• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3171950

A la Province

Mis en ligne le 02/11/2005

Le dernier budget de la législature provinciale 2000-2006 a été approuvé jeudi dernier

C’est le jeudi 27 octobre que, à l’issue de la session du Conseil provincial de Liège a été voté le budget 2006 de la Province de Liège (voir présentation dans Proxi-Liège du 13 octobre).
Sur un total de 84 conseillers provinciaux (34 PS, 23 MR, 15 cdH et 12 Ecolo), le budget a été approuvé par 53 OUI contre 12 NON ; les conseillers provinciaux du groupe ECOLO avaient décidé de ne pas répondre à l'appel nominatif pour le vote.
Ci-dessous, vous pourrez lire intégralement (nous savons que c’est assez long mais cela en valait la peine), l’intervention finale (juste avant le vote) du député permanent Gaston Gérard, en charge des Finances. Dans cette intervention, il fait notamment le bilan de l’action de la Députation permanente durant les cinq dernières années et dont c’est le dernier budget avant les prochaines élections d’octobre 2006. Dans son allocution, Gaston Gérard répond aux différentes interventions des chefs de groupe et cela résume assez bien les points de vue échangés au cours d’une bonne semaine de débats.

L’intervention du député permanent Gaston Gérard

La clôture de nos travaux a été avancée d’un jour. Aujourd’hui, nous sommes le 27 octobre ; le 27 octobre pour ceux qui l’ignoraient, c’est la Sainte-Antoinette, Saint-Dimitry, Sainte-Emeline.
A la Sainte-Antoinette, la neige s’apprête.
A la Saint-Dimitri, le froid est bien pris.
A la Sainte-Emeline, journée de bruine.
Aucun des adages ne se rapportant à ces trois Saints (la neige, le froid, la bruine), il faudra penser à inventer un quatrième puisque nous bénéficions d’une journée exceptionnellement ensoleillée !
Le 27 octobre 2005, c’est aussi et surtout un grand jour puisque notre Assemblée va voter le budget 2006 de la Province de Liège, dernier budget de la législature 2000-2006.
C'est l'aboutissement de la politique que votre Députation permanente a décidé de mettre en œuvre dans le cadre de sa Déclaration de Politique générale pour cette législature axée sur l'Action, le Cœur et l'Image.
Elle est le résultat de réflexions, de réunions, de travaux nombreux et constructifs.
Jugez-en : sur les cinq dernières années, et jusque hier, le Conseil provincial a tenu 115 réunions, 1295 interventions ont été prononcées à cette tribune, sans parler des visites du Conseil et de son cortège d’interventions des représentants des différents groupes. La démocratie s’est pleinement exprimée, y compris hors de cette enceinte.
Ainsi cette année, une découverte : il y a une chanteuse chez les CD, Céline DRION. Un de nos collègues, perspicace, observe minutieusement notre collaborateur du Conseil.
Nous avons appris qu’un Inuit au langage brillant avait du mal à comprendre le fonctionnement de nos Institutions et puis, ce jour là, alors que Louis GENET s’empare du micro, un léger frémissement parcoure les Conseillers ! Son entrée en matière est surprenante, elle est bonne ! Va-t-il sortir sa meilleure intervention depuis son entrée du Conseil ?
Nous sommes plusieurs à le penser et puis un coup de froid s’abat sur la salle, le feu d’artifice s’éteint, le soufflé se dégonfle, les vieux fantasmes ont pris le dessus. On imagine le vol des corbeaux et le tournoiement des vautours. Le futur est sorti du passé, formule qui lui est familière comme je l’ai entendu chaque demi heure hier soir jusqu’à ce que je coupe le poste.
La franchise ne consiste pas à dire tout ce que l’on pense mais à penser tout ce que l’on dit.
Le miel est doux, mais l’abeille pique comme ne le dirait pas Mme STASSEN qui sait qu’une poignée d’abeilles vaut mieux qu’un sac de mouches. A chacun sa chandelle !
Le budget 2006 va être voté. Le travail était immense, nous l'avons accompli ; la majorité a bien travaillé, l'opposition jouant son rôle selon sa sensibilité.

