• Visiteur(s) en ligne : 3
  • |
  • Visiteurs total : 3149368

Bouquins

Mis en ligne le 17/12/2008

Le centenaire de Stanislas-André Steeman fini à Liège



Pour l’occasion, réédition du livre « Le maître de trois vies » et exposition à l’hôtel de Ville jusqu’au 4 janvier 2009

C’est à Liège, le 23 janvier 1908 qu’est né au 22 de la rue Dartois (quartier des Guillemins et où l’on trouve une plaque commémorative sur la façade), l’écrivain « appelé le maître de l’énigme », Stanislas-André Steeman, auquel on doit pas moins de 39 romans policiers et de très nombreuses adaptations cinématographiques voire télévisées.
Ce mardi 16 décembre, l’incontournable et intarissable Stéphane Steeman (la photo ci-dessous), son fils, était à l’hôtel de Ville de Liège où il présentait, en compagnie de l’échevin de la Culture, Jean-Pierre Hupkens et de Michel Elsdorf, la réédition d’un roman de son papa « Le maître de trois vies » écrit avec la complicité de Sintair (un ancien journaliste liégeois) et publié en 1929.

La particularité de ce roman dont Simenon a d’ailleurs dit « Liège a inspiré de nombreux romans. Le maître de trois vies est un des meilleurs » est que toute son histoire se passe à Liège.
Pour cet événement, qui marque en quelque sorte la fin des événements célébrant le centième anniversaire de l’écrivain, Stéphane Steeman a demandé à la maison d’édition liégeoise « Noir Dessin », de rééditer l’ouvrage une sorte de retour aux sources.
«Le maître de trois vies» édition 2008, comporte 172 pages. Il est préfacé d’André-Paul Duchateau et suivi d’un historique : « Steeman, mon père par Steeman junior ». Et avant d’entrer véritablement dans le vif du roman, vous avez aussi, écrit ici par Stanislas-André Steeman, une introduction qui vous explique comment Saintair ont imaginé leur scenario au départ d’un fait «réel» leur ayant été raconté par Régine (c’est aussi le nom de l’épouse de Stéphane Steeman qu’il a connue en 1987), une amie. C’est d’ailleurs elle qui trouva le titre «Le maître de trois vies ».
Par ailleurs, le livre est illustré de cartes postales anciennes de Liège montrant principalement les endroits où se déroule l'action ainsi que des dessins de l’auteur ( (il était aussi un étonnant illustrateur) qui se trouvaient dans l'édition originale de 1929.
Aujourd'hui, la sortie ce « Maître de trois vies » qui nous fait découvrir sur sa couverture un pont célèbre à Liège et un homme barbu avec chapeau et revolver... qui n’est autre que l’auteur, dans une scène d'un film tiré de l'une de ses œuvres.

Après avoir longuement parlé de son papa, un papa qu’il admire mais qu’il a trop peu connu, Stéphane Steeman est allé inauguré dans la salle des pas perdus de la Violette, une exposition consacrée à Stanislas- André Steeman. On y trouve superbement mis en valeur, de très nombreuses photos, mais également les romans dans leurs éditions originales ainsi que de très nombreuses affiches des films tirés de ses romans ont de nombreuses pièces proviennent d’un collectionneur liégeois, Pierre Jennicot.

Quelques mots sur Stanislas-André Steeman

Il obtint le Grand Prix du Roman d'Aventures pour son roman « Six hommes morts» . Il avait alors 23 ans. Il en avait 15 quand il publia son premier ouvrage. Il ne s'agissait pas encore d'un roman policier. Trois autres (contes, nouvelles...) précédèrent sa collaboration avec Herman Sartini, qu'il connut au journal La Nation Belge où il fit ses débuts de journaliste. Tous les deux, Sintair (anagramme de Sartini) et lui, se lancèrent dans l'écriture de cinq romans policiers, dont quatre parurent au Masque, de 1926 à 1929.

Parmi les cinq, nous trouvons Le Maître de trois vies. écrit en 1928-29, publié dans le Magazine le Masque en 1929, puis chez Moorthamers Frères (Paris) en 1932, dans la Gazette Littéraire en 1933 et plus jamais réédité depuis.
Il fut l'auteur de 39 romans policiers, 23 jusqu'à L'assassin habile au 21, (1939) la plupart aux éditions du Masque, puis vint la guerre pendant laquelle il n'écrivit qu'un seul roman « Légitime Défense » dont Henri-Georges Clouzot tira « Quai des Orfèvres » en 1947. Stanisla-André Steeman fut également directeur littéraire du «Jury», une importante collection qui lança plusieurs auteurs dont Thomas Owen, André-Paul Duchâteau ...et publia même deux Georges Simenon. Onze films furent tirés de ses romans.

Gaston Lecocq


- «Le maître de trois vies» : Édition Noir Dessin Production – couverture souple - Format 15 X 24 - 172 pages - ISBN : 2-87351-186-9 - 19 €

- L’exposition à l’Hôtel de Ville de Liège est accessible au public jusqu’au 4 janvier 2009 de 14 à 18h.