• Visiteur(s) en ligne : 5
  • |
  • Visiteurs total : 3137287

Expositions

Mis en ligne le 01/03/2009

7ème édition de la Biennale internationale de Gravure de Liège



Regard inédit sur l’art de la gravure tel qu’il est pratiqué aujourd’hui dans le monde, du Japon à la Grèce, du Brésil à l’Estonie… à découvrir jusqu’au 26 avril au Musée d’Art moderne et d’Art contemporain


Regard affûté à travers une sélection exigeante : l’exposition présente les œuvres de 48 artistes retenus parmi 750 candidats.
Regard au plus profond de « l’infinité des voies explorées par la gravure, surtout à l’heure où les technologies nouvelles en multiplient encore les possibilités expressives » (*).


Peu d’expositions permettent en un même lieu, un voyage aussi pluriel dans l’imaginaire, une telle vision de l’expression gravée universelle, une telle perception de ce lien particulier, touchant à l’intime, entre le geste gravé et son support : pour sa 7ème édition, la Biennale internationale de Gravure contemporaine est un passionnant manifeste de la diversité et de la vitalité de l’art de l’estampe contemporaine. Pointu, ce rassemblement d’œuvres ayant la gravure pour dénominateur commun, n’est cependant en aucun cas hermétique, permettant à chacun une lecture multiple qu’il soit artiste graveur ou non, amateur averti, néophyte ou simple passant de tout âge.

Il y a le monde ludique des « Volutes de thé » de la Française Sandra Baud (la photo ci-contre) , l’audace de l’Allemand Michael Runschke qui n’hésite pas à interpréter librement des gravures de Dürer, l’ironie de Gabriele Vello von Brozy (Allemagne) sur fond d’histoire belge. Des images sorties du monde acidulé de Agata Dworzak-Subocz (Pologne) ou encore les planches anatomiques revisitées de de Sofie Vangor (Belgique). Clarence Lin (États-Unis) dénonce les victimes de la folie humaine à travers ses silhouettes d’enfants soldats. L’humain encore, interprété par Elisa Gutierrez Gomez (Espagne) à travers des reproductions de photographies anciennes de famille, interpellé par Sabine Delahaut (France) sous forme d’interrogation sur la condition de la femme.
Nature inspiratrice de tant de traces, notamment chez l’artiste croate Ana Vivoda ou encore dans une installation du Belge Daniel Sluse. Installations que l’on rencontre aussi avec la Liégeoise Brigitte Corbisier, le Brésilien Marcela Moscheta, le Finlandais Janne Laine.


L’Espagnol Ricardo Mojardin recourt à la vidéo, tandis que Paulo Carapunarlo (Brésil) accord sa préférence au grand format.
En tout ce sont quelque 250 œuvres qui composent aux cimaises du Musée d’Art moderne et d’Art contemporain cette exposition kaléidoscope des techniques, supports, tendances stylistiques de la gravure contemporaine internationale révélée par la 7ème Biennale de Liège.

Une Biennale qui fait référence dans le monde de la gravure

C’est un véritable raz de marée de dossiers qu’a vu arriver le comité organisateur de la Biennale internationale de Gravure contemporaine à Liège. 750 dossiers, soit 1/3 de plus que lors des éditions précédentes. Des artistes du monde entier ont envoyé leur candidature - notamment de pays jamais représentés auparavant tels la Syrie, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Nicaragua, l’Ouganda, les Philippines.
C’est que 6 ans après son renouveau, la Biennale récolte les fruits de sa cohérence, de son exigence aussi et d’un engagement sans faille au service de l’art de l’estampe, sous la conduite du Cabinet des Estampes et des Dessins de la Ville de Liège.
Régine Rémon, la conservatrice, commente ce succès : « Chaque édition de la Biennale est une expérience supplémentaire pour affiner notre règlement de participation. Il s’agit de fixer des règles précises qui seront gage de la légitimité de la manifestation et de sa reconnaissance par le monde de la gravure et des beaux-arts sur la scène internationale.
La diffusion de notre règlement est un point primordial de l’organisation : dès le printemps 2008, près de 8.000 règlements rédigés en quatre langues et des milliers de courriels ont été envoyés tous azimuts, et plus précisément vers les cibles de l’art graphique. Et nous avons été comblés par un taux de participation dépassant nos espérances !
Un comité de travail s’est attelé à effectuer une sélection très rigoureuse parmi les candidats. Pour la Biennale 2009, nous n’avons retenu que 48 artistes, un candidat sur 15 ! C’est un travail considérable que nous avons mené en privilégiant l’originalité de l’œuvre, son renouvellement dans le cas d’artistes déjà candidats lors des précédentes biennales. »