Il est de coutume, lors de la dernière réunion d'octobre d'une législature, de rappeler les actions qui ont été menées.
Je ne vous ferai pas l'injure de vous les rappeler, vous les connaissez aussi bien que moi. Mes collègues, chacun dans leur secteur, n’ont pas manqué de les mettre en évidence, vous en fournissant tous les éléments.
Mais, au cas où certains auraient quelques troubles de mémoire ou d'attention, vous me permettrez de mettre l'accent sur quelques réalisations particulièrement marquantes.
En matière d'enseignement :
Le développement des sections sport-études et les brillants résultats internationaux des sections football de l'IPES de Hesbaye;
La mise en place des "espaces-tremplins" permettant la réinsertion des élèves en décrochage scolaire;
L'inauguration du Campus 2000, de l'Ecole d'Infirmières de Huy et bientôt de l'Institut de Formation des Agents des Services publics à Seraing.
En matière culturelle :
- la rénovation des Châteaux de Jehay et de Harzé, patrimoines historiques de Wallonie;
- les expositions majeures Simenon et GRATIA DEI;
- la rénovation, toujours en cours, de l'ensemble muséal Vie wallonne/Saint Antoine
- la reprise de la bibliothèque de la Ville de Liège
- en matière sportive, le CREF (Centre d'entraînement et de formation pour les jeunes footballeurs) et le Centre de Formation de Tennis de Table, le grand départ du Tour de France 2005, le départ du Giro 2006.
Et je cite également :
- le développement des initiatives touristiques, notamment du tourisme fluvial visant à faire de Liège la capitale de l'Eurégio en la matière.
- l'ouverture du nouveau complexe de piscines au Domaine provincial de Wégimont.
- la continuation des actions en matière de prévention des assuétudes.
- l'ouverture de l'Espace Beeckman à disposition des associations oeuvrant dans le secteur social
- le développement du service de dépistage mobile avec, notamment, le lancement du dépistage de l'ostéoporose et de celui du cancer du sein.
- les actions menées en matière de promotion de la santé par le Service provincial et l'ASBL "Liège Province Santé".
- l'achat de l'espace du "Charlemagne" où est installé l'Administration centrale provinciale, le réaménagement du Palais provincial.
- Mettons également en exergue les partenariats avec la Région wallonne, en matière d'aide aux communes pour les services d'incendie et l'accord de coopération avec la Communauté germanophone, prouvant le profond attachement de la Province à ses concitoyens d'expression allemande.
- Le personnel provincial n'a pas été oublié avec l'application intégrale de la Révision générale des Barèmes et l'octroi d'un pécule de vacances équivalant à 92% du traitement de mars, avec plein effet dès 2006.
- Comme vous le constatez, le travail était important, nous l'avons réalisé !

Et ce travail, la majorité le poursuit sans relâche et s’inscrit délibérément dans la durée !
Le budget 2006 s’inscrit dans la continuité de ces cinq dernières années, en complétant les actions menées, mais également en initiant de nouvelles.
Ceci ne peut toutefois se faire sans tenir compte des actions menées par la Région wallonne dans le cadre de son "Plan d'actions prioritaires pour l'avenir wallon" de relance économique qui prévoit la suppression des taxes imposées aux entreprises.
On ne répète pas deux fois la messe pour les sourds mais je signale que la Province avait déjà pris les devants en supprimant la taxe sur la force motrice. Reste en vigueur la taxe industrielle compensatoire qui sera supprimée à raison de 25% par an à partir de 2006.
L'opération devrait toutefois être atténuée par la diminution corrélative de l'intervention des Provinces pour les services d'incendie qui fait l’objet d’un projet de réforme au niveau fédéral.
La fermeture de la sidérurgie à chaud par Arcélor sur le site de Liège nécessite le redéploiement économique du Pays de Liège. La Province s'y inscrit résolument grâce à son bras opérateur de développement économique qui est la SPI+.
L'organisation de manifestation d'envergure – De Saint Lambert au Pays de Liège, grande opération en cours, le départ du Giro 2006, le départ d'une étape du Tour de France 2006, sans parler de son passage dans l’arrondissement de Verviers – ne manqueront pas d'attirer le regard du monde sur notre région. Aux opérateurs économiques d'en tirer profit !
En ce qui concerne plus spécifiquement les actions provinciales, je cite entre autres, et ceci est loin d’être exhaustif :

