• Visiteur(s) en ligne : 4
  • |
  • Visiteurs total : 3096691

En Ville

Mis en ligne le 18/01/2009

Un budget 2009 en équilibre


Il sera voté ces lundi 19 et mardi 20 janvier au Conseil communal avec les budgets de la zone de police et du CPAS. C'est le 1er budget sans dette depuis 50 ans !
C’est mercredi dernier que le bourgmestre, Willy Demeyer et l’échevin des Finances, André Schroyen, ont présenté à la presse, les budgets ordinaire et extraordinaire de la Ville de Liège, pour 2009. Et il semble que malgré la crise financière et sociale qui frappe tout le monde, les citoyens liégeois (au niveau des finances communales) seront quelque peu privilégiés. Car ce sera la première fois depuis plus de 50 ans que la Ville pourra présenter un budget, non seulement exempt de toute dette ( voir notre article du 24 mars 2008), mais qui présentera une mise en réserve de 2 million d'euros répartis à raison de 1,4 millions pour le Fonds FOURMI (Fonds Ordinaire pour Uniformiser les Recettes du Fonds des communes et Maîtriser l'Inflation), et de 600.000 euros au Fonds Personnel.

Prudence et prévoyance

Comme l’a tout d’abord souligné Willy Demeyer, la crise économique et bancaire de 2008 ainsi que l’inflation de l’an dernier a un impact évalué entre 6 et 7 millions d’euros sur les finances communales. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’échevin des Finances, André Schroyen, qui gère la Ville comme s’il gérait ses finances familiales a qualifié le budget ordinaire (448,5 millions d’euros), en équilibre qu’il a présenté, comme étant un budget prudent et prévoyant. Il dira notamment : « Nous avons dû tenir compte des conséquences de l’inflation 2008 sur les dépenses du personnel, de fonctionnement et pour le CPAS.»

Prudence d’abord : « Nous pouvions, une circulaire de la Région wallonne nous autorisait à le faire, inscrire, comme l’an dernier, dans notre budget, quelque 3,2 millions d’euros des dividendes de la participation de la Ville dans le capital de Dexia », explique le grand argentier « mais comme nous ne savons pas ce qu’il en sera exactement, nous avons préféré inscrire 0 à ce poste. Et s’il y a des dividendes cette année, ce sera évidemment une bonne nouvelle.»
Prévoyant : «Nos dépenses sont budgétisées à hauteur de 446,9 millions et nos recettes à 448,5, ce qui nous laisse un boni de 1,6 millions qui seront intégrés dans le fonds FOURMIS qui en comporte déjà 14,5 millions. Ne pas être prévoyant, ce serait dangereux pour l’avenir de la Ville, surtout dans le cadre d’une vision à moyen terme".
Et d’ajouter : « Pour le citoyen, ce qui est essentiel, c’est que l’impôt sur les personnes physiques IPP, reste à 8%, nous restons donc dans la bonne moyenne au niveau de ces taxes et que cette année encore, le précompte immobilier (PRI) va encore baisser puisqu’il passera de 2880 à 2870 centimes additionnels. Nous pourrons également, au niveau du personnel de la ville, poursuivre notre politique d’harmonisation entre le personnel statutaire et le personnel contractuel.»
Et tant André Schroyen que Willy Demeyer sont d’accord pour dire qu’ils ont bien l’intention de maintenir l’équilibre financier et sans dettes de la ville jusqu’en 2013 (fin de la législature actuelle) et qu’ils espèrent même que le PRI et pourquoi pas l’IPP, pourraient encore baisser d’ici là.

Un budget extraordinaire de 49 millions d’euros

Avec un budget extraordinaire de 49 millions d’euros, la Ville entend également jouer, à son niveau, un rôle dans la relance économique, principalement par le biais d’investissements importants dans des projets culturels d’envergure (Opéra Royal de Wallonie, Émulation,…). Quand on ajoute à ce budget, les subsides déjà accordés et qui doivent être ajouté, Liège pourra dépenser près de 150 millions d’euros. C’est ainsi qu’il est notamment prévu pour cette année 2009 : 3, 9 millions pour l’Opéra Royal de Wallonie (réfection complète) ; 4 millions pour l’Emulation (nouveau Théâtre de la Place), 4,6 millions pour la patinoire olympique sur le site de la Médiacité, 1,4 millions pour les aménagements de la nouvelle gare des Guillemins. On remarque également dans ce budget extraordinaire, 6,368 millions pour la piscine de la rue Jonfosse (le budget est inscrit dans l’attente de l’acceptation de la subsidiation). Il s’agit là de ce que l’on appelle les dossiers hors balise à financer et qui s’inscrivent dans le cadre de du rôle de métropole de la Cité ardente.
Parmi les autres postes entrant dans le budget extraordinaire mais appelés « classique balise », on trouve entre autres : 724.000 € pour les services généraux, 1.130.000 pour le service propreté ; 1.035.000 pour les plantations, les fontaines et l’art urbain ; 1 million pour le logement ; 6 millions pour les bâtiments communaux ; 9,4 millions pour les travaux de voirie ; etc…
Lundi et mardi le bourgmestre et l’échevin présentera tout cela au Conseil communal, puis après les différentes interpellations des chefs de groupe des partis démocratiques, le budget sera voté probablement majorité contre opposition.
Les photos de haut en bas :
- La fourmi, le logo du budget communal, du français Thierry Mazzeo
- Willy Demeyer et André Schroyen pendant la présentation du budget.

Illustrateur Thierry Mazzeo : 21 rue des Villas- 25000 Besançon (F)
+33 (0) 3 81 48 01 80 / +33 (0) 6 37 19 06 00 - th.mazzeo@orange.fr - http://tomdess.artblog.fr





Gaston LECOCQ