Tâche ultime : celle du jury d’élire, le jour précédent l’ouverture de l’exposition, le finaliste de la 7ème Biennale internationale de la Gravure contemporaine sur base de l’accrochage final de l’ensemble des oeuvres. Renouvelé lors de chaque édition, le jury de cette année est constitué de :
Jean-Luc Herman, artiste peintre (Belgique - Paris)
Adriaan Himmelreich, conservateur auprès de la Province du Limbourg néerlandais, Maastricht (Pays-Bas)
Caroline Lamarche, écrivain (Belgique)
Gérard Sourd, rédacteur en chef des Nouvelles de l'Estampe (France)
Roger Pierre Turine, critique d'art (Belgique)

Autour de la Biennale : la Fête de la Gravure

A l’occasion de la Biennale liégeoise, galeries, musées, centres culturels, écoles d’art se mobilisent de février à mai pour célébrer publiquement l’art de l’estampe lors d’une FETE DE LA GRAVURE à Liège, Flémalle, Huy, Marchin et Verviers. La Fête de la Gravure rappelle que cet art eut ses lettres de noblesse à Liège dès le 16ème siècle. Le Cabinet des Estampes (situé sur le même lieu que le Musée d’Art moderne et d’Art contemporain) consacre traditionnellement une exposition à un artiste de renom international dans le domaine du multiple : après Bram Van Velde, Raoul Ubac, Marthe Wéry, ce sont les œuvres gravées de Geneviève Asse qui seront exposées pour la première fois en Belgique. Une rétrospective de l’œuvre gravé de Gabriel Belgeonne rassemblera à la Salle Saint Georges – Musée de l’Art wallon une centaine d’œuvres des années 60 à nos jours. Les gravures récentes de Adolpho Avril seront visibles au Madmusée. Monos Art Gallery présente les impressions graphiques de l’artiste péruvien Antonio Máro. Le Livre d’artiste à l’Ecole Supérieure des Arts de Liège, Impressions de Flandre à la Chataigneraie, les Techniques de l’Estampe des graveurs du XVème siècle à nos jours à la Galerie Wittert à travers les collections artistiques de l’Université de Liège, Carte blanche à Thierry Wesel à la Galerie de Wégimont, ‘Kikie Crèvecoeur, mémoire(s) de gommes’ à la Société libre d’Emulation, un inédit périple artistique sous forme d’échanges entre artistes brésiliens et belgo-luxembourgeois au Musée des Beaux-Arts de Verviers, un atelier d’initiation aux techniques de gravure au Mamac de Liège… en tout, près d’une vingtaine de manifestations s’échelonnant de le fin février jusqu’au début du mois de mai.

(*) Carmelo VIRONE ‘Serial Colors’ – Catalogue de la 7ème Biennale Internationale de Gravure contemporaine


LA FETE DE LA GRAVURE

Du 20 février au 3 mai 2009 à Liège et Province. Programme complet : www.cabinetdesestampes.be

Exposition 7ème BIENNALE INTERNATIONALE DE LA GRAVURE CONTEMPORAINE

- Musée d’Art moderne et d’Art contemporain , Parc de la Boverie à Liège
- Du 20 février au 26 avril 2009
- Du mardi au samedi de 13 à 18h ; le dimanche de 11 à 16h30. Fermé le lundi.
- Entrées MAMAC + CED : 5 € ; réductions : 3 € ; gratuit le 1er dimanche du mois
- Visites guidées sur rendez-vous (04 342 39 23). Catalogue couleurs : 10 €
- Informations / Cabinet des Estampes et des Dessins – tél. 00 32 (0)4 342 39 23
www.cabinetdesestampes.be - Une organisation : Ville de Liège.





Ga.L