- l'augmentation importante de la population scolaire de l'IPEA de La Reid qui nécessite la construction de nouveaux locaux.
- l'inauguration prochaine, en septembre 2006 si les planning sont respectés, du nouvel Institut provincial de Formation des Agents des Services publics sur le site Seraing;
- la mise en service d'un nouveau logiciel de gestion informatique de la bibliothèque des Chiroux
- la pose d'un nouveau revêtement sur la piste de Naimette-Xhovémont, devenue incontournable pour l'organisation de manifestations sportives de niveau international;
- le développement des activités du Service de dépistage mobile, en étendant leur accessibilité à d'autres tranches d'âge;
- l' évaluation de l'état nutritionnel de la population et le contrôle de l'obésité, des régimes alimentaires;
- l'équipement des services provinciaux de grand passage d'un défibrillateur cardiaque automatique servi par un personnel compétent formé par l'EPAMU;
- l'adaptation des règlements des prêts à la construction et aux jeunes ménages pour permettre à un plus grand nombre de demandeurs d'y accéder;
- en matière agricole, une augmentation des moyens accordés à l'ASBL Céréales+ servira à des recherches sur la traçabilité des produits et à compléter les logiciels dans ce domaine. L'actualité nous y oblige, mais nous l'avions, une fois de plus, précédée !
La note de politique générale 2006 conclut : "le prolongement des actions développées, l'amélioration de leur qualité et de leur rayonnement, la mise en œuvre de nouveaux projets, telles sont les lignes maîtresses du budget 2006 de la Province de Liège".
N'en déplaise à certains, le budget 2006 sera un budget de continuité, mais également un budget de créativité, comme en témoigne aujourd’hui le supplément d’un journal qui vous est cher, Monsieur DRION, sous la plume d’un autre Dominique, NAHOE, celui-là.

* * *

La discussion sur les dossiers financiers et budgétaires a suscité peu d’engouement au sein de l’Assemblée provinciale. Vous me voyez à la fois ravi et déçu.
Ravi car j’imagine que ce budget 2006 satisfait l’ensemble du Conseil et que sa pertinence et son réalisme laissent peu de place pour des propositions de modifications. Son vote unanime ne devrait donc être qu’une simple formalité.
Déçu car je m’attendais à voir atterrir sur le bureau de la Présidence, pour ce dernier budget de la législature, une kyrielle d’amendements tous motivés les uns plus que les autres. On est loin de la vingtaine d’amendements déposés ces dernières années.
Alors, que se passe-t-il ?
M. DRION est un fin tacticien, si on considère que la tactique est de se faire demander comme une grâce ce qu’on brûle de lui offrir.

* * *

M. DRION, le début de votre intervention m'a surpris, elle m'a même fait plaisir. Reconnaître le rôle, presque incontournable des Provinces dans le paysage institutionnel wallon fait preuve d'une réelle évolution dans votre parti. Je sais que si vous-même, vous avez toujours défendu la Province au sein de différentes instances et si William Ancion est à Paris, Joëlle Milquet est toujours présidente et André Antoine est aux manettes.
Il est vrai qu'elles auront à jouer un rôle primordial dans le plan Marshal de relance économique de la Wallonie. Tout le monde en est conscient. Je viens d'en parler. Mais pour être performantes, elles devront compléter l'action du Gouvernement wallon, pas le suppléer.
Après ces quelques généralités encourageantes, il a fallu déchanter. Vous êtes retombé dans vos travers.
Une politique provinciale sans initiative, un budget de "suiveur", telle a toujours été le fil conducteur de vos interventions sur les budgets de cette législature
Je viens de vous démontrer le contraire, les chefs de groupe de la majorité en ont rappelé toutes les actions principales. Je n'y reviendrai plus.

