionnels.
S’il m’avait répondu différemment, il y a de très forte chance que je ne me sois pas trop préoccupé de ce que l’on disait sur le climat…quoique.
C’est pourquoi je dis merci à Ecolo de m’avoir nettoyé les yeux, d’avoir permis à un vieux journaliste (j’ai quand même 40 ans d’expertise dans le métier) de trouver un sujet intéressant à creuser et à suivre de très très près...Je n’ai pas perdu mon temps.

Dernières nouvelles du Climategate

«Un hacker publie des mails du CRU pour discréditer les scientifiques». C’est le titre d’un article paru dans la presse française quelques jours après la publication des courriels du CRU sur Internet. Visiblement ce journaliste n’a lu aucun des courriels publiés. Car ce « hacker-pirate » (si c’en est-un, les infos pourraient très bien avoir été sorties par un membre écœuré du CRU) n’a jamais voulu discréditer qui que ce soit.
Ce «hacker» (sorte de Robin des bois du 21ème siècle) a simplement voulu montrer comment la «soupe» du CRU et du GIEC était cuisinée pour qu’elle soit avalée par la plus grand nombre. Alors s’il y a quelque chose qui discrédite certains scientifiques du CRU (ils ne sont pas tous à mettre dans le même panier) dans ce gigantesque déballage, c’est uniquement le contenu de ces courriels qui malheureusement démontre que la «soupe» n’était pas si comestible que ça, et assurément indigeste. Pas l'intention...

Tout chaud :

"Copenhague : il faut «un échec» affirme James Hansen"
C’est ce que dit James Hansen, scientifique de la Nasa, référent du GIEC et climato-militant de la première heure, dans les colonnes de . Libération en date du 3 décembre
Pour ce militant extrémiste qui n’a pas hésité à comparer « les wagons transportant le charbon vers les centrales thermiques aux wagons transportant les déportés juifs vers les fours crématoires au temps du nazisme », la conférence de Copenhague doit échouer pour que les « scientifiques » puissent encore mieux repartir…Vers quoi ? Encore un qui a été ébranlé par le « hacker »…

"L'opinion du Mike Hulme sur l'affaire du hacking des documents du CRU".
Mike Hulme : directeur-Fondateur du Centre de Recherche Tyndall (GB) et professeur de "changement climatique" à l'Université d'East Anglia :
"Cet événement pourrait être le signal d'une fracture qui permet d'amorcer une restructuration de la connaissance scientifique sur le changement climatique." " Il est également possible que l'innovation institutionnelle qu'a représentée la création du GIEC, ait fait son temps."
Vous pouvez lire la totalité des déclarations de Mike Hulme sur «Pensée unique»

La suite pour bientôt. Mais n’ayez pas peur, le carbone ce n’est pas ce qu’on croit, d’ailleurs ne sommes-nous pas composés de 18 % de carbone ? Quant au CO 2, ce n’est ni un polluant, ni un gaz toxique comme certains (même des chefs d’état) en parlent.


Et si par ailleurs, vous voulez vraiment savoir comment va notre Pôle nord, vous verrez ci-dessus comment et à quelle vitesse (en deux mois à peine) la glace s’est reconstituée alors que nous sommes toujours en automne. En plus, il s’agit de documents que connait très bien le GIEC puisqu’ils proviennent de l’Université d’Illinois qui travaille avec lui. Vous trouverez les mêmes infos sur le site de la NOAA (site officielle d’observation du pôle nord par satellites) http://www.natice.noaa.gov/ims
Les zones rouges montrent la présence de glace. Plus le rouge est foncé, plus la glace est épaisse… et l’hiver n’est pas encore là. En blanc, les zones enneigées sur les continents.

Comme vous le constaterez, ce n’est pas demain que la glace manquera au pôle nord, hiver comme été. Pas de quoi en faire un plat de « viande »…
En m’excusant vis-à-vis de celles et ceux (les plus pauvres et il y en a de plus en plus chez nous aussi)) qui aujourd’hui n’en mangent que rarement parce qu’ils n’en ont pas ou plus, les moyens.





Gaston LECOCQ