• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3149831

Société

Mis en ligne le 05/03/2009

La FGTB wallonne contre-attaque


Où comment s’organiser contre un libéralisme qui n’a rien de social et un capitalisme qui a montré son vrai visage - Appel à la mobilisation en front commun ce 9 mars à 10h sur les marches de la Bourse de Bruxelles

Le travail et l’épargne c’est nous…

Il n’y a qu’un seul moyen de créer de la richesse : le travail. Il y a par contre plusieurs façons de distribuer cette richesse… et c’est là que les travailleurs se font plumer depuis 30 ans !
Le libéralisme, au service du capital, organise les inégalités… et s’en nourrit. L’intérim à durée indéterminée, le chômage de longue durée, les pensions de misère à 75 ans, les petits boulots à deux balles, les restructurations, les délocalisations, travailler plus pour gagner moins… c’est ça le libéralisme.
Le transfert de la plus grosse part du gâteau dans la poche des actionnaires et des patrons, c’est ça le capitalisme. Le premier est au service du second. Ils font équipe. Par définition. On a voulu nous faire gober que le privé était plus efficace que le public, que le marché se régulait très bien tout seul. Résultat : c’est l’Etat (nos impôts à coup de milliards € !!!!) qu’on appelle au secours quand les banques se plantent. Et ce sont encore nos impôts qui devraient renflouer le déficit de l’Etat ? Stop. Ce n’est pas aux travailleurs de payer la facture des capitalistes !
La droite voudrait soi-disant réguler le système financier… foutaise ! Ce n’est pas dans son intérêt.
Aujourd’hui, libéralisme et capitalisme ont un genou à terre. C’est le moment ou jamais de contre-attaquer pour les empêcher de nuire à nouveau.
Demain, ce sera toujours le travail qui créera la richesse.
Le défi, c’est de transférer une partie plus importante du gâteau dans la poche des travailleurs. C’est par le salaire brut (et pas seulement le net) qu’on y arrivera. Et si on réduisait le temps de travail de tout le monde pour donner un vrai emploi aux chômeurs ? Et si les grosses fortunes, les revenus des loyers, les profits sur les actions bancaires étaient aussi imposés pour financer l’Etat et les services publics… Ce serait logique et beaucoup plus juste !
Impensable ? Sauf si on commence à y repenser...
Le capitalisme n’est pas l’ordre naturel des choses. C’est une arme de destruction massive qui touche les hommes, les femmes, l’égalité, la démocratie, les libertés, la planète… Partout en Europe et dans le monde, la crise ravive des mouvements de contestation de ce modèle qu’on pensait incontournable. Le vent tourne… Le capitalisme est mondial mais le renversement des idées c’est aussi ici et maintenant !
C’est pourquoi la FGTB lance en 2009, une campagne de dénonciation « le capitalisme nuit gravement à la santé » et contre-attaque avec des propositions concrètes.

La suite sur le site «Contre-attaque» de la FGTB Wallonne