* * *

Vous êtes un ardent lecteur des avis de la Cour des Comptes, vos observations quant à celui qui concerne le compte 2004 le démontre, je vais m'efforcer de répondre à vos question :
1ère question : Les crédits reportés sans emploi.
Pour rappel, la comptabilité en partie double est d’application depuis 2003. Ce n’est donc que notre deuxième année en nouvelle comptabilité.
La méthodologie en matière d’engagements a évolué. Actuellement, en collaboration avec le receveur provincial, les engagements sont contrôlés systématiquement.
L’évolution est favorable : en 2003, les sans emploi sur crédits reportés représentaient 8.512.402,95 €. En 2004, 5..151.733,94 €, soit 40 % de diminution par rapport à 2003.
Pour 2005, il n’est évidemment pas encore possible de déterminer le montant des engagements reportés qui ne feront pas l’objet d’une imputation.
2ème question : Mesures prises en matière de créances irrécouvrables.
Comme vous le savez, plusieurs fois par an, des dossiers de mise en non-valeur de créances devenues irrécouvrables sont soumis à notre Assemblée. Cette procédure sera poursuivie.
Grâce à ces actions, la situation de bon nombre de comptes de gestion a été améliorée.
On constate aujourd'hui que certains comptes de recettes ne présentent plus que des droits reportés de 2004, voire 2003, ce qui témoigne d'une saine gestion.
Par ailleurs, au niveau des mesures de récupération des créances non fiscales, une procédure stricte a été définie par la Députation permanente et les receveurs spéciaux sont tenus de la respecter. Succinctement, la procédure est la suivante :
- au 5ème jour suivant l’échéance : rappel simple et amiable ;
- au 20ème jour suivant l’échéance : rappel simple avec réserves d’usage ;
au 30ème jour suivant l’échéance : rappel recommandé avec menace de recouvrement par voie judiciaire ;
au 60ème jour suivant l’échéance : si pas de résultat , transmission du dossier au service contentieux de l’A.C.P. ;
envoi d’un dernier rappel recommandé par l’Administration centrale provinciale ;
sans réponse 1 mois après ce dernier rappel  transmission au huissier instrumentant pour mise en demeure ;
si échec du huissier, la procédure est orientée en justice si la Députation permanente le décide expressément, en fonction des montants à récupérer.
Vous pouvez donc constater que la rigueur est de mise.
3ème question : Les billets de trésorerie .
Le fait de porter le montant maximum du programme de billets de trésorerie de 125 millions à 175 millions n’entraîne directement aucun coût supplémentaire.
Il s’agit en quelque sorte d’un « droit de tirage » limité à un maximum de 175 millions. Nous ne payons évidemment qu’en fonction du montant effectivement souscrit.
Le programme de billets de trésorerie est un outil de gestion, souple et moderne mais également et avant tout le plus intéressant du marché financier.
Quant au déficit courant, il est chronique et lié à la différence, dans le temps, entre la régularité des dépenses et la perception tardive de certaines recettes et, en particulier la perception des centimes additionnels au précompte immobilier qui nous sont versés par le Ministère des Finances.
A l’heure où je vous parle, comparativement à l’année 2004, nous accusons un retard dans la perception des centimes additionnels au précompte immobilier de 54.952.574,00 € !!! Des démarches sont en cours.
Dans ces conditions, vous comprendrez que la situation de trésorerie fluctue.
La 4ème question concerne les des provisions pour risques et charges.
La provision de 2,8 millions d’euros inscrite au bilan 2004 a exclusivement pour objet de couvrir les engagements résultant de la convention de cession de l’hôpital de La Gleize.
Cette convention ne comporte pas d’autres charges à provisionner. Dès lors, seul le montant de 2,8 millions d’euros est inscrit au bilan de la Province pour l’année 2004. Dans la mesure où la convention n’a pris cours qu’au 1er janvier 2004, le bilan de départ et le bilan de 2003 ne comportent logiquement pas de provision.
5ème question : Le recouvrement forcé des taxes provinciales.
L’outil informatique mis à la disposition du service des taxes fait l’objet d’une analyse approfondie. Cette analyse répondra aux exigences de qualité et de performances en matière de recouvrement.
Par ailleurs, Monsieur DRION, nous connaissons la procédure « no pay, no cure ».
Vous évoquez largement l’avis de la Cour des Comptes, j’en profite pour rappeler qu’à Liège, le contrôle de la Cour s’opère dans la transparence la plus complète.
A certains moments, en ce qui concerne les développements comptables futurs, nous pouvons même parler de collaboration avec les auditeurs de la Cour.
Je souligne que la Province de liège est un élève modèle en matière budgétaire et comptable . C’est ainsi qu’avec la Province du Luxembourg (la plus petite province), la Province de Liège est la seule à présenter au Conseil provincial, dans les délais légaux, le budget 2006 et les comptes 2004.
A votre 6e question, je répondrai que :
- la Députation permanente a examiné les projections de l'évolution du budget provincial jusqu'en 2012 tant en recettes qu'en dépenses;
- les dépenses extraordinaires constituent évidemment un élément incontournable, en raison de leur impact sur les charges de dette ;
- les moyens budgétaires disponibles au-delà de 2006 dépendront de la politique menée par le nouvel exécutif issu des élections de 2006.

