• Visiteur(s) en ligne : 2
  • |
  • Visiteurs total : 3096694

En Ville

Mis en ligne le 18/12/2008

« Respect 16 »


Campagne de sensibilisation contre la vente de boissons alcoolisée aux – de 16 ans, menée par la Police de Liège avec la Fédération des Brasseurs Belges

Liège, Cité ardente. Liège, ville d’accueil pour près de 100.000 étudiants. Liège, ville très attractive pour les plus jeunes qui aiment faire la fête.
Rien de nouveau à cela, excepté le fait que les services de Police constatent, de plus en plus souvent, que de jeunes adolescents se trouvent en état d’ébriété.
Ce phénomène de société ne peut nous laisser indifférents. A la veille des fêtes de fin d’année, et à la sortie des examens du secondaire, les Autorités ont voulu réagir en emboitant le pas, d’une part à la campagne menée par les brasseurs belges auprès des cafetiers et, d’autre part en demandant aux commerçants d’adhérer au principe de ne pas vendre des boissons alcoolisées à des jeunes de moins de 16 ans.

Campagne de sensibilisation « Respect 16 »

Chaque année, la Ville de Liège accueille environ 100.000 étudiants dans ses divers établissements scolaires, que ce soit aux niveaux supérieur et universitaire ou secondaire. La présence massive de ces jeunes fait de Liège une ville particulièrement vivante et festive, digne de sa réputation de Cité ardente.
Pour certains jeunes, faire la fête s'accompagne d'une consommation d'alcool qui peut devenir problématique, notamment si elle est poussée à l'excès ou encore s'il s'agit d'une consommation à un âge précoce. C'est à cette question que nous allons nous atteler ici.
La consommation d'alcool par les mineurs de moins de 16 ans présente des risques importants, autant au niveau social que sanitaire. Or, on assiste à une banalisation de ce phénomène qui devrait préoccuper tout un chacun.
C'est pourquoi, les autorités liégeoises réagissent et prennent l’initiative de conclure un partenariat avec la Confédération des Brasseurs belges pour mener ensemble la campagne « Respect16 », sous la coordination de Plan de Prévention.
Il s'agit d'une campagne d'adhésion et de sensibilisation s'appuyant sur le dialogue entre les Inspecteurs de quartier de la Police locale et les commerçants concernés. Le Chef de Corps Christian Beaupère explique en quoi cela consiste.
« Comme je viens de le dire, la consommation précoce d'alcool peut entraîner des conséquences aussi bien sur la vie sociale du jeune que sur sa santé. De nombreux organismes bien connus travaillent sur ce problème d'un point de vue préventif. Notre travail est complémentaire du leur car nous concentrons nos actions sur l'offre et non sur la demande. Notre action concerne les pourvoyeurs, c'est-à-dire les vendeurs, cafetiers et commerçants, et pas directement les jeunes consommateurs. Nous invitons également les parents à engager la discussion avec leurs enfants autour de cette question.
Dans un premier temps, nous avons choisi de mener notre campagne de sensibilisation dans le Carré. En effet, la problématique de la consommation d'alcool par les jeunes de moins de 16 ans y est particulièrement significative. De plus, c’est aussi un lieu symbolique de la vie festive liégeoise.
Le moment choisi pour lancer la campagne n'est pas anodin non plus. La fin d'année est traditionnellement un moment propice à faire la guindaille et la fin des examens dans l'enseignement secondaire amène les plus jeunes à consommer de l’alcool.
De plus, en juin dernier, les Ministres en charge de la santé publique ont défini les lignes de force de la future politique en matière d’alcool. Liège anticipe d’une certaine façon ces recommandations qui préconisent notamment d’étendre l’interdiction de la vente de boissons alcoolisées aux mineurs de moins de 16 ans à tous les commerces.
Le projet que nous vous présentons aujourd'hui est un projet pilote car Liège anticipe ces changements législatifs en prônant le respect de ces jeunes et en invitant les commerçants à adhérer au projet mis sur pied par les Brasseurs belges auprès de leurs cafetiers.



La Confédération des Brasseurs Belges, initiatrice de la campagne «Respect 16»

