• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3111194

En Ville

Mis en ligne le 21/01/2009

A propos des bulles à verres saturées!

Mise en cause par l’échevin de la propreté publique de la Ville de Liège, l’asbl Terre souhaite réagir aux accusations portées contre elle.

Voici le texte, droit de réponse, que nous avons reçu à la rédaction de «Proxi-Liège». Espérons que le débat sera clos après cela !

« À la suite d’un appel d’offres public, l’intercommunale Intradel a attribué à Récol’Terre - société anonyme à finalité sociale - la collecte des recyclables (papier-carton, PMC et verre) sur les régions de Liège[1] et de Verviers[2].
Ces nouveaux contrats sont entrés en vigueur le 1e janvier 2009, réorganisant complètement le système en vigueur pour la collecte des recyclables. D’une collecte organisée une fois par mois pour le papier-carton et deux fois par mois pour le PMC, l’ensemble des communes est passé à une collecte tous les quinze jours pour les deux fractions. Seule la situation de la Ville de Liège reste inchangée, avec une collecte hebdomadaire des papier-carton et PMC.
Certaines difficultés inhérentes à la mise en route d’un marché de ce type sont apparues. Récol’Terre ne le nie pas. Elle reconnait avoir sous-estimé l’afflux de verre occasionné par les fêtes de fin d’année. Mais elle est pleinement consciente des désagréments causés aux riverains. Pour remédier au problème dans les plus brefs délais, la société a doublé les moyens alloués à la collecte du verre dès la fin de la semaine dernière. « Nous assurons que, pour la fin de cette semaine, l’ensemble des bulles du réseau dont nous avons la charge sera intégralement vidé et nettoyé », s’engage William Wauters, administrateur délégué de Récol’Terre.
Au cours des dernières semaines, les 300 travailleurs du groupe Terre n’ont pas ménagé leurs efforts pour enlever, notamment, des tonnages de papier-carton deux à trois fois supérieurs au tonnage prévu, dans des conditions climatiques particulièrement difficiles. Aussi, ont-ils été choqués par la dureté des propos de l’échevin. Dans le cadre d’un marché de huit ans, ne pas laisser à un nouvel opérateur plus de quinze jours pour faire ses preuves, n’est-ce pas un peu sévère ? »