* * *

En réponse à vos commentaires cyclistes sur le budget, je répondrai, comme Mme CHEVALIER que c'est un budget de coureur de fond, pas un budget de frimeur.
Vous voulez réduire à deux ans la période de suppression de la taxe industrielle compensatoire.
Vous savez que dans son plan Marshall de relance économique, la Région wallonne a prévu cette réduction sur quatre ans, en parfait accord avec les Provinces le tout coiffé d'un mécanisme de solidarité provinciale par une nouvelle répartition du Fonds des provinces.
Cette disposition sera transcrite d'ici peu dans un décret.
Pour le surplus, je vous remercie pour les différentes initiatives que vous nous conseillez. Si vous avez pris connaissance du budget, vous avez constaté qu'elles y étaient déjà inscrites pour la plupart
Pour conclure, je dirai que, pour la Province de Liège, aujourd'hui, c'est déjà demain ! même si on ne peut à la fois souffler et avaler. Le succès a toujours été un enfant de l’audace, comme disait CATALINA.

* * *

Le groupe ECOLO est pour les économies d'énergie. Il le dit et il le fait.
Cette année un seul "faux" amendement budgétaire pour l'ensemble du groupe, que la 7e Commission a accepté d'examiner par courtoisie, au lieu de la panoplie habituelle des amendements relatifs au commerce équitable, à l'agriculture biologique, à la mobilité, aux différents cadastres de tout poil,
M. MERCENIER fait dans le durable ; son projet intitulé "Centre de développement durable" l'année dernière, est devenu "ZADD". Cette année, il n'oublie pas l'enseignement provincial dans ses partenaires potentiels (tout évolue !). Son souhait d’inscrire 1 € dans chaque rubrique de chaque secteur est incompatible avec les impératifs de la Nouvelle comptabilité provinciale.
Alors, Monsieur MERCENIER, je suppose que vous ne serez plus, comme vos collègues, candidat au prochain scrutin puisque vous êtes contre les Provinces. Si malheureusement ce n’était pas le cas, nous serions contraints, les prochaines années, à écouter les nouveaux épisodes de vos chères études.
Comme vous le savez, chat miauleur n’attrape pas de souris !
Madame FRENAY, comme vous, nous avons pris acte de l'évaluation de la recommandation faite aux services et établissements provinciaux d'acquérir, dans la mesure du possible, des produits issus du commerce équitable.
Nous sommes d'accord avec vous pour dire que l'évaluation doit être poursuivie pour une nouvelle période de 6 mois afin d'évaluer l'impact de cette approche sur une année complète.

