• Visiteur(s) en ligne : 6
  • |
  • Visiteurs total : 3136263

Social

Mis en ligne le 08/12/2008

350 emplois support perdus à ArcelorMittal Liège - Égidio Di Panfilo(SETCa-Liège): “Une vraie catastrophe sociale !”

A la suite du Conseil d’entreprise extraordinaire organisé ce lundi 8 décembre chez ArcelorMittal, le SETCa a appris l’ampleur exacte des pertes d’emploi décidée chez le n° 1 mondial de l’acier. Sur les 800 pertes d’emplois prévues en Belgique, 350 seront concentrées à Liège, essentiellement dans les fonctions support. Nouveau Secrétaire général du SETCa Liège-Huy-Waremme, Égidio DI PANFILO s’indigne et condamne cette décision aussi sauvage qu’unilatérale, prise dans la précipitation et jamais négociée.
Ce matin, ArcelorMittal avait convoqué un conseil d’entreprise extraordinaire, au terme duquel la direction a rencontré les organisations syndicales afin de leur exposer l’ampleur des pertes d’emploi consécutives au plan “Speed Up 2009-2011” annoncé voici une quinzaine de jours seulement. « Il en ressort que la catastrophe sociale attendue sera encore bien plus grande qu’on ne nous l’avait annoncé, se lamente Égidio DI PANFILO, Secrétaire général du SETCa (Syndicat des employés, techniciens et cadres, une branche de la FGTB) Liège-Huy-Waremme nouvellement élu. En effet, sur les 9.000 emplois perdus au total dans le groupe ArcelorMittal, 6.000 le seront en Europe dont 800 rien qu’en Belgique. Et sur ce total, 350 pertes d’emploi seront concentrées sur Liège ! »
Cette nouvelle a fait l’effet d’un coup de massue, mais le SETCa ne baisse pas pour autant les bras et a décidé de faire front. « Nous avons clairement fait savoir à la direction d’ArcelorMittal qu’il était hors de question d’envisager ces 350 départs en dehors du plan de prépensions décidé voici quelques années. »
Ces pertes d’emploi affecteront en grande majorité les fonctions de support : logistique, administration, services généraux,... Les employés, techniciens et cadres sont évidemment en première ligne. « Les points d’interrogation sont une fois de plus légion dans ce dossier. Tout se fait dans la précipitation. »
Dénonçant cette « véritable catastrophe sociale », Égidio DI PANFILO dit aussi craindre fortement pour l’avenir même de la sidérurgie liégeoise. « Une fois cette nouvelle crise passée, l’outil sidérurgique pourra-t-il être relancé ? En effet, ArcelorMittal ne cesse de se séparer du savoir-faire humain sans lequel il ne serait pourtant rien, un savoir-faire qui est aussi synonyme de formation et de sécurité... »
Réfutant l’argument, « trop facile », de la crise mondiale, Égidio DI PANFILO verra, dès demain matin à la première heure, ses camarades syndicalistes de la FGTB afin d’envisager ensemble les actions à entamer et d’analyser les questions qui seront posées à la direction générale d’ArcelorMittal Liège lors de la prochaine réunion, prévue ce lundi 15 décembre déjà.





Communiqué du SETCA - LIEGE