Comme le disent les brasseurs : « Nous sommes fiers des bières que nous brassons et du rôle positif que nous pouvons avoir dans la vie quotidienne. Consommées de manière responsable, nos bières ont leur place dans un style de vie adulte, sain et équilibré. Nous sommes néanmoins conscients qu’il y a des risques liés à la consommation inappropriée de nos produits.
Dans le passé, nous avons déjà pris différentes mesures et lancé plusieurs initiatives: les campagnes de prévention BoB, la Convention des Brasseurs belges concernant la publicité pour l’alcool et les jeunes et le Code Arnoldus n’en sont que quelques exemples. »
« En tant que brasseurs, nous désapprouvons la consommation de bière par les moins de 16 ans. Cela fait partie d’une culture de consommation d’alcool négative, tandis que nous voulons défendre une culture de consommation d’alcool positive. Une telle approche est dans l’intérêt de tous, y compris des brasseurs. Les Brasseurs Belges attachent beaucoup d’importance à ce sujet et veulent contribuer à la lutte contre ce type de consommation négative. Nous nous sommes toutefois posé la question de savoir ce que, en tant que brasseurs responsables, nous pouvions faire de plus, quelle contribution active nous pouvions apporter à cette problématique.
Après avoir obtenu l’avis d’experts, nous sommes arrivés à la conclusion que la manière la plus efficace d’agir pour les brasseurs consistait à procurer des informations mais aussi des conseils pratiques à nos partenaires professionnels/commerciaux qui sont confrontés aux demandes des moins de 16 ans : les cafetiers, les caissières et toute autre personne servant ou vendant de la bière. De là, notre campagne Respect 16.
« Il n’est pas toujours facile pour un cafetier, une caissière ou toute autre personne confrontée à une demande d’un moins de 16 ans d’agir comme autorité prohibitive alors qu’a priori ce n’est pas leur rôle. Par ailleurs les jeunes ne veulent pas être infantilisés. En utilisant le mot Respect le message passe de manière positive, inclusive, avec un clin d’œil. »
« Il s’agit donc d’une campagne de sensibilisation qui vise à aider tous ceux qui sont confrontés à des - 16 ans qui demandent de la bière à dire « non »de façon sympathique, avec le clin d’œil et en gardant le bon contact. »

L’association avec la Ville de Liège

Et le commissaire en chef de poursuivre : « On ne change pas les comportements et attitudes en un jour ni en une campagne. Aussi il a, dès le départ, été l’ambition des Brasseurs de voir d’autres partenaires se joindre à nous pour soutenir le message respect 16 et étendre sa portée. Comme pour les campagnes BoB, nous souhaitons voir le concept grandir et les actions se multiplier.»
C’est dans cette perspective que s’inscrit le projet commun avec la Ville de Liège, un projet pilote qui, nous l’espérons, pourra servir d’exemples pour d’autres actions similaires.
Qui plus est cette initiative répond parfaitement aux objectifs préconisés par le projet européen ECAT (to Empower the Community towards Alcohol Threats) qui est financé pour la moitié par la Commission Européenne. Ce projet vise à augmenter l’efficacité de campagnes de prévention en les incluant dans une politique locale d’alcool et en adressant des messages sur mesure à un public bien ciblé dans une communauté locale.»

« Au-delà du constat d’une consommation parfois abusive d’alcool des jeunes adolescents, la Police de Liège veut collaborer concrètement à cette campagne.
En ce qui concerne les débits de boissons comme les cafés, la loi est claire : il est strictement interdit de servir des boissons alcoolisées à un jeune de moins de 16 ans. Par contre, en ce qui concerne la législation concernant la vente d’alcool dans les commerces de détail, il existe un vide juridique, puisque rien n’empêche de vendre des boissons fermentées de moins de 22% d’alcool (bières, vin,..) ou des alcopops à des mineurs de moins de 16 ans.»
En plus de l’action de la Confédération des Brasseurs belges, nos Inspecteurs de quartier du secteur « Carré », rencontreront la trentaine de cafetiers pour leur rappeler leurs obligations vis-à-vis des mineurs de moins de 16 ans.
Pour les commerces de détail (night shops, alimentation, snacks,…), aucune législation n’existe en ce qui concerne la vente de boissons fermentées (- 22% d’alcool). Les Inspecteurs de quartier vont aller à leur rencontre et les sensibiliser à cette problématique. Après discussion sur base d’un guide d’entretien créé pour l’occasion par les services du Plan de Prévention de la Ville de Liège, ils tenteront d’obtenir l’adhésion des responsables de ces commerces. En cas d’accord, le vendeur s’engagera à ne pas vendre d’alcool aux moins de 16 ans. Il signera le document d’engagement et l’affichera dans son magasin. De plus, un autocollant «Respect 16» (la photo) sera apposé sur sa porte. Le respect du jeune sera ainsi signifié à tous.
Tout au long de la campagne, la Police restera attentive à l’action mise en place. A l’issue de cette dernière, vers la fin janvier, elle visitera une dernière fois les commerces et évaluera avec les intéressés l’impact de la campagne.
Cette campagne d’adhésion pourra être reconduite dans d’autres quartiers de la ville ou lors de certains événements festifs, comme le 15 août ou la Saint- Nicolas des étudiants.
La collaboration avec le Plan de Prévention de la Ville de Liège permet à notre Corps de Police de doter nos Inspecteurs de quartier d’outils d’analyse réalisés par des professionnels, dans ce cas précis par l’Observatoire des Drogues, ainsi que de bénéficier de leur expertise. L’évaluation sera pour nous un moment important pour permettre ensuite son élargissement à d'autres quartiers ou d'autres villes et à d'autres moments de l'année.»





Ga.L