* * *

Nos collègues germanophones, Mme MARAITE et M. BARTH, expriment leur totale satisfaction sur l'exécution de l'accord de coopération entre la Province de Liège et la Communauté germanophone. Je m'en réjouis tout autant.
Mme MARAITE souhaite une évaluation de sa mise en œuvre.
Celle-ci a eu lieu le 20 avril dernier au siège du Gouvernement de la Communauté germanophone à Eupen et a fait l'objet de quelques adaptations au niveau du secteur "Tourisme", plus particulièrement le Centre Nature de Botrange – Maison du Parc Naturel des Hautes Fagnes.
Pour les autres points de son intervention, les réponses suivantes peuvent être apportées :
- Point n° 1 d : le soutien à la Maison du Tourisme des Cantons de l'Est consiste en trois axes : subside (non récurrent) de 7.500,00 € en équipement informatique, un droit de tirage de 6.250,00 € sur production de pièces justificatives et la prise en charge de l'agenda des manifestations pour un montant de 10.069,00 €.
- Point n ° 4 a : lorsque le Service de la Jeunesse reçoit des élèves germanophones en classe de ville à l'Espace Belvaux, ou que des communes germanophones participent au "goûter des ambassadeurs" au Palais, ceux-ci sont encadrés par une animatrice vacataire d’expression allemande.
- Point n° 7 a : dans le contrat de partenariat conclu avec la Région wallonne, la Province de Liège prévoit un montant de 500.000,00 € à son budget extraordinaire pour développer des actions en matière de logement. La commune de Raeren en a bénéficié pour la construction de 10 logements sociaux. Ce plan a été mené en synergie avec la Société wallonne du Logement. Depuis lors, aucun projet éligible n’a été introduit.
- Point n ° 7 b : Actuellement, les services gèrent 24 dossiers "Prêts au logement" pour un montant total de 261.806,00 €, 8 dossiers "Prêts aux jeunes ménages" pour un montant total de 29.745,60 € et 27 dossiers "Prêts d'études" - et non bourses d'études - pour un montant total de 29.563,89 €
- Point n° 9 c : le point concernant l'immersion linguistique fait quant à lui l'objet de trois volets distincts proposés par la Députation permanente :
-l'organisation d'une journée d'accueil, le 25 avril 2005, dans les trois Hautes Ecoles de l'Enseignement de la Province de Liège à l'intention des élèves de 6ème année de tous les instituts d'enseignement secondaire de la Communauté germanophone avec intervention financière de la Province, à raison de 1.000,00 €; la prise en charge du financement des activités culturelles et sportives ainsi que les déplacements et une partie du traitement des enseignants chargés des cours de langue dans le cadre d'un subside de 4.500,00 € alloué pour l’organisation du camp de langues à Eupen en août dernier. 45 élèves francophones de 6ème année primaire y ont participé ;
- l'organisation d'une semaine d'échange linguistique durant la présente année scolaire. L'Athénée provincial Guy Lang de Flémalle s’est engagée à recevoir une classe de première secondaire d'un Institut d'Enseignement Secondaire de la Communauté germanophone. Dès qu’une réponse positive nous sera parvenue, le budget de fonctionnement de notre Ecole sera majoré de 4.500,00 €.
Pour ce qui concerne les 7.000,00 € relatifs aux cours de citoyenneté, la Province de Liège contribuera financièrement à cette activité qui sera développée avec le Ministre concerné. Les contacts sont en cours et le dossier sera finalisé dans les prochaines semaines.
- Le dossier de la psychiatrie de St-Vith a fait l'objet de divers entretiens. Ce dossier d'une haute technicité spécifique continue à faire l'objet d’un examen attentif.
M. BARTH, le Handball Club d'Eynatten est manifestement un des porte-drapeaux sportifs de la Communauté germanophone. Ses résultats, et sa présence depuis plusieurs années en division 1 nationale, en sont la preuve.
Pour l'année 2005, la totalité des subsides "Province de Liège – Province Fair-Play" a été attribuée.
Mais, dans le cadre de l'accord de coopération avec la Communauté germanophone, la Province de Liège accordera un subside de 1000 € à charge du budget 2005 pour l'accueil des jeunes spectateurs des clubs de divisions inférieures.
Dès 2006, la Députation permanente examinera, avec toute l'attention qu'elle mérite, c’est-à-dire avec un préjugé favorable, la demande que le club introduira.
Je lui souhaite longue vie en division 1.
Quant à l'ancien Couvent et l'ancienne Eglise des Récollectines à Eupen, cet ensemble est en partie classé par la Communauté germanophone pour sa partie Couvent.
A l'instar de ce qui se fait en matière d'édifices classés par la Région wallonne, le Gouvernement de la Communauté germanophone pourrait, sur base d'un projet de restauration, en saisir la Province qui ne manquera pas de l'examiner avec toute l'attention requise.

* * *

Madame CHEVALIER, Monsieur GEORGES, vos interventions respectives démontrent à suffisance que le projet de budget 2006 est un excellent budget s'inscrivant parfaitement dans la ligne que s'était fixée la Députation permanente dans sa déclaration de politique générale. Comme vous le faites très bien apparaître, il ne s'agit pas seulement d'un budget de continuité mais aussi d'initiative.
Merci d'avoir fait remarquer la place incontournable de la Province, facteur essentiel de développement économique, culturel et social et, ainsi que le précise M. GEORGES, le partenaire idéal de nos communes.
Je rassure, Madame CHEVALIER, la Députation Permanente n'a pas omis de prévoir des crédits pour les opérations de non-valeurs. Nos services ont largement démontré à la Cour des Comptes que les crédits budgétaires nécessaires seront inscrits, comme cela vient d'être fait pour 2005, lors d'une série de modifications budgétaires, sur la base d'éléments probants comme par exemple les décisions prises par le Conseil provincial ou la Députation permanente au cours des neuf premiers mois de l'année.

* * *
Mesdames, Messieurs, chers collègues,
Vous le constaterez, votre Députation permanente est fidèle à la politique qu'elle s'est fixée au début de la législature.
Action, cœur, image restent ses objectifs pour 2006.
Les buts qu'elle s'était fixés en 2000 ont été réalisés, et même dépassés.
Dépassés compte tenu des besoins rencontrés et des ouvertures que nous nous sommes efforcés de créer : le CREF, le Centre de Formation de Tennis de table, les nouvelles piscines de Wégimont ne sont que des exemples.
Il ne s'agit pas ici d'auto-satisfaction, mais plutôt d'un sentiment du devoir accompli. La majorité a dit ce qu’elle ferait et a fait ce qu’elle a dit.
De grandes échéances attendent la Province de Liège : le redéploiement économique du Pays de Liège, la poursuite du développement économique, social, culturel, touristique de notre Province, le renforcement des coopérations avec la Région wallonne, la Communauté française, la Communauté germanophone et l'Eurégio, le bien-être de notre population, le développement de nos entreprises, tout nous incite à multiplier les relations bilatérales et multilatérales avec nos voisins, nos villes et nos communes, là est la survie de notre Province, là est notre avenir.
Je suis convaincu que telle sera également la politique qui conduira l'action de la prochaine législature.
Nul ne connaît l’histoire de la prochaine aurore. Je découvre des analyses sorties de nulle part, du genre comme si ma tante avait été un homme, elle serait mon oncle
Dans ces conditions, je vous remercie dès à présent de bien vouloir voter ce budget 2006 de progrès